Argentine-info est parti à la rencontre de Christophe Arrighi, chef de Paris Burger. Pour tous les français amoureux de fromage et les amoureux de vrai bon burger, ceci est votre paradis ! Burger, frites et limonade faite maison, bière française artisanale … Qu’attendez- vous ? Le restaurant est classé parmi les 3 meilleurs burgers de la capitale et ça donne vraiment envie ! Retour sur son parcours et son restaurant.

burger

Paris Burger – Photo : Christophe Arrighi

Bonjour, pouvez-vous présenter vous et votre parcours ?

Bonjour, je m’appelle Christophe Arrighi, je suis ici depuis 3 ans. Pour ce qui est de mon parcours en France, j’étais chef de cuisine, j’ai plus de 15 ans de cuisine. Et pourquoi je suis ici ? Parce que j’ai rencontré ma femme ici donc pendant 3 ans il y a eu des va-et-vient et puis finalement je me suis installé. Les circonstances en France avec mon ancienne société ont fait que j’ai décidé de m’installer en Argentine il y a 4 ans maintenant, en 2012, eh oui ça passe vite ! (rires)

Est-ce que vous pouvez nous parler de votre cuisine et de vos produits ?

Ici nous faisons que de la cuisine maison. Je fais le pain, tout est fait maison. Rien n’est congelé, on n’a même pas de congélateur. Tout est fait au jour le jour. On travaille sur des bases de sauces de cuisine de gastronomie qu’on a modifiées pour qu’elles s’adaptent aux hamburgers. Après on travaille avec un français qui est dans la région de Suipacha ce qui nous permet d’avoir 9 fromages d’origine française. La viande, c’est un boucher qui me la prépare et me la livre tous les matins. C’est nous qui la moulons après. Donc tout est artisanal.

L’installation et le développement de votre entreprise a-t-elle été compliqué ?

Très compliqué ! (Rires) En fait, personne ne sait rien réellement ici, donc on va dire que c’est compliqué … Il y a beaucoup d’intervenants et il faut beaucoup plus de garanties qu’en France pour louer quelque chose. Après les travaux ici sont super longs. Une fois que j’ai eu le local, les démarches ont duré 6 mois pour pouvoir ouvrir, pour 20m² ! Donc je n’imagine même pas pour plus grand … (rires). Par contre, pour faire connaître le lieu ça a été très rapide. Les français viennent mais pas que, les gens viennent grâce à la qualité que l’on propose. Et je cuisine différemment de tout le monde aussi, ça attire ! Très vite, c’est le bouche-à-oreille qui a marché et en 1 an ça s’est très vite développé. Aujourd’hui, on fait un peu plus d’une centaine de burgers par jour.

La vie au quotidien d’un expatrié, comment ça se passe ?

Bien, ça va. Buenos Aires, c’est très européen. Je recommanderais la ville de Buenos Aires, oui et non. Alors oui mais il faut que les gens soient bien préparés parce que les prix augmentent de façon très rapide. Il faut se mettre dans la tête que aujourd’hui c’est 5 euros et que demain ça peut être 15 ! Après tout ce qui est équipement, c’est très très cher. Au niveau de la vie quotidienne, ça va. Les gens sont agréables, c’est bien. Mais c’est l’adaptation sur tous les prix et si on veut se meubler, si on veut y vivre … Tout est super cher.

Quels sont vos projets pour le futur ?

Revenir en France ? Nan, je rigole ! (rires) Dans l’année, je suis en train de voir pour ouvrir un restaurant plus grand. Je n’en veux pas plusieurs, j’en veux juste un plus grand en proposant la même qualité. Un resto avec une salle avec une soixantaine de couverts. J’aimerais dans le coin, mais on va voir ça va dépendre du budget et des prix. Si c’est possible par ici, j’aimerais pouvoir continuer de travailler le jour et pourquoi pas faire un soir par semaine.

burger

Paris Burger – Photo : Christophe Arrighi

Lequel de vos burgers préferez-vous ?

Moi j’aime bien le Louvre (Fromage à raclette, sauce champignon et jambon cru, 200gr de viande), c’est un de mes préférés.

Lequel recommanderiez-vous à un français fraîchement arrivé à Buenos Aires ?

Fraîchement arrivé ? Il ne sera pas en manque de fromage peut-être … (rires) mais je dirais l’Elysée (Fondu de poireaux, camembert, bacon, sauce barbecue, 200gr de viande) , l’Eiffel (sauce du chef, reblochon, jambon cru et 200gr de viande) et le Montmartre (crème au bleu et ail, roquefort, roquette, jambon cru, oignon caramélisé et 200gr de viande) et pour quelque chose de différent les Tuileries avec une sauce Colbert au chorizo espagnol qui relève un peu la Tomme.

Où et quand ?
Ouvert de 11h45 à 15h30 du lundi au vendredi
Suipacha 180


Cet article vous a plu ? Consultez également :