Vous les avez peut être déjà croisé en flânant dans les rues de Buenos Aires, sans forcément vous y aventurer. Les entrées sont parfois peut engageantes mais il serait dommage de ne pas s’y rendre et rater l’intérêt architectural et le voyage dans le passé révolu de la distribution des années 1890-1940 qu’ils proposent!

Photo: letourduglobe.com

L’histoire qui les entoure

Au 19ème la ville était parsemée de ces marchés couverts, proposant majoritairement des produits alimentaires, ils étaient le rendez-vous shopping de tous les porteños. Aujourd’hui les choses ont bien changé, en effet il n’en reste plus beaucoup en activité. Certains sont désormais des supermarchés chinois ou encore des boutiques, toutefois quasiment tous sont encore debout. Ceux qui restent encore actifs ne connaissent plus autant de succès, autant du côté des commerçants que du public.

Cela pose la question de l’avenir de ces marchés à l’architecture si particulière, et de ce que la ville prévoit de faire pour préserver ces lieux au passé si rempli de vie quotidienne.

Rien n’est encore concrètement mis en place par la ville de Buenos Aires pour sauver ces marchés. Pour le moment la ville ne les a déclaré que « d’intérêt culturel » mais les marchés ne sont pas pour autant classés dans le patrimoine historique. Ce n’est pas faute d’avoir instauré 3 niveaux de protection pour les bâtiments de Buenos Aires qui sont la « Protección Integral » : protégeant les édifices présentant un intérêt spécial  historiquement et/ou architecturalement. Pourtant aucun marché ne reçoit cette qualification. Ou encore la « Protección Estructural »: qui protège les édifices présentant caractère singulier et topologique incarnant leur milieu ou définissant un espace urbain bien particulier ou sont témoins de la mémoire de la communauté, cette fois plusieurs marchés ont obtenu cette qualification (Abasto, Progreso, etc…). Et enfin la « Protección Cautelar »: celle là protège les édifices dont la valeur constitue la référence culturelle d’un espace. Depuis 2010, quelques marchés en sont bénéficiaires. (5 esquinas, Boedo, San Bernardo, etc…)

Quelques-uns de ces marchés, allez y faire un tour!

Mercado de San Telmo – Defensa 961 / San Telmo

C’est sûrement le plus connu,  car « sauvé » par le tourisme et par la Feria de San Telmo tous les dimanches. Il se situe sue la calle Defensa (mais on peut y rentrer aussi sur Carlos Calvo, Estados Unidos et Bolivar) et date de 1897. Il a été construit dans le plus pur style des pavillons Baltard, c’est à dire fer, verrière, et grands espaces libres pour y installer des kiosques et/ou postes de ventes. Pour nous la plus belle entrée se situe à l’intersection des rues Bolivar et Carlos Calvo.

Depuis les années 1990,les vendeurs de fruits et légumes font place à des postes de marchands de puces, fringues et brocantes. Quelques fruits et primeurs sont toujours au centre même de l’ensemble, devenant une attraction touristique devenu denrée rare. Toutefois c’est bien ces vendeurs de babioles qui font vivre le marché et l’ont sauvé d’une destruction certaine!

Mercado del Progreso – Avenida Rivadavia 5430 /Caballito 

Sûrement un des plus actifs de la ville.Vous le trouverez en face de la sortie de sortie de métro « Primera Junta » en plein quartier de Caballito. Celui ci date de 1889, puis modernisé dans les années 1929-1930, ce qui expliquant cette façade « art déco ». Toujours très actif, il brasse des milliers de clients tous les jours sur ses 3.600 m2. C’est le point de rendez-vous du quartier de Caballito. De nombreux porteños n’hésitent pas à venir des autres quartiers pour y faire leurs courses.

Mercado de Belgrano Calle Juramento 2527 / Belgrano

Il se trouve donc en plein dans le quartier de Belgrano, ce secteur du quartier connait une densité d’habitants proche de celle de Hong Kong, étant tous des consommateurs potentiels non négligeable. Ce marché a été préservé de toutes tentatives de disparition des spéculateurs immobiliers. Situé dans un bâtiment en béton des années 50 (ce nouveau marché date de 1953), ce n’est toutefois pas un des plus beaux. A ses débuts il ne comptait plus d’une trentaine de commerçants. Année après année il résiste, mais seuls 18 commerçants continuent d’offrir à ses habitants des produits de qualité. Au même s’élevait un marché au look plus atypique (acier et verrière, que l’on nomme antiguo mercado de Belgrano) inauguré en 1891 et démoli en 1952. Il vaut quand même le détour autant que le quartier de Belgrano.

 

Prenez le temps de vous y perdre, acheter quelques souvenirs un peu plus typiques que dans les gradnes ferias un peu plus touristiques!

Cet article vous a plu? Vous aimerez aussi…