On le sait, l’Argentine a connu une très forte vague d’immigration européenne au milieu du XIXème siècle dont les plus connues sont celles italiennes et espagnoles . Mais si vous êtes des habitués du blog, vous avez remarqué que nous avions également parlé, il y a quelque temps, de l’immigration belge dans la Province d’Entre-Rios et de l’immigration galloise dans le village de Gaiman. Ainsi aujourd’hui nous allons vous expliquer les débuts de l’immigration française sur le sol argentin. Et pas n’importe où puisque l’immigration française a débuté au beau milieu de la Pampa dans le village de Pigüé !

Village de Pigüé – Commons Wikipédia

Les débuts de l’immigration française

1884 c’est l’année décisive pour l’immigration française en Argentine ! Même s’il y avait déjà avant des Français en Argentine (on en comptait pas moins de 4286 français avant 1884), l’immigration française en Argentine a connu un véritable boom en 1884. Mais que s’est-il donc passé lors de cette année là ? En fait, il faut remonter même plus précisément 3 ans plus tôt. En effet en 1881, Clément Cabanettes, jeune paysan de l’Aveyron, réussit en 1881 à convaincre 40 familles venues d’Espalion, Saint-Geniez d’Olt, Gabriac, Aurelle, Naucelle et d’autres communes d’Aveyron de s’installer dans la Pampa.

Ainsi, le 23 octobre 1884, les familles quittent Rodez par train et embarquent le 24 octobre sur le Belgrano, qui part de Bordeaux en direction de l’Amérique du Sud. Ils atteignent le Nouveau Monde et Buenos Aires le 30 novembre, puis Pigüé les 3 et 4 décembre. La Colonie des Aveyronnais a su devenir, malgré un départ difficile, l’une des plus prospères de la Pampa.

Les raisons de ce départ ont été principalement politiques, économiques et sociales. En effet, la France connaissait à la fin du XIXème un certain déclin des idées libérales ; des idées qu’on retrouve en Argentine à la fin du XIXème siècle. De même, au niveau économique beaucoup de français de zones rurales souffraient au niveau économique. Poussés par la misère et/ou animés d’un solide esprit d‘entreprise, ils sont partis à la fin du XIXème siècle pour l’Argentine où ils ont fondé Pigüé, petit village en pleine Pampa argentine dans la Province de Buenos Aires.

Gare de Pigüé d’où sont arrivés les premiers francais – Wikimédia Commons

Qu’en est-il de Pigüé aujourd’hui ?

Aujourd’hui la ville de Pigüé compte pas moins de 13 800 habitants. Elle a gardé une très importante empreinte de cette immigration française. En effet, on considère que 30 à 40% de la population a des origines languedociennes.
De nombreuses rues ont gardé des noms de la région de l’Aveyron comme la rue Rodez. De même, de nombreux habitants actuels de Pigüé continuent de parler et de comprendre l’occitan. A noter que le français est toujours enseigné dans les établissements à l’image du néerlandais dans certaines écoles de Villaguay (cf article « La Belgique et le rêve argentin« ).

Par ailleurs chaque année une fête célébrée le 4 Décembre rend hommage à la diaspora aveyronnaise. Pigüé est la seule ville d’argentine fondée par des Français et ce fut la première à instaurer le service militaire dans le pays. Au fil des ans la colonie fut enrichie par l’arrivée de colons de toute l’Europe, pour en faire aujourd´hui une ville pleine de mélanges et riche en culture.

Si vous voulez visiter la Pampa Argentine, n’hésitez pas à contacter l’agence de voyages Equinoxe, spécialiste de vos voyages sur mesure.


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet