Ça sonne familier, et pour cause. Pour peu que vous ayez un peu le blues de vos vieilles salles de la rue des Écoles, ou que vous soyez un peu en mal d’authenticité, le cinéma aux consonances durassiennes est fait pour vous.

Cinema
Source: FlickR

Les originies bohèmes du projet

Il y a 7 ans, ce n’étaient que 38 sièges qui faisaient le Ciné-club Buenos Aires Mon Amour. Dans le cœur de San Telmo, perdus dans la ville bohème, ils projetaient les films qui n’attirent pas l’attention de tout le monde. Voyant son nombre de fidèles monter en flèche, le ciné-club est relocalisé au Microcine Godard, dans le quartier de Retiro. De tous les pays, dans toutes les langues et de toutes les époques, ces films en ont attiré plus d’un, si bien qu’en 2010, trois ans après sa création, plus de 1500 spectateurs par mois venaient profiter de la sélection.

Le cinéma de la Diagonal Norte

En octobre dernier ré ouvrait le Cine-club, à deux pas de l’Obélisque (on ne peut plus central; idéalement facile d’accès de tous les côtés de la ville). Avec l’aide de l’INCAA (Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales), ce sont trois salles qui font un cinéma authentique, qui vibre toujours d’une programmation inhabituelle et passionnante.

Et le Ciné-club, c’était et ça reste aussi des cours, des discussions et des séminaires ouverts à tous et par tous les temps! À venir et pendant 4 jeudi consécutifs, une “école des spectateurs”, animée par Federico Karstulovich. L’idée est la suivante: “Ce n’est pas un ciné débat, non plus un atelier d’écriture critique, mais une rencontre entre amis qui se proposent d’échanger sur ce qu’ils ont vu“. Entre autres, on y parlera de la Palme d’Or, l’occasion de penser le film en dehors des polémiques, et aussi pour nous francophones de pratiquer notre Espagnol! Le premier cycle se tiendra jeudi 16 janvier 2014 et prendra place les trois jeudis qui suivront. Le coût du séminaire est de 250 ARS (toutes les infos ICI).

À l’affiche…
En ce moment, sur les écrans, la Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, le Fils de l’Autre de Lorraine Lévy et Paradis:Amour de Ulrich Seidl. À venir, Le Temps de l’Amour de Jérome Bonnell, avec Emmanuelle Devos et Gabriel Byrne.

Tous les films sont en VOST, l’entrée coûte 25 ARS en semaine et 35 ARS à partir du jeudi.

 

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet