Atahualpa Yupanqui est le pseudonyme de Héctor Roberto Chavero Arambur, un des plus grands chanteurs, guitariste et écrivain argentin. Son pseudonyme est formé d’Atahualpa, le dernier empereur inca, exécuté par les conquistadores, et de Yupanqui, « le Grand Méritant », cacique suprême des indiens quechuas.

On le considère en comme le plus important musicien de . Grand nombre de ses compositions ont été reprises par des interprètes célèbres : Mercedes Sosa, Les Chalchaleros, Horacio Guarany, Jorge Cafrune, Alfredo Zitarrosa, José Larralde, Víctor Jara, Ángel Parra, Jairo, Andrés Calamaro, Divididos et Marie Laforêt.

Atahualpa Yupanqui

Athualpa Yupanqui – Photo : Wikipédia

 

La jeunesse du chanteur

Héctor Roberto Chavero Aramburo est né le 31 janvier 1908 dans la province de Buenos Aires. Il grandit dans la ville d’Agustín Roca où son père était employé ferroviaire. Son intérêt et son goût pour la musique date de sa jeunesse. En effet, ayant grandi à la campagne, il était souvent bercé par les chants des paysans et par leurs guitares.

Trés vite, il commence à prendre des cours de guitare avec le maître Bautista Almirón, et tombe définitivement amoureux de cet instrument. Sa vocation est née. Cependant le manque d’argent, les déménagements de sa famille, les tournées en concert d’Almirón ne lui permettent pas de suivre des études constantes et complètes.
Peu l’importe, il persiste et commence aussi à faire connaitre ses poèmes qu’il signe alors du pseudonyme d’Atahualpa Yupanqui qui signifie « qui vient de loin pour raconter quelque chose ».

La vie engagée d’Atahualpa Yupanqui

En 1930, Atahualpa commence une série de voyages à Jujuy, en Bolivie et dans les Vallées Calchaquies. Il parcourt aussi la province d’Entre-Ríos. Ainsi il participera au soulèvement des frères Kennedy qui aboutit à un échec et l’oblige à s’exiler en Uruguay. Il passe alors à Montevideo puis monte dans le sud du Brésil.

En 1934, il rentre en Argentine et s’installe dans la Province de Tucumán. Mais peu de temps après repart pour Santiago del Estero puis Catamarca, Salta et Jujuy. Au début des années 40 il se marie avec María Martínez. Mais le couple se sépare peut de temps après. Alors c’est à Cordoba qu’il fait connaissance avec Paule Pepin Fitzpatrick, dite « Nénette » qui sera sa compagne et collaboratrice musicale jusqu’à la fin de sa vie. La même année il édite son premier livre « Piedra sola » (pierre seule).

En 1944 pendant une autre de ses excursions dans les provinces du Nord-Est il crée El arriero. Puis il quitte sa ville de Raco (Province de Tucuman), épisode qui donne naissance aux fameuses zambas : Adiós Tucumán et La Añera (1946).

Faisant face au régime militaire triomphant, de 1946 à 49, il est persécuté, proscrit et emprisonné. En 1950 il passe en Uruguay puis s’exile en Europe. À Paris, Edith Piaf lui donne alors l’opportunité de partager une scène. À partir de là, il réalise de nombreuses tournées sur le vieux continent.

Son retour au pays

Il rentre à Buenos Aires en 1952. Mais à cause de ses oeuvres littéraires et musicales engagées et critiques de la politique de l’époque, il est expulsé du Parti Communiste. Il passe après cela plusieurs années alternant entre ses résidences de Buenos Aires et de Cordoba.
En 1963-64 il entame une longue série de voyages en Colombie, Japon, Maroc, Egypte, Israël, Italie.
Puis en 1967, il fait des tournées dans toute l’Espagne et s’installe presque définitivement à Paris avec des retours réguliers en Argentine mais de moins en moins fréquents, suite à l’installation de la dictature militaire en 1976. Finalement, c’est en 1979 qu’il rentre vraiment au pays pour des raisons de santé, mais finalement il décède le 23 mai 1992 en France.

Oeuvres

Voici une sélection non-exhaustive des titres les plus connues du folkloriste argentin

  • Piedra sola, 1941
  • Cerro Bayo, 1943
  • Aires indios, 1946
  • Tierra que Anda, 1948
  • Guitarra, 1954
  • El canto del viento, 1965
  • Del algarrobo al cerezo, 1977 (avec illustrations de Santiago Paz)
  • Horizons de pierre, 1988
  • La capataza, 1992


Cet article vous a plu ? Consultez également :