L’équipe d’Argentine-Info a rencontré Ludovic Casrouge dans sa crêperie Un, Dos Crêpes… dans le nouveau local en plein cœur de San Telmo, à Buenos Aires.

Un, Dos, Crêpes – Page Facebook Un, Dos, Crêpes

UNE CRÊPERIE A BUENOS AIRES

Ludovic ne se doutait pas du tout qu’il allait ouvrir une crêperie lorsqu’il travaillait dans la finance en France. Mais c’est après un voyage en Amérique du Sud pendant 9 mois qu’il a eu envie d’y retourner et qu’il s’est dit « pourquoi pas ne pas monter une crêperie ?». Étant donné qu’il n’était pas du tout dans le domaine de la gastronomie, il s’est d’abord formé en Bretagne, en France, dans une école de crêperie à Pont-l’Abbé. En effet, il connaissait quand même bien ce domaine, après avoir vécu dans la région des crêpes plusieurs années. Après avoir fait quelques saisons dans des crêperies en France, il s’est lancé à Buenos Aires.

Mais pourquoi la capitale de l’Argentine ? Et bien, c’est son cœur qui a parlé ! C’est sa femme, rencontré en Colombie, qui l’a convaincue de venir s’installer à Buenos Aires. Arrivé dans la capitale du tango en octobre 2010, il lance sa première crêperie en août 2011 dans le quartier de Montserrat (Perú 424). Lors de ce lancement, il peut compter sur l’aide précieuse de sa femme et de sa belle sœur.

UNE CREPERIE AVEC DES PRODUITS ARGENTINS

« Il faut avouer qu’au tout début, ça n’a pas été forcément facile » nous confie Ludovic ! A l’époque, les argentins ne connaissaient pas les crêpes et il n’y avait plus de crêperies malgré quelques tentatives d’ouvertures. La crêpe n’était pas réellement intégrée dans la culture des argentins. En effet, ils connaissaient seulement la crêpe sucrée mais surtout le « pancake » américain. Les crêpes salées, quant à elles, ne faisaient pas partie de leurs habitudes alimentaires. C’est pourquoi il a fallu intéresser les argentins à ce nouveau produit ! Un défi difficile pour les amoureux de la milanesa et du dulce de leche !

Mais qui dit crêpes, dit sarrasin et autres produits que l’on trouve beaucoup en Bretagne ! Ludovic s’est donc beaucoup remis en question au début ! En effet, il travaillait dans une crêperie en France avec des produits régionaux tels que les Andouilles de Guémenés ou les saucisses Henaff. Et tous ces produits n’existent bien évidemment pas en Argentine ! C’est donc une des raisons pour laquelle les argentins ne portent pas un grand intérêt aux crêpes ! Le grand défi ? Refaire la carte et l’adapter aux goûts locaux ! Même le sel ou le poivre ici n’ont pas le même goût !

De plus, Ludovic n’importe pas de produits alimentaires car il est très difficile d’importer dans le pays à cette période. « Pendant de nombreuses années, je ne faisais pas de crêpes au sarrasin car il était compliqué d’en trouver » nous avoue-t-il ! Aujourd’hui, après avoir trouvé un fournisseur argentin, il a incorporé la farine de sarrasin à toutes ses crêpes salées depuis le 1er janvier. Il est également difficile de trouver du cidre qui ressemble au cidre français ! En effet, ici les argentins ont plutôt l’habitude de boire du cidre espagnol qui est beaucoup plus sucré.

Un, Dos, Crêpes – Page Facebook Un, Dos, Crêpes

UNE CARTE POUR TOUS LES GOUTS

Mais que pouvons nous retrouver dans la carte ? Et bien de nombreuses saveurs appétissantes ! Entre des crêpes végétariennes ou plutôt façon hamburger pour les amoureux de la viande, la traditionnelle complète, des crêpes au saumon… vous avez l’embarras du choix ! En effet, il est difficile de faire sans viande en Argentine ! Alors pour satisfaire les argentins, il était évident d’en inclure dans la carte ! Mais c’est sans compter sur les crêpes sucrées et ses nombreux accompagnements !

Et si vous hésitez entre les deux, pourquoi ne pas opter pour une crêpe sucrée-salée ? Même si ce n’était pas facile au début d’incorporer les crêpes sucrées-salées à la carte car ce n’était pas dans les habitudes alimentaires des argentins, les goûts ont évolué ! Au contraire, les crêpes au saumon fumé sont devenues très appréciées et se sont installées dans la consommation courante !

UNE NOUVELLE CREPERIE AU MERCADO DE SAN TELMO

Il y a 6 mois de cela, un nouveau local a été ouvert au mercado de San Telmo ! L’idée de cette nouvelle crêperie ?  Créer une crêperie à la française où les gens peuvent réserver pour venir manger ! Ici, les gens prennent le temps de manger ! Le local se situant dans le mercado de San Telmo, un lieu très touristique, la majorité des clients sont des touristes ! Vous pouvez vous asseoir et également vous désaltérer avec une bonne bière artisanale ou du cidre.

Alors que dans le 1er local (Perú 424), la majorité des clients sont des argentins qui profitent de leur pause déjeuner pour manger rapidement ! « La carte dans la crêperie de Montserrat comprend également des wraps et des salades qui rappellent cette ambiance pause déjeuner », ajoute-t-il. Il est quand même possible de manger sur place mais le concept premier de cette crêperie est le « à emporter ».

 

 

Crêpes super burger – Page Facebook Un, Dos, Crêpes

DES PROJETS FUTURS ?

« Il est vrai qu’au début, je rêvais d’ouvrir de nombreuses crêperies » nous raconte-t-il ! Mais cela prend beaucoup de temps et cela nécessite beaucoup d’organisation ! De plus, il est difficile de former des crêpiers et faire des crêpes est un vrai savoir-faire. En effet, cela prend au moins trois mois pour former quelqu’un en tant que crêpier. Et Ludovic a un emploi du temps bien chargé ! En plus de ces deux crêperies, il fait également des événements comme les ferias mais aussi des événements privés : anniversaires, mariages, baptêmes, communions etc.

DES CONSEILS POUR OUVRIR UN COMMERCE A BUENOS AIRES ?

Persévérance et détermination ! Voici les qualités qui, selon Ludovic, sont indispensables pour ouvrir un commerce ! Cependant, il faut savoir que ce n’est pas facile. « Mais ce que j’apprécie particulièrement à Buenos Aires c’est que l’on ne s’ennuie jamais ! », nous avoue-t-il. A titre d’exemple, au niveau économique, l’inflation est très forte. C’est pourquoi il faut toujours revoir ses prix et négocier ses achats ! De plus, il arrive très souvent qu’il y ait des coupures d’électricité ! La qualité des installations électriques, de gaz et d’eau ne sont pas les mêmes. Enfin, les relations humaines ne sont pas forcement les mêmes qu’en France. Mais ce sont toutes ces choses qui lui ont fait aimer l’Argentine et son travail !

Si cette interview vous a donné l’eau à la bouche, retrouvez Un, Dos, Crêpes… du lundi au vendredi de 9h à 17h dans le quartier de Montserrat (Perú 424 – nº de téléphone : 4331 3132) et du mercredi au dimanche de 12h à 20h dans le quartier de San Telmo (Bolivar 970 – nº de téléphone : 4300 4165). Vous pouvez également les retrouver sur Facebook.

 


Vous avez aimé cet article ? A lire sur le même sujet