Grands murs blancs, bâtiments à l’abandon et tolérance de l’Etat : Le climat est plus que favorable pour les artistes de rue à Buenos Aires. La ville laisse totalement libre cours à la créativité des artistes locaux et internationaux d’ arte callejero (street art), il suffit que les propriétaires des immeubles donnent leur accord! Buenos Aires s’est ainsi imposée comme une référence dans le domaine du street art. Impossible de vous promener plus de 10 min sans tomber sur un dessin, un graffiti ornant tout un pan de mur de la capitale !

Dessin de Franco Fasoli à Chacarita- Source: Flickr

Buenos Aires : une des capitales mondiales du street art

Ces dernières années, Buenos Aires est devenue une des principales scènes mondiales du street art avec plusieurs milliers de fresques sur les maisons, les écoles, les usines et même les églises. Les murs de la ville sont aujourd’hui illustrés par des artistes locaux comme internationaux. Plusieurs raisons expliquent le développement du street art dans la ville.

arte callejero, c’est d’abord une volonté de la part des Argentins de s’exprimer après la période de dictature militaire, où toute expression artistique urbaine était absolument interdite. Et puis, bien sûr, il y a l’influence de l’Etat. Aujourd’hui, le street art est encouragé par les autorités locales, notamment lorsqu’il permet de masquer les graffitis ayant des propos négatifs, et toute autre forme de vandalisme de rue. Il est très facile légalement de peindre une fresque dans la rue, la législation de la capitale est très souple : il suffit d’obtenir le consentement des propriétaires. Souvent les propriétaires encouragent les artistes à repeindre leurs maisons, car ils savent que les nouvelles fresques vont couvrir les graffitis de mauvais goût, les noms d’équipes de foot et gribouillages politiques qui s’y trouvent… Il arrive même que les propriétaires paient pour avoir des murs décorés et il est fréquent que  les commerçants rémunèrent les artistes urbains pour repeindre leur devanture.

Une attraction pour les touristes

Beaucoup de touristes, une fois avoir fait le tour des principaux lieux touristiques (Casa Rosada, cimetière de Recoleta, San Telmo...), vont se balader dans la ville pour photographier les nombreux « murales » (fresques) de la ville. Les fans de street art viennent du monde entier juste pour les admirer ! Buenos Aires street art et Graffitimundo proposent des visites insolites de la ville, pour découvrir quartier par quartier l’art urbain de la ville. Au programme : Informations sur l´histoire du street art à Buenos Aires, découverte de bars dédiés au street art, rencontres avec les artistes eux-mêmes, petits prix sur leurs oeuvres d’art… nombreux sont les avantages de ces visites !

Plus d’info sur :
 graffitimundo.com/graffiti-street-art-tours-buenos-aires et
buenosairesstreetart.com/product/street-art-tours

Des quartiers désaffectés qui reprennent vie

Villa Urquiza est un quartier du Nord de Buenos Aires où l’art urbain est particulièrement développé. De très grandes surfaces sont peintes par des artistes comme Blu, Martin Ron, Lean Frizzera, El Marian, et Gualicho. Le street art s’y est en fait particulièrement développé car de nombreux bâtiments devaient être démolis pendant la dictature militaire dans le but de construire une nouvelle autoroute, qui n’a jamais vu le jour. Ces immeubles abandonnés ont inspiré de nombreux artistes urbains qui y ont mis leurs couleurs et graffitis. C’est à Villa Urquiza que se trouve la plus grande fresque de Buenos Aires : 412 m2 ont été peints par l’artiste Martín Ron ! Le quartier est le plus grand « distrito de arte urbano » de la capitale.

Le métro : un support clé du street art

Si vous prenez le « subte » à Buenos Aires, vous serez frappés par le nombre de fresques dans les stations de métro ! Le développement de projets street art pour le domaine public a beaucoup contribué à l’augmentation de la popularité de l’art urbain. Depuis 2013, toutes les stations de métro ont été transformées  par différents artistes afin d’égayer le trajet quotidien des porteños ! La station Federico Lacroze de la ligne D est particulièrement riche en fresques street art ! Sur deux plateformes de plus de 100 m chacunes,  on peut observer des dessins représentant une  jungle  avec des animaux, des plantes et des tribus indigènes.

Station Federico Lacroze- Source : Wikipedia

Los « espejos urbanos »

De nombreux artistes peignent des stars du football, des icônes politiques comme Che Guevara, des grands tangueros mais aussi… des habitants de la ville tout à fait ordinaires. C’est le cas d’Alfredo Segatori qui a notamment repeint une usine avec les portraits d’ ouvriers y travaillant et de voisins habitant près de l’usine. En Argentine, il est courant de représenter les propriétaires des immeubles ayant donné à l’artiste l’autorisation de peindre ! Ce phénomène crée de véritables miroirs urbains ou espejos urbanos.

Des festivals et des galleries dédiées au street art

> Union Gallery : Galerie créée en mars 2014 par Graffitimundo, organisation promouvant le street art et ses artistes à Buenos Aires, dans le but de donner de la visibilité aux oeuvres des artistes urbains sud-américains.

Où ?  A San telmo, Carlos Calvo 736.
Quand ? Mondays, Wednesdays and Fridays 12-17hs.

> Hollywood in Cambodia, galerie d’art fondée en 2006 et située dans un bar de Palermo, le Post street bar. 2 salles et une terrasse accueillent de nouvelles expositions tous les mois. Plus d’infos sur : www.hollywoodincambodia.com.ar

>Où ? Thames 1885, 1er étage, Palermo.
>Quand ? Du jeudi au dimanche de 17h à 21h.

>  Meeting of Styles, un festival international de street art créé en 1997, s’est déroulé dans 17 pays dont deux fois en Argentine, à Buenos Aires. La dernière fois, c’était en 2012 !

 Convaincus ? Prenez votre appareil photo et allez arpenter les rues de la capitale pour admirer ces fresques insolites ! 


Cet article vous a plu ?

>Buenos Aires : Graffitimundo, l’histoire des peintures murales.
>Des graffiti de Banksy dans les rues de San Telmo
>Découvrir la Capitale sous un autre angle!