Bon, rien de nouveau sous le soleil, l’Argentine et le football, c’est un peu comme l’Italie et la pizza ou la France et ses fromages. Le football est LA passion nationale numéro une. Il est d’ailleurs très facile d’aborder la conversation avec un Argentin en lui parlant du ballon rond. Du coup, on s’est dit qu’un petit topo sur la Primera División (équivalent de notre Ligue 1) ne serait pas inintéressant !

Fonctionnement de la Primera División

Une période de transition

La Primera División argentine est organisée par l’AFA (Asociación de Fútbol Argentino) et oppose cette année les 30 meilleurs clubs argentins. Le format du championnat a changé encore une fois cette année dans le but de l’adapter au calendrier européen. Rappelons que la saison 2015/2016 fût un championnat de transition avec 2 groupes de 15 équipes. Chaque équipe affrontait une fois toutes les équipes de son groupe, plus un match aller – retour contre les équipes rivales. De ce fait, chaque équipe a joué 16 matchs en tout. Les deux premiers de chaque groupe se sont affrontés pour une finale sur terrain neutre. Finalement, c’est le Club Atlético de Lanús qui sera sacré champion suite à sa victoire 4 – 0 face au Club Atlético San Lorenzo.

La Primera División cette année

La saison 2016/2017 a un format différent. En effet, ce sont cette année les 30 équipes qui s’opposent au sein du même championnat. Chaque club affrontera toutes les équipes une fois, et deux fois son rival. Par exemple, le club de Boca Junior jouera une fois contre chaque équipe, et deux fois contre River Plate, son rival. Ils joueront une fois à la Bombonera (Stade de Boca Junior) et une fois au Monumental (Stade de River Plate). Ainsi, chaque club aura joué 30 matchs. Ce système, contrairement aux championnats européens, met en avant les derbys, très réputés en Argentine.

Cette année, la première partie de la Primera División a commencé le 26 août et s’est terminée le 19 décembre. C’est le club de Boca Junior qui était à la tête du classement. Le championnat devait reprendre le 3 février dernier mais en raison d’une crise au sein de l’AFA ainsi que de la grève de la part des joueurs, les matchs ont repris seulement le 9 mars.

Blason de l’Association de Football Argentin – Taringa!

Le système de relégation

Cette année le système de relégation de la Primera División se rapproche enfin des autres ligues. Ce seront les 4 dernières équipes du championnat qui seront reléguées en Primera B Nacional (équivalent de notre ligue 2). Les années précédentes, l’AFA utilisait un système de classement parallèle fondé sur les résultats des clubs sur les trois années précédentes. Utilisant des calculs dont nous ne connaissions pas le secret, ce classement permettait de reléguer les clubs qui avaient eu les moins bons résultats depuis trois ans. Ce système était très controversé. Beaucoup de gens reprochaient ainsi à ce système d’avantager surtout les grands clubs au détriment des plus petits.

Dans cette nouvelle version donc, 4 clubs descendront en ligue inférieure à la fin du championnat. Toutefois, seulement 2 équipes de Primera B Nacional seront promues en Primera División. La saison 2017/2018 se fera donc avec « seulement » 28 équipes.

Petit lexique des Clásicos

Oui, là on touche au cœur du sujet! La Primera División ne serait que l’ombre d’elle-même sans ses Clásicos. Presque toutes les équipes ont un rival et chaque Clásico est attendu et attire un véritable engouement! Lisez bien ce qui suit, cela pourrait vous éviter des bourdes lors de vos conversations avec des fanaticos. Voici les principaux Clásicos!

  • El Superclásico : Bon, celui-là n’est plus à présenter. En effet, n’importe qui arrivant en Argentine comprend vite qu’il doit choisir entre Boca Junior et River Plate. C’est LE match que tout le monde attend à chaque fois et la tension est palpable du stade jusque dans chaque téléviseur argentin.
  • El Clásico de Avellaneda : Il oppose Independiente et Racing. Moins connus que River et Boca, ces clubs font tout de même partie du prestigieux club des « cinq grands du football argentin ». Independiente compte tout de même à son actif 14 titres de champions d’Argentine et Le Racing 8.
  • El Clásico Rosarino : Il oppose Newell’s Old Boys à Rosario Central. Ces clubs ne font pas partie du club des cinq mais sont tout de même de très bons concurrents aux grands.
  • El Clásico (tout court) : Il oppose Huracán à San Lorenzo, le dernier membre du groupe des cinq grands et que vous connaissez peut-être depuis la Copa Libertadores qu’ils ont remporté en août contre le club Paraguayens Naciónal.
  • El Clásico Platense : Estudiantes de la Plata y joue contre Gimnasia y Esgrima la Plata.
  • El Clásico del Oeste : entre Ferro Carril Oeste et Vélez Starsfield.
  • El Clásico de Villa Crespo : oppose Atlanta à Chacarita Juniors.
  • El Clásico del Sur : entre Lanús et Banfield.
  • El Clásico santafesino : entre Colón et Unión.
  • El Clásico de la Zona Norte : entre Platense et Tigre.

Le fameux SuperClásico River VS Boca – Taringa

Quelques faits notables

Le palmarès des clubs argentins fait notamment ressortir 5 grands leaders dont nous vous avons déjà parlé. Néanmoins, même parmi ces 5 grands, des différences sont importantes. River Plate, est en effet le club qui a gagné 35 titres de champions d’Argentine. Boca Juniors, pourtant bon deuxième n’en compte par exemple que 25, soit tout de même 10 de moins. Il existe aussi une deuxième marche entre ces deux clubs et les trois autres grands du football argentin. Independiente compte 14 titres, San Lorenzo 12 et le Racing Club 8.

Si vous voulez paraître incollables du football, n’hésitez pas non plus à parler du Paraguayen Arsenio Erico. C’est en effet le meilleur buteur de l’histoire de la Primera División. Il évoluait à Independientes dans les années 30-40 puis un an à Huracán en 1947 et a marqué au total 293 buts en 332 matchs. Ce lui a valu les surnoms de « El Paraguayo de Oro » (Le paraguayen en or) ou « Virtuoso ». Autre buteur légendaire, Ángel Labruna, surnommé « El Feo » en référence à son physique peu avantageux. Il était un membre important de la célèbre Maquina (le surnom donné aux groupes d’attaquants à l’efficacité meurtrière du Club River dans les années 50) a marqué 293 buts également mais en 515 matchs.

Vous en savez maintenant un peu plus sur la Primera División argentine! Considérée comme la 6ème meilleure ligue du monde (tout de même !). Vous avez maintenant de quoi vous permettre d’engager une conversation rapide avec votre taxi et éviter de dire à un fanatico de Huracán que vous adorez San Lorenzo par exemple !

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet