Vous avez dû remarquer ou vous remarquerez sans doute que la culture argentine a subi une forte influence italienne qu’il s’agisse de sa langue, de son architecture ou encore de sa gastronomie, surtout à Buenos Aires. Pas de communautarisme cependant. La communauté italienne s’est parfaitement intégrée, mélangée à la société argentine. Argentine-Info vous explique pourquoi et comment.

 italie

Drapeaux italiens- Photo : Pixabay

La plus grande communauté étrangère d’Argentine

96% de la population argentine serait d’ascendance européenne mais la communauté italienne est de loin la plus nombreuse. De la star du football Lionel Messi à l’actuel président argentin Mauricio Macri, les descendants du Belpaese sont partout en Argentine.  En effet, de 1857 à 1958, on y compte environ 46% d’immigrants italiens contre 33% d’Espagnols et seulement 1 à 3% de Français, d’Allemands et d’Anglais.

De 1880 à 1930, plus de 4 millions d’Italiens émigrent vers l’Argentine qui devient alors le deuxième pays d’émigration des Italiens après les Etats-Unis.

Aujourd’hui, Buenos Aires pourrait presque être considérée comme LA plus grande ville italienne avec 3 millions de descendants italiens dans une mégalopole de 11 millions d’habitants.

Les causes de cette immigration massive

La plus grosse vague migratoire italienne déferle sur l’Argentine entre 1857 et 1920. Il s’agit principalement de travailleurs non qualifiés et d’ouvriers agricoles qui quittent leur pays en raison de sa rapide industrialisation. En Argentine, ils forment des colonies agricoles dans les provinces de Santa Fe, Cordoba, Mendoza et du Chaco. A Buenos-Aires, ils se partagent des pièces dans des maisons colorées, au toit de tôle, dans le quartier de La Boca ou près du Port. L’Argentine, de son côté, s’ouvre à l’immigration dès son indépendance en 1816. Elle se trouve alors en infériorité numérique par rapport à ses voisins chiliens ou péruviens et manque de main d’œuvre. Entre 1879 et 1981, la campagne argentine de La Conquête du Désert offre de nouvelles terres aux paysans. En outre, la politique de Juan Bautista Alberdi favorise l’immigration ; « gobernar es poblar ». Les Etats-Unis, quant à eux, se ferment avec les lois des quotas de 1921 et 1924 et la crise de 1929. Enfin, l’Argentine se déclare territoire neutre durant la Seconde Guerre Mondiale.

Pizza

Pizza – Photo : Wikipédia

Une influence appréciée

De par leur proximité culinaire, linguistique et religieuse, les Italiens se mélangent facilement aux Argentins et se distinguent par leur volonté de s’intégrer en assimilant langue et culture locales. Cependant, le processus d’adaptation est réciproque. Les argentins mangent la pasta et boivent des cafés serrés. Au menu, sont les bienvenues ; la pizza, la polenta mais aussi les fameuses glaces ou gelati. L’accent des Porteños et des habitants de la région du Río De La Plata est emprunt d’une intonation musicale propre à l’accent italien et on retrouve de nombreux italianismes dans le parler de la capitale.

On prête même aux Porteños une certaine… élégance italienne.


Cet article vous a plu? Retrouvez également  ceux-ci:

« Tetro » : l’Argentine à l’honneur dans le dernier film de Francis Ford Coppola

Un marathon pour la meilleure pizza de Buenos Aires

Les quartiers de Buenos Aires : Zoom sur La Boca