2014 invoque doublement un hommage à Marguerite Duras; on fête le centenaire de sa naissance et les trente ans de L’Amant, prix Goncourt en 1984. À cette occasion, l’Alliance Française de Buenos Aires, le MALBA et la Direction du livre organisent un cycle multidisciplinaire de conférences, de projections et de rencontres en hommage à la grande auteur, scénariste et cinéaste française.

Sa production l’a sacrée une des figures les plus emblématiques de la littérature du XXème siècle, abordant des thèmes comme la solitude, l’amour ou la mort. Elle a révolutionné à jamais l’écriture, de par les thèmes abordés et cette façon toute à elle d’en parler. Son œuvre littéraire compte plus de cinquante écrits, entre nouvelles, pièces de théâtre, de fiction ou non. Sa trajectoire dramatique fut reconnue en 1983 quand elle reçut le Grand Prix du Théatre de l’Académie Française.

Duras Aujourd’hui, du 21 au 25 avril

Mardi 22 avril 19h
Dans l’Auditorium de l’Alliance Française

Duras et la Littérature : L’écriture
Différents spécialistes aborderont l’univers narratif de l’écrivain et son apport à la littérature contemporaine : pensées ou poésie ? On discutera des histoires qui ont nourri sa vie, de sa littérature particulière et du défi qui implique sa traduction.

Mercredi 23 avril
Dans l’Auditorium du MALBA

Projection de « Écrire » et « Hiroshima mon Amour »

Jeudi 24 Avril 19h30

  • Écrire

Durant une longue interview qu’elle accorde à Benoit Jacquot, dans la maison oú elle a vécu seule pendant de longues années, Marguerite Duras évoque l’écriture et la solitude. La caméra pénètre dans ce lieu imprégné du travail de composition du Vice Consul et du Ravissement de Lool. V Stein. Dans la maison de Neauphle demeure le souvenir d’une solitude extrême, que Duras a supporté par la seule force de l’écriture. Pour elle, écrire a été conçu toujours comme un acte sauvage, désespéré.

  • La couleur des mots, 1984
    Réalisateur : Jérôme Beaujour

Dans cete interwview à l’occasion de la sortie d’India Song, nous assistons premièrement à un face à face entre Dominique Noguez et Marguerite Duras, qui relie le film avec les deux romans dont il s’inspire : La Ravissement de Lol V Stein et Le Vice Consul. Beaucoup de thèmes sont alors abordés : l’enfance, les erreurs autobiographiques, les relations entre les différents personnages et les films… Les acteurs principaux de India Song, Delphine Seyrig et Michael Lonsdale s’unissent ensuite à la conversation et invoquent le thème du « dépeuplement » de l’acteur, entre autres. Marguerite Duras évoque les grands souvenirs du tournage du film.

Entrées à partir de 18h30 à la réception, avec le soutien de l’Institut Français d’Argentine

Vendredi 25 avril 

  • 19h30 Duras et le cinéma

Marguerite Duras a réalisé quelques long métrages radicaux et controversés; elle est auteur d’un cinéma conçu comme une prolongation de la littérature. Mot et image en lien permanent, comme sa mémorable collaboration avec Alain Resnais qui donnera naissance à Hiroshima mon Amour. Sans renoncer à son activité littéraire, Duras découvre dans ce lien un pouvoir infini d’interrogation, de questionnement.

  • 20h30 Projection de Hiroshima mon Amour