L’Institut National des technologies en Argentine a rendu son verdict: 30% des gaz à effet de serre sont générés par les vaches. L’Argentine est ainsi responsable de 0.6% des émissions totales sur la planète. En effet, cela peut paraître faible si l’on s’intéresse aux chiffres d’autres pays comme par exemple les 25 % émis par les États-Unis. Seulement si l’on observe  l’émission par habitant, on se rend compte que le pays devance la Chine, le Brésil ou encore l’Uruguay !

Salon de l'agriculture ArgentineVache argentine – Photo : Marcefabi

Un secteur agricole nécessaire

À la vue de ces résultats on ne doit pas remettre en question tout le secteur agricole argentin. En outre, ce secteur est un pilier de l’économie du pays puisqu’il emploie 11% de la population. Par ailleurs, ce secteur reste vital  contrairement à la climatisation dans les automobiles. En outre la production de soja, produit vedette de l’agriculture argentine, représente un quart des revenus du pays et émet un gaz 300 plus polluant que le CO2. Or, le pays continue d’encourager sa culture car sur le plan économique est reste une manne indéniable.

Un nouveau régime alimentaire pour les vaches ?

Face à cette situation, des chercheurs sont entrain d’élaborer un régime alimentaire pour ces demoiselles afin de limiter leur rejet  de CO2. Une seule vache est capable de produire entre 800 et 1000 litres d’émissions tous les jours, les quantités deviennent vite astronomiques lorsqu’on considère le nombre total de bovins d’élevage en Argentine, soit 55 millions. Ainsi, si l’on parvient à diminuer de deux tiers le rejet de co2 d’un million de vaches cela correspondraient à retirer de la circulation 400 000 voitures.

Enfin, avant de jeter la foudre sur ces braves bêtes pensons d’abord à changer notre mode de vie pour être plus en accord avec le respect de l’environnement.