Apparu pour la première fois en 2011, le « Festival Internacional de Cine Politico » (FIcip) recommence à Buenos Aires pour la troisième année consécutive. Cette année, le Festival ouvrira ses portes pour une semaine, du 21 au 27 Mars 2013.

Photo – Source : Uniondocs

Qu’est ce que le FICiP ?

C’est un Festival au cours duquel sont projetés toute la semaine dans diverses salles de la capitale des longs ou court-métrages à thématique politique visant à ouvrir le débat sur différents thèmes plus ou moins généraux tournant autour de la vie politique nationale et internationale. La programmation est riche est variée : non seulement une session compétitive est organisée, avec un jury spécialisé qui juge aussi bien des fictions que des documentaires, films d’animations ou mêmes séries argentines pour départager les auteurs. Mais ce n’est pas tout ! Le Festival compte aussi une catégorie hors compétition où sont diffusées de nombreuses productions en provenance du monde entier, ainsi que des rencontres et des séminaires sur des thèmes aussi bien politiques que purement cinématographiques.

Quel objectif?

Ce Festival a comme objectif d’encourager le débat, l’échange et la discussion entre spectateurs et intervenants sur la vie politique nationale et internationale. Chaque évènement, lutte, revendication, échec ou succès qu’a connu le monde à travers les siècles a marqué d’une façon ou d’une autre l’histoire d’une communauté. Le cinéma politique reflète ces luttes, pour la dignité humaine, pour les droits sociaux, pour l’égalité entre les individus, ou encore contre une autorité considérée comme injuste. Au fil du temps, la progressive libéralisation de la presse a permis aux individus de s’exprimer sur ces thèmes parfois délicats, et l’un des principaux supports qui a permis l’expression des opinions est le cinéma, et c’est sur cet Art que le Festival s’appuie pour aiguillonner la discussion.

Son rayonnement en Argentine.

En Argentine, le cinéma politique a connu une grande ampleur depuis ses débuts. Depuis le premier film argentin à trame argumentaire, El Fusilamento de Dorrego en 1908, les productions à caractère historique et politique n’ont cessé de se succéder au sein du pays. L’industrie du cinéma a pris de plus en plus d’envergure, cultivant un public argentin devenu cinéphile, notamment depuis l’abolition de la censure avec la fin de la dictature en 1983 où il a pris alors une tournure éminemment politique. Dès lors, les Argentins n’ont pas hésité à utiliser le 7e Art pour exprimer une critique directement adressée aux autorités, sans manquer d’utiliser des célèbres slogans devenus historiques tels que « Nunca Mas » (« Plus Jamais », en parlant de la dictature) ou « Que se vayan todos ! » (« Qu’ils partent tous », en rapport avec la crise financière de 2001). Depuis 30 ans, le débat politique est progressivement réapparu sur le territoire, et les Argentins défendent leur droit de s’exprimer sur des sujets ayant marqué leur histoire à travers des discussions et des supports médiatiques.

Ne manquez pas ce Festival, riche en informations et en controverses, sur des sujets aussi bien locaux qu’universels!

Pour plus d’informations sur la programmation et sur les horaires, consultez le site du FICIP.