Si vous avez voyagé quelques fois dans la capitale de l’Argentine, vous vous en êtes sûrement rendu compte. Le métro de Buenos Aires n’est pas aussi bien développé que le parisien ! En effet, le nombre de connexions sur le réseau urbain porteño laisse à désirer… Alors qu’un grand projet était prévu, aujourd’hui seulement 54 kilomètres de voies souterraines sont disponibles pour se déplacer dans la capitale ! Retour sur un réseau qui tarde à se terminer.

Le « subte » de Buenos Aires – Wikimedia

Une histoire qui commençait bien…

Remontons le temps ensemble pour nous retrouver en 1913. C’est en cette année qu’a débuté l’histoire du métro à Buenos Aires. En effet, la ligne A a ouvert ses portes pour permettre de rejoindre à l’époque la Plaza de Mayo à la Plaza de Miserere. Cette ouverture de ligne faisait de Buenos Aires la première ville d’Amérique du Sud à disposer de ce nouveau transport moderne ! En effet, ni Santiago ni Mexico ou encore San Pablo disposaient de voies de métro.

Cette ligne de métro permettait à la ville de Buenos Aires d’être reconnue au niveau mondial comme une ville développée ! En effet, ce fût la première ville hispanophone à disposer d’un métro (même avant Madrid!). Symbole de progrès et de développement, ce moyen de transport devait continuer de se développer pour permettre à tous les habitants de se déplacer plus rapidement. Dès 1913, le projet principal était de construire plus de 100 kilomètres de voies de métro !

Un grand projet tombé à l’eau

Le projet initial, de 1913 devait combler plus de 100 kilomètres de voies de métro, réparties entre 9 lignes différentes. Sur ces 100 kilomètres prévus il y a plus de 100 ans, seulement 54 ont été construits aujourd’hui. En 2017, ce sont seulement 6 lignes qui permettent de parcourir la capitale de l’Argentine. Alors que le projet annoncé aurait permis aux habitants de se déplacer tranquillement, Buenos Aires fait aujourd’hui fâce à un problème de taille quant à la mobilité à l’intérieur de la ville. Bien que la construction des Metrobus permette de compenser ce manque de transport, Buenos Aires aurait pu bénéficier d’un réseau souterrain des plus modernes si le projet avait touché à sa fin. Voici en image le plan des lignes de métro prévu initialement :

Projet de réseau souterrain de Buenos Aires – Wikimedia

Si vous jetez un œil sur ce plan, vous découvrirez alors 3 lignes qui étaient prévues dans le projet initial. Les lignes F, G et I n’ont en effet toujours pas été construites ! Vous remarquerez aussi le nombre de connexions beaucoup plus importantes. Par exemple la gare Retiro, pourrait mettre en  relation 4 lignes ! Le réseau  de métro tarde donc à se terminer. À titre de comparaison, voici le plan du métro de Buenos Aires actuel.

Le réseau de métro actuel de Buenos Aires – Wikipedia

Un retard pour une ville internationale 

Alors que le métro était auparavant une fierté pour les porteños, il est aujourd’hui synonyme de retard pour une ville de l’ampleur de Buenos Aires. En effet, alors que Buenos Aires était la 13ème ville à avoir un réseau de métro, c’est aujourd’hui la 60ème ville mondiale en terme de kilomètres de lignes de métro. Sao Paulo et Mexico par exemple, ont commencé la construction de leur métro bien plus tard que Buenos Aires. Pour autant, leur réseau de ligne de métro est bien plus développé aujourd’hui ! En effet, avec respectivement 335 et 226 kilomètres de réseau de lignes de métro, ces villes permettent une mobilité plus efficace.

À titre de comparaison, la ville de Santiago possède 104 kilomètres de lignes de métro, soit presque le double de Buenos Aires. Autre point plus signifiant, alors que les chiliens construisent 2,5 kilomètres de voies de métro par an, les argentins n’en construisent que 0,6 km. Soit plus de 4 fois moins que ses voisins ! Le métro de Buenos Aires continue donc de se développer, oui, mais à son rythme ! Il faudra donc attendre encore un petit peu (beaucoup) pour profiter du réseau de métro initialement prévu.


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet