Si vous avez voyagé un peu sur les routes argentines, vous avez sûrement rencontré des sanctuaires composés de bandelettes de tissu rouge, de petites statues ou même de petites bougies. Vous ne vous-êtes jamais demandé ce que cela pouvait représenter? Ils sont à l’éfigie d’un certain Gaucho Gil et seraient-là pour vous protéger sur la route. Présentation de cette figure religieuse argentine.

Le Gaucho Gil

Gaucho Gil plus connu sous le nom d’Antonio Mamerto Gil Núñez est une célèbre figure religieuse argentine. Objet de dévotion surtout dans le Nord-Est du pays, il est né en 1840 à Pay Ubre (non loin de la ville de Mercedes dans la région de Corrientes). Chaque année, le 8 janvier (date de sa mort lors de l’année 1878) des milliers de pèlerins se rendent sur sa tombe située à 8 kms de Mercedes et apportent de nombreuses offrandes en tout genre (cigarettes, alcools, photos, bonbons…).

Sanctuaire Gauchito Gil au bord de route – Wikimedia Commons

La légende

Réputé pour sa générosité et son aide envers les pauvres Gaucho Gil a été surnommé le « Robin des bois Argentin ». Nombreuses histoires populaires se racontent à propos du fabuleux destin de cet homme. Voici la plus répandue, mais on ne vous en garantis pas sa véracité…

La légende raconte que ce gaucho travailleur rural tomba éperdument amoureux d’une veuve. Cette dernière était même prête à tout quitter pour lui. Ceci valut au Gaucho Gil la haine des frères de la veuve et du chef de la police locale, qui avait courtisé cette même femme. À la vue des nombreuses menaces qui planaient sur lui, Gil préféra laisser le champ libre. Il partit donc combattre dans la Guerre de la Triple Alliance (1864-1870)  contre le Paraguay. Dès son retour, il s’engagea dans le Parti libéral de Corrientes afin de combattre dans la guerre civile contre le parti d’opposition. Il finit par déserter.

Finalement capturé, il fut pendu par le pied à un arbre et tué la gorge tranchée. La légende raconte alors qu’au moment de sa mise à mort, le gaucho Antonio Gil a déclaré à son bourreau que si il le tuait, son fils tomberait très malade. Il devrait donc prier au nom de Gil pour lui sauver la vie. Après l’exécution du Gauchito Gil, le bourreau apprend la maladie de son fils. Il se sent donc dans l’obligation d’invoquer Gil dans ses prières, puis quelques mois plus tard son fils condamné guérit miraculeusement. Depuis, Antonio Gil est considéré comme une figure religieuse. Tout le village construisit donc un sanctuaire qui n’a pas cessé de grandir jusqu’à ce jour…

Offrandes sur la tombe du Gaucho Gil – Viajeros

Les traditions

Le culte du Gaucho Gil a dépassé les frontières de la province de Corrientes. Les provinces del Chaco, de Santa Fe, de Córdoba, de Mendoza et de Buenos Aires le vénèrent également. On observe des sanctuaires le long des routes caractérisés par  des bandes de tissus rouges. Il est le protecteur des voyageurs et automobilistes.

Si vous vous trouvez dans la région de Corrientes durant le mois de janvier rendez vous sur sa tombe. Les milliers de fidèles présents vous feront vivre un moment intense ! En effet, le sanctuaire du  Gauchito Gil est l’un des plus populaires et vénéré du pays. La tradition fait qu’il faut déposer près de sa tombe une bougie rouge et écrire un voeux sur un ruban de la même couleur. En espérant que le Gauchito Gil le réalise!  Le Gauchito Gil n’est pas reconnu par l’église, car  il s’agit d’un « saint profane », mais il reste adoré pour un grand nombre d’Argentins car il est à la fois un ami, un frère, un être de justice, un sauveur et un intermédiaire devant Dieu.

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet