En Argentine, les prix affichés dans les bars et restaurants n’incluent généralement pas le service. Il est donc d’usage de laisser un pourboire, propina, de 10% pour les petites additions et 5% pour les grosses. Ceci n’a rien d’obligatoire et est laissé à la discrétion du client, mais le contraire est assez mal perçu. Ce pourboire, comme en France, est représentatif de la qualité du service et de la gentillesse du personnel. Vous pourrez laisser quelques pesos au bagagiste ou au chauffeur pour un transfert hôtel / aéroport et quelques pesos au taxi en arrondissant la course au multiple de 5 supérieur (45 au lieu de 43 etc…).

Faites aussi attention à une pratique existante au Chili et qui arrive doucement dans certains endroits touristiques d’Argentine : la propina « suggérée » est directement incluse dans le total de l’addition. On vous force donc un peu la main, mais vous pouvez toujours soustraire cette propina du total pour ne pas avoir à la payer.


Flickr Travis S.

De plus ne soyez pas surpris que, lorsque vous prenez un car pour vous rendre dans une autre région d’Argentine, le bagagiste qui charge vos valises à l’arrière vous réclame quelques pesos pour ce maigre service… Mais comme toujours, libre à vous d’accepter ou non, d’autant plus que vous constaterez assez vite que l’on manque souvent de petites coupures ici.

Enfin, fait assez surprenant : ici les commerçants et taxis ont souvent l’habitude d’arrondir leurs prix par défaut et non par excès, contrairement à la France. Si après votre course en taxi le compteur affiche 53,78 pesos par exemple, le chauffeur vous demandera 53 ARS, de même qu’à l’épicerie du coin. A vous de voir si vous voulez arrondir de vous même au supérieur, mais sachez qu’il n’est pas impoli d’accepter leur méthode de calcul !

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet