Ce n’est pas le point touristique le plus connu d’Argentine, certes. Cependant, le Parc National de Talampaya vaut tout de même le détour. En effet, il est même inscrit depuis 2000 au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Talampaya fascine tout autant par ses formations rocheuses que par ses canyons arides. D’ailleurs c’est quelques 70 000 visiteurs qui s’y pressent chaque année. Zoom sur un site remarquable, au centre ouest de la province de la Rioja !

Talampaya

Talampaya- Photo : Wikipedia

Histoire du parc national de Talampaya

Fondé en 1975, le Parc fait aujourd’hui partie du patrimoine mondial de l’humanité. Il est, en effet, emprunt d’une histoire géologique et culturelle exceptionnelle. Les dépôts sédimentaires qui composent le bassin remontent à l’ère triasique (environ 200 millions d’années), ce qui explique les nombreux fossiles de dinosaures retrouvés sur place, mais malheureusement non exposés dans le parc. Le surgissement de la cordillère des Andes, il y a de cela 65 millions d’années, a fait ressortir ces sédiments enfouis. Talampaya est ainsi est immense massif, coupé en 2 par un canyon de 4km de longueur et de 140m de hauteur. Ses parois rouge vif resplendissent à la lumière du matin et les formations rocheuses aux formes surprenantes se succèdent.
Mais le parc regorge aussi de richesses culturelles : à l’entrée, une multitude de pétroglyphesornent les parois. Ils représentent des animaux, des figures géométriques, des hommes ou des rituels et furent réalisés entre le Ve siècle av JC et le XVIe siècle.
La localisation de ce vaste bassin est resté inconnue pendant de nombreuses années, en raison de son isolement. Ce n’est que dans les années 1970, suite à la construction d’une route, que celui-ci fut découvert, puis cartographié et exploré.

Faune et flore du Parc

Tampalaya ce n’est pas que des paysages magnifiques, un patrimoine géologique et arquéologique unique. Non, le parc se démarque aussi par la volonté de conserver une nature représentative de la région. C’est-à-dire un environnement désertique bien spécifique à cette région. Ainsi, les plantes et les animaux se sont adaptés à cette zone, originellement inhabitable. Vous pourrez observer des animaux comme le guanaco ou le cóndor. Si vous avez de la chance, vous pourrez apercevoir un pichi ciego. Le parc possède aussi sa flore spécifique. Par exemple, vous pourrez trouver une chica riojana, un petit arbre sans feuilles qui pousse sur des terrains pentus.

En tout le parc national acceuille autour de 190 espèces d’animaux. Il existe une grande variété d’oiseaux, des mamifères, des reptiles, des serpents… Bref, la faune est très diversifiée. C’est la particularité de ce parc.

Talampaya

Guacano – Photo : Wikipedia

Comment visiter le parc ?

Les visiteurs auront la sensation de faire un voyage dans le temps, entre les curieuses formations rocheuses, taillées par l’érosion du vent, les  murailles et les canyons. Tout l’enjeu du parc est de protéger les gisements archéologiques et paléontologiques de la zone.

Impossible de visiter le parc par vos propres moyens : il vous faudra obligatoirement faire partie d’une excursion organisée, et celles-ci sont toutes organisées par la compagnie Rolling Travel. Plusieurs excursions en minibus vous sont proposées : « Canyon Talampaya », la classique, « Los Cajones », plus longue ou « Quebrada Don Aduardo », qui inclut une randonnée à pied. Des excursions à bicyclette, plus éprouvantes, sont aussi proposées.

Le parc est ouvert de 8h30 à 17h30 en automne/hiver et de 8h à 18h en été/printemps

En conclusion, si vous êtes amateurs de flore, de faune, et plus largement de nature, alors vous trouverez votre bonheur dans le parc national de Talampaya ! N’hésitez donc pas à contacter l’agence Equinoxe pour réserver votre voyage !


Cet article vous a plu ? Consultez également :