L’équipe d’Argentine-Info est partie à la rencontre de l’équipe de la Pulpería Quilapán. Nous avons rencontré Virginie Cheviron, manager, qui nous a reçu dans ce charmant endroit mêlé d’histoire, de saveurs et de buena onda. Offrir la meilleure cuisine typique argentine en collaborant avec les producteurs de la région : voici le défi de cette Pulpería, un mix entre épicerie et bar situé dans le quartier historique de San Telmo.

Ojo de Bife con patatas Rotas – Source : Candice Barkatz- Equinoxe

Pouvez vous nous parler du concept de Pulpería ?

Entrée de la Pulpería – Source : Candice Barkatz- Equinoxe

L’équipe

Nous sommes une équipe de 15 personnes et les 2 fondateurs sont Grégoire Fabre (français) et sa femme Tatiana (suisse et polonaise). Je suis manager ici. Il y a 6 ans, Grégoire et Tatiana sont tombés amoureux de ce terrain qui devait être détruit et décident de le racheter. Tous 2 ayant fait des études d’architecture, ils ont donc décidé de refaire un endroit comme il l’était dans le passé. N’ayant pas trouvé de bon fromages et vins, ils ont commencé à chercher eux-mêmes des producteurs tout en faisant la rénovation du lieu. Nous travaillons maintenant avec 600 producteurs qui nous fournissent des produits d’exception comme la moutarde ou encore la mimolette.

La Pulpería

Pourquoi le nom de la pulpería ? En fait, non nous ne faisons pas des poulpes comme beaucoup le pensent mais une pulpería est un bar antiguo, un club social. Les gens se réunissent, se retrouvent pour parler et refaire le monde autour d’une boisson ou d’un plat typiquement argentin.

Le lieu nous semble chargé d’histoire et ressemble à un musée, est-ce-que vous pouvez nous en parler ?

Puits du jardin Pulpería – Source : Candice Barkatz – Equinoxe

Un musée aux objets insolites

C’était auparavant un couvent puis la Fundación de San Telmo et enfin un atelier mécanique. Toutes ces influences peuvent aujourd’hui se retrouver dans la Pulpería. Vous trouverez notamment dans le restaurant le plus vieux mur du quartier de San Telmo, des objets de collection tels que la première urne qui servit au vote féminin en Argentine ou encore un frigidaire qui a appartenu au frère de Eva Perón où sont encore gardées des bouteilles de vin de l’époque. Levez la tête et regardez autour de vous partout où vous êtes il y a de nombreux objets insolites.

La visite du lieu

Le four à pain – Source : Candice Barkatz – Equinoxe

Dans l’entrée, nous avons aussi une collection de « pinguinos » qui sont des carafes de vin en forme de pingouins. Cette forme spéciale est esthétique et permet une bonne aération du vin. Lorsque vous passez le bar, vous avez aussi accès à une salle où avaient lieu des spectacles de jazz auparavant. Vous trouverez la « pianola », un piano mécanique ou encore un vieux tourne disque. Ensuite dans la cours du patio vous avez le plus grand four de Buenos Aires construit par Grégoire, le dueño, il y a 3 ans. Nous ne cuisinons pas seulement le pain dans ce four mais toutes les viandes et plats au menu de la carte! Pour finir, dans le jardin arrêtez-vous devant le puits, toujours en fonctionnement!

Nous avons appris que votre restaurant a été sauvé d’une démolition, pouvez-vous nous en parler ? Quels ont été vos soutiens ?

En fait, en 1800, il y avait une maison à côté de la Pulpería, « un rancho » qui faisait partie des plans d’habitation. La municipalité a décidé récemment qu’elle ne faisait pas partie du plan. Ils ont donc décidé de détruire cette maison qui nous servait un peu d’entrepôt. Ce n’est pas grave mais cette forte mobilisation nous a permis de montrer que personne ne touchera à la maison de la Pulpería car cette pétition a obtenu 3675 signatures sur Chance.org. Ainsi, nous sommes en train de faire les démarches pour que la Pulpería entre au Patrimoine Culturel de la ville de Buenos Aires. Concernant nos soutiens, les producteurs, fans de ce projet et habitants du quartier nous ont été d’une grande aide afin de faire entendre notre voix.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Pour l’avenir nous souhaitons continuer cette belle aventure. Nous souhaitons aussi développer des événements comme nous le faisons déjà en ce moment environ une fois par semaine. Nous organisons par exemple un atelier où nous invitons les gens à piétiner les grains de raisins et ainsi faire leur propre vin ou encore un atelier de bierre artisanale afin de mieux connaître nos produits.

On tient vraiment à être le plus durable possible, à continuer à bien connaître notre produit et développer cette relation spéciale que nous entretenons avec nos producteurs. En effet, on a pour but d’être le pont entre les producteurs et la ville de Buenos Aires. On s’engage à respecter 3 règles que sont les normes écologiques, la culture et le social. Tous nos produits proviennent exclusivement d’Argentine et les producteurs nous les apportent eux-mêmes.

Quel est votre plat préféré à la carte ?

Mon plat préféré est le « Cordero », une viande d’agneau cuisinée dans des petits légumes mais vous avez de nombreux plats typiques argentins disponibles à la carte.

Lequel recommanderiez-vous à un français fraîchement arrivé à Buenos Aires ?

Je conseille les plats typiques afin de découvrir la gastronomie argentine. Goûtez le locro, las lentejas, le cerdo, par exemple afin de revenir aux racines et de manger la typique « comida de la abuela ».

Quand ?
Du Mardi au Samedi de 9h à 1h
Le Dimanche de 9h à 20h

Où?
Defensa 1344, San Telmo, Casco Histórico, C1143AAD CABA, Buenos Aires, Argentina

Site internet : La Pulpería