María Elena Walsh (1930-2011), fut une icône de la culture argentine. Auteur, compositeur, chanteuse et brillante dramaturge, elle fut une référence artistique et sociale inégalable qui marqua l’enfance des argentins durant les quatre dernières générations.

María Elena Walsh, 1971

Biographie

María Elena Walsh est née dans le quartier de Ramos Mejia, a Buenos Aires, en 1930. Son père, agent ferroviaire anglais, joue du piano et chante des chansons de sa patrie. Sa mère quant à elle est Argentine avec des racines andalouses. María a grandi dans une grande batisse, entourée d’animaux et de plantes. Timide et rebelle, elle lisait beaucoup et publia son premier poème à l’âge de 15 ans dans la revue El Hogar. Peu après, elle écrivit dans le journal La Nación.

Un an après avoir fini ses études à l’Ecole Nationale des Beaux Arts, elle publia son premier livre (en 1947) « Otoño Imperdonable » qui reçoit le second prix Municipal de Poesie et est vanté par la critique et les écrivains hispanoamericains les plus importants. À partir de là, sa vie connait un bouleversement : elle commence à fréquenter les cercles littéraires et universitaires et écrit des essais. En 1949, elle voyaga aux Etat-Unis, invitée par Juan Ramon Jimenez. Dans les années 50, elle publia « Baladas con un Angel » et s’exile a Paris, avec Leda Valladares. C’est alors qu’elle commenca à écrire des vers pour les enfants. Elles deux créent là-bas le disque « le Chant du Monde ».

Elle fit partie du mouvement littéraire La Plata, et entre 1951 et 1963 forme le duo Leda y Maria avec la chanteuse folklorique Leda Valladares. Entre 1985 et 1989, elle fut designée par le President Raul Alfonsín pour intégrer le Consejo para la Consolidacion de la Democracia. En 1985, elle fut nommée Citoyenne Illustre de Buenos Aires, en 1990 Doctor Honoris Causa de l’Universite Nationale de Córdoba, et Personnage Illustre de la province de Buenos Aires. Elle meurt le 10 Janvier 2011. L’auteur repose désormais au cimetière de la Chacarita, à Buenos Aires.

Ses oeuvres

Particulièrement connue pour ses œuvres infantiles, elle créa le personnage de Manuelita la Tortuga (dessin animé connu de 1999) et les livres Tutu Maramba, El reino del revés (le royaume de l’envers), et Dailan Kifki. Elle est aussi à l’origine des fameuses chansons populaires pour adultes, comme « Como la cigarra », « Serena para la tierra de uno » et « El valle y el volcan ».

[youtube width= »325″ height= »244″]http://www.youtube.com/watch?v=-92hEMxRRbY&feature=fvwk[/youtube]

Pendant toute sa carrière, elle a enregistré plus de 20 disques et écrit plus de 50 livres. Ses personnages et ses chansons ont traversé les frontières. Aujourd’hui, génération après génération, ses thèmes sont chantés par des milliers d’enfants argentins. Cette artiste complète est une véritable jongleuse, quand elle chante ses poésies, mais aussi quand elle dénonce subliminalement les principales questions sociales. Toute sa rébellion, son opposition, son amour de la Nature et pour les enfants se reflètent dans ses nombreux poèmes, contes, chansons, essais et articles.


Cet article vous a plu? Vous aimeriez aussi…