Si vous êtes un jour passé par l’Argentine, vous avez forcément goûté au fameux dulce de leche, et y avez très certainement succombé ! Mais attention à ne jamais dire à un argentin qu’il s’agit de caramel, ou vous pourriez bien vous attirer les foudres de toute une nation…

Source: wikimedia

Aux origines de la recette magique

A l’instar de la tarte Tatin, qui serait née de la chute accidentelle d’une tarte aux pommes, l’origine de ce que l’on nomme en France la « confiture de lait », repose elle aussi sur une légende qui remonterait au 19ème siècle.
Même si le Chili, le Pérou et le Paraguay se disputent encore aujourd’hui la paternité du « dulce de leche », fierté argentine oblige, nous parlerons ici de la version porteña…
La naissance de la fameuse confiture remonterait donc à un certain 24 juin 1829, jour de la signature du « Pacte de Cañuelas », entre le commandant Juan Manuel de Rosas et le général  Juan Gallo de Lavalle. A son arrivée, ce dernier,  très fatigué, décida de s’installer dans la pièce dans laquelle JM de Rosas avait l’habitude de se reposer. Or à cette époque, une servante était en charge de faire chauffer le lait sucré avec lequel le commandant agrémentait son maté. En entrant dans la pièce et en y découvrant le chef ennemi, la servante s’empressa de déclencher l’alerte, oubliant le lait sur le feu… C’est ainsi, que selon la légende, serait né le fameux « dulce de leche » !

Le dulce de leche : partout, pour tout

En effet, même si vous essayez, vous ne parviendrez pas à échapper à cet ingrédient présent dans la plupart des pâtisseries et autres plaisirs sucrés argentins. On en consomme le matin sur les tartines ou pour agrémenter les viennoiseries telles que les medialunas, petits croissants typiques du pays, mais également dans les fameux alfajores, ces petits gâteaux fourrés et parfois enrobés de chocolat…

Alfajores – Source: flickr

Le dulce de leche en chiffres :

Avec une production de près de 111 000 tonnes chaque année et une consommation locale d’environ 3kg par an et par habitant, ces chiffres ont de quoi faire pâlir les plus grands producteurs de pâte à tartiner… Même si la majorité de la production est consommée localement, l’Argentine exporte également son produit magique à travers le monde, avec comme principaux clients la Russie, ainsi que ses voisins latino-américains.

Le dulce de leche est d’ailleurs devenu si emblématique, qu’il y a même, depuis 1995, une « Journée Mondiale du Dulce de Leche », chaque 11 octobre ! Voilà donc encore un bon prétexte pour déguster ce délicieux mets, auquel vous pourriez bien devenir accroc…


Cet article vous a plu? Voici quelques infos qui pourraient vous intéresser:

Spécialités culinaires régionales argentines
Recette facile d’Alfajores argentins
Chaque jour, 6 millions d’alfajores consommés en Argentine