L’Argentine et son histoire mouvementée, ce n’est pas que le football et le vin !. C’est aussi des inventions qu’elle a fait naître, tout en étant influencée par les situations nationales  et internationales. Retour sur ces inventions qui ont changée la vie de plusieurs millions de personnes

La Milanesa

La fameuse Milanesa nationale est née dans les assiettes des immigrés italiens et était initialement cuisinée par les grand-mères des ouvriers.Qu’elle soit Napolitaine ou “Lomo”, elle est juste partout, et c’est tant mieux parce que c’est bon.

Le Dogue Argentin

Le dogue Argentin, c’est le fruit du travail d’Antonio Nores Martinez, qui a passé sa vie à croiser les races pour en trouver une qui soit adaptée à la chasse en Argentine. Et c’est le dogue argentin qui est né, optimal pour chasser le puma.

Le Dulce de Leche

C’est LE symbole de  l’Argentine. Cette confiture de lait est une spécialité culinaire sucrée. Il s’agit d’un mélange de lait et de sucre porté à ébullition, puis cuit à feu très doux jusqu’à épaississement et obtention d’une couleur caramel. Ici on la met partout; dans les crêpes, dans les glaces, dans les gâteaux… Et surtout, dans l’afajor national.

Le cœur artificiel 

Le premier cœur artificiel a été transplanté en Argentine par un chirurgien de parents italiens. C’est en 1969 que le premier cœur entièrement artificiel a permis à un patient de rester en vie.

Le pontage 

Le pontage est une technique de chirurgie cardiaque qui contourne un vaisseau qui ne laisse pas circuler le sang correctement. On doit cette invention à René Favaloro, un médecin d’origine modeste qui finira docteur à la prestigieuse clinique de Cleveland.

Le stylo bille

László Biró, qui est journaliste, remarque que l’encre utilisée pour l’impression des journaux sèche rapidement, laissant le papier sec et sans taches. Il tente d’utiliser la même encre dans son stylo-plume mais s’aperçoit que la viscosité de l’encre l’empêche de couler jusqu’à la plume. En travaillant avec son frère Georg, chimiste, il conçoit un nouveau dispositif formé d’une bille roulant librement dans un support qui, en roulant permet de prendre l’encre de la cartouche pour l’appliquer sur le papier. C’est en 1943 que cet immigré hongrois, qui mourra à Buenos Aires en 1985,  a inventé le stylo bille.

La canne pour aveugles

José Mario Fallótico était un homme politique Argentin et passionné d’inventions en tout genre. Un jour, vit un aveugle attendre pour traverser, et il pensa à un objet qui serait une aide, mais aussi un symbole : la canne blanche pour les aveugles est née quelques mois plus tard. La version moderne, qui fait des ultrasons, et le feu de circulation sonore sont aussi des inventions argentines.

Le bus

Le premier à avoir eu l’idée d’un taxi collectif était Argentin, quand en 1928, après l’élection de Hipólito Yrigoyen, les passagers à bord des taxis semblaient manquer. Le premier trajet en bus se fit alors le 24 septembre 1928, à un cinquième du prix et jusqu’à Caballito, à Buenos Aires.  D’ailleurs, ici, on les appelle toujours des “collectivos”.

Les empreintes digitales

Le premier à utiliser les empreintes digitales à des fins d’identification (et d’accusation) est l’immigré croate Juan Vucetich, en 1891.

Le dessin animé

“El Apóstol” est la première satyre animée de l’histoire, et le premier dessin animé de l’histoire aussi, quelques années avant Disney. Son auteur, Quirino Cristiani, immigré italien, disait de Disney que c’était bien, mais qu’il était le premier. Malheureusement, il reste plus d’archive de son travail. 

On vous avait prévenu : il y à toujours des choses à découvrir en Argentine !