Habituée aux reportages de fond de qualité, la chaine France 24 vient de publier un reportage établissant un rapide bilan de l’ère Kirchner, qui va prendre fin l’année prochaine en 2015, Cristina ayant déjà effectué deux mandats consécutifs.

Sans forcément le vouloir, car il se veut objectif et seulement informatif, le reportage a un air légèrement dramatique et fataliste : sur fond de lutte des classes, avec des images illustrant coup sur coup la réalité des pauvres puis des riches, le reportage insiste sur les progrès sociaux accomplis sous l’ère Kirchner : aides sociales et retraites pour les plus démunis, contrôle des prix et partage des revenus, réhabilitation des quartiers populaires avec l’introduction de la police fédérale et l’organisation de concerts dans les villas miserias… : les progrès sociaux effectués sous l’ère Nestor/Cristina Kirchner ( 12 ans au total !) semblent colossaux.

Cristinakirchnermensaje2010.jpgWikipédia C. Kirchner

Mais, de l’autre côté du miroir : des milieux d’affaire hostiles et dépités (et donc des investissements étrangers réduits au minimum), une inflation qui couvre les dépenses publiques non contrôlées,  une fuite en avant dénoncée par les classes supérieures, un système blue toujours plus présent, bref une Argentine qui se « Venezuelanise » à l’heure où beaucoup de pays d’Amérique Latine choisissent plutôt de se libéraliser. 

Toutefois, le reportage est loin d’être exhaustif et omet de nombreux points importants, et il semble résumer l‘Argentine à Buenos Aires, aucun mot n’étant prononcé à propos du reste du pays, mais le format télévisé du reportage, qui oblige de ne pas dépasser une certaine longueur (17 min ici) impose sans doute ces oublis.

Pour voir le reportage : c’est ici.


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet