Né en 1865 dans le quartier de San Telmo, Juan B. Justo est le fondateur du Parti Socialiste argentin et un précurseur des idées de gauche du pays. Retour sur la vie très riche de cet homme qui aura marqué l’histoire argentine.

Source – photo : es.wikipedia.org

Un médecin remarquable

Avec le soutien de sa mère qui refuse qu’il reprenne la suite de son père agriculteur, Juan B. Justo intègre le Colegio Nacional de Buenos Aires en 1876, après l’école primaire. Il commencera en 1882 des études de médecine et sera diplômé en 1888 après la présentation d’une thèse brillante et avec des notes très au dessus de la moyenne.

En médecine, il s’impose comme un grand chercheur et innovateur : il introduit notamment les pratiques antiseptiques pour les opérations de chirurgie ainsi que l’usage de la cocaïne comme anesthésient. A seulement 23 ans, il se voit décerner un prix par la Faculté de Médecine, ainsi qu’une bourse pour un voyage d’études dans les principales capitales européennes.

Participation à la Revolución del Parque

En parallèle de ses brillantes études, Justo intègre la rédaction du journal La Prensa, pour lequel il rédige des chroniques. En 1890, il rejoint les rangs de l’Union Civique (Unión Cívica), mouvement de gauche créé par de jeunes Argentins en 1889. En opposition au gouvernement en place (jugé autoritaire et corrompu) et à la grave crise économique qui touche le pays, le parti fomente la Revolución del Parque qui éclate en 1890. Violement réprimée, elle conduit tout de même à la démission du Président Miguel Juárez Celman. Cependant, Juan B Justo refuse l’usage de la violence et prône plutôt une grève des travailleurs. Il décide donc de prendre part à la révolution uniquement en tant que médecin.

Vie politique

Cet engagement n’est que le premier d’une longue série. Son voyage en Europe et la découverte des idées socialistes et marxistes sont une véritable révélation pour lui, qu’il décrit ainsi : « Valait-il la peine de se donner tant de mal à sauver ces vies, fatalement condamnées à une vile souffrance ? Je comprenais petit à petit qu’il y avait quelque chose de stérile et d’indigne dans mon travail, qu’il avait quelque chose de fanatique et d’unilatéral. N’était-il pas plus humain de se consacrer autant que possible à éviter tant de souffrance et de dégradation ? Très vite j’ai trouvé dans le mouvement ouvrier l’environnement propice à mes nouvelles et ferventes aspirations. ». En 1894, il décide de fonder le journal socialiste La Venguardia avec ses compagnons de pensée. Dès le premier numéro, il affirme sa volonté de construire une alternative politique, volonté qu’il matérialisera en 1896 avec la création du Parti Socialiste Argentin. Les débuts sont difficiles mais à partir de 1912, le Parti Socialiste connaît des succès éléctoraux réguliers.

Très engagé tout au long de sa vie, Justo est finalement élu sénateur de la ville de Buenos Aires en 1924 et propose rapidement la séparation de l’Eglise et de l’Etat, projet refusé par les radicaux et conservateurs. En 1928, à l’âge de 63 ans, Juan B Justo meurt d’une crise cardiaque, entouré par sa famille.

Pour une biographie plus complète, rendez-vous ici !