Connu autrefois sous le nom de “Jour de la race“, aujourd’hui nous célébrons en Argentine la “journée du respect de la diversité culturelle” ! Et la date du 12 octobre n’a bien évidemment pas été choisie au hasard. En effet, ce jour, commémore la découverte des amériques par Christophe Colomb et son équipage le 12 octobre 1492. En revanche, attention, le jour férié a été reculé à aujourd’hui lundi 16 Octobre afin de pouvoir profiter d’un week end prolongé.

12 octobre

Rassemblement à Buenos Aires – Photo : Wikipédia

Pourquoi le 12 octobre ?

Le 12 octobre, on commémore la date à laquelle l’expédition de Christophe Colomb a atteint les côtes d’une île américaine. À partir de ce moment là, se sont donc noués de nombreux liens entre l’Europe et l’Amérique.

Ainsi, le 12 octobre 1492, s’est produit un choc de cultures, qui a modifié bon nombre de choses au niveau mondial. Politique, économique, démographique, les bouleversements qu’a enclenché cette découverte ont été légion.
L’idée de commémorer ce jour est apparue au 19ème siècle, lorsqu’un décret royal fut signé le jour de l’anniversaire des 400 ans de la découverte. En effet, le 12 octobre 1892, Marie Christine d’Autriche, alors régente d’Espagne signe ce décret.
Cependant ce n’est que quelques années plus tard, que ce jour fut véritablement considéré comme jour de fête par toutes les nations américaines. En effet, c’est n’est qu’en 1917 et par décret du président Hipólito Yrigoyen que ce jour devient jour férié officiel.

Un changement de nom indispensable

Comme dit plus haut, ce jour s’appelait “Jour de la Race” jusqu’il y a quelques années. Cette décision est évidemment importante tant le nom précédant était discriminatoire et offensif.
Ce débat est apparu il y a de nombreuses années afin d’harmoniser la législation nationale avec les droits des peuples indigènes. Ce changement entendait reconnaître que “les droits de l’homme sont universels, indivisibles et interdépendants” a déclaré l’Institut National contre la Discrimination, la Xénophobie et le Racisme en 2007.
Par ailleurs, ce changement n’est pas étonnant et s’inscrit dans une logique claire. Celle de rendre tous ses droits à la communauté indigène argentine. Des droits qui n’ont pas toujours été respectés ces dernières décennies.
Ainsi, le 3 novembre 2010, la présidente de l’époque Cristina Kirchner signe le décret officiel. Le Jour de la race devient donc la fête du respect de la diversité culturelle. Aujourd’hui cette journée entend promouvoir la réflexion historique et le dialogue interculturel.
En conclusion, cette fête est désormais une célébration de toutes les cultures sudaméricaines. En Argentine, un tournant a été pris en 2010 en changeant son nom. Cela montre que la cause des peuples indigènes est redevenue un sujet important pour les instances gouvernantes.

Cet article vous a plu ? Consultez également :