Musiques et danses en Argentine

Connaître l’Argentine, c’est aussi connaître sa culture musicale et ses danses ! Si elle ne les comptait pas comme parties intégrantes de son quotidien, l’Argentine ne serait pas vraiment le pays que l’on connait. Pourquoi la musique et la danse sont si importantes ? Car pour les Argentins c’est une vraie manière de s’identifier nationalement et régionalement. Et si vous voulez reconnaître un Mendocino (habitant de Mendoza) d’un Cordobés (habitant de Córdoba)notre petite liste des meilleures danses de l’Argentine pourrait bien vous servir !

 

Tango – Pexels

Le tango 

Comment faire une liste des meilleures danses de l’Argentine, sans aborder le tango ? Reconnu mondialement comme étant « la » danse typique de l’Argentine, on sent encore beaucoup son influence à travers le pays mais surtout dans la capitale : Buenos AiresAlmagro, quartier du vrai tango affiche encore les traces du passage du célèbre Carlos Gardel. En 2009, le tango est classé patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO.

Le cuarteto

La province de Córdoba est connue pour son fernet mais aussi pour sa typique musique le cuarteto ! Mais qu’est ce que le cuarteto ? C’est un mouvement musical qui est né dans la ville de Córdoba dans les années 40 ! Le cuarteto est un mélange de sons d’accordéon, de piano et de violon aux influences venues d’Espagne et d’Italie. La danse qui l’accompagne est très proche de celle du merengue, une danse de République Dominicaine ! Si dans les années 40, le cuarteto était associé aux classes défavorisées, il est classé, depuis 2013, comme Patrimoine Culturel des cordobeses (habitants de Córdoba).

 La cumbia

Musique très populaire, la cumbia est un mouvement musical qui vient de Colombie. Lorsqu’elle est apparue en Argentine, le pays y a rapidement ajouté son “petit plus”. La première variante apparaît dans la province de Santa Fe : la cumbia santafesina. Elle se caractérise par son instrument principal, la guitare ! Durant la fin des années 90, la cumbia villera apparaît ! Cette cumbia des villas, naît pendant la crise économique et dénonce la vie dans les bidonvilles, la délinquance, la violence, la drogue, le sexe. Enfin, la cumbia pop, également appelée cumbia cheta ou cachengue est le résultat de la cumbia avec des influences pop.

Carlos Gardel – Wikimedia Commons

Le chámame

Cette fois ci, c’est direction Corrientes que l’on vous amène ! Également très présent au Paraguay et dans certains endroits du Brésil, le chámame naît de la culture des Indiens Guarani, des colons espagnols et également des émigrants allemands et italiens ! C’est sur des notes d’accordéon et de guitare que vous pourrez danser !

La chacarera

Originaire du nord de l’Argentine (principalement des les provinces de Catamarca, Salta, Tucumán, Santiago del Estero et Jujuy), la chacareca est une danse traditionnelle ! Elle se danse en couple et se caractérise par des instruments à cordes tels que la guitare et le charango (instrument à corde inspiré de la petite guitare du Perou) et par le bombo legüero (petit tambour).

Guitare – Pexels

La nueva canción

Ce genre musical prend son importance durant la dictature des années 70 en Argentine. Ses chansons relateront en effet des sujets politiques et très engagés. La nueva canción est née d’une influence entre les sons folkloriques de l’Amérique du Sud, surtout du Chili, mais aussi du rock anglais.

La musique folklorique du nord-ouest argentin

La musique folklorique argentine remonte à plusieurs centaines d’années. En effet, ses origines sont enracinées dans les cultures indigènes des peuples originaires d’Amérique Latine. Cette musique populaire est inspirée de rythmes et de styles caractéristiques des cultures provinciales, majoritairement de racines indigènes et afro-hispano-coloniales. Vous vous en rendrez compte rapidement si vous visitez le nord-ouest de l’Argentine, et d’autant plus si vous tombez pendant la période de carnaval en février !

Vous êtes maintenant incollable sur la culture musicale et les différentes danses d’Argentine ! N’hésitez donc pas à découvrir ces traditions lorsque vous visitez les différentes régions d’Argentine !

 


Vous avez aimé cet article ? A lire sur le même sujet

Exposition Les Visitants : le regard de Guillermo Kuitca sur la Fondation Cartier

Découvrez la grande exposition Les Visitants au Centre Culturel Kirchner (CCK) ! Inaugurée en octobre 2017, l’exposition a vu le jour grâce à la collaboration entre le Sistema Federal de Medios y Contenidos Públicos et la Fondation Cartier pour l’art contemporain de Paris. L’exposition reflète le regard personnel de l’artiste Guillerno Kuitca sur la Fondation Cartier. Le projet Les Visitants vous offre dans les salles du sixième et septième étage ainsi que dans les magnifiques salles de Gran Lámpara, des œuvres de 23 artistes internationaux prestigieux ! L’équipe d’Argentine-info est partie visiter cette exposition et vous présente ce projet unique !

Kate Moss par Juergen Teller – Marie Domat

La Fondation Cartier à Buenos Aires 

Depuis octobre 2017, La Fondation Cartier pour l’art Contemporain est arrivée à Buenos Aires ! Découvrez une exposition incroyable avec 23 artistes et plus de 500 œuvres présentées pour la première fois en Argentine ! En effet, l’artiste argentin Guillermo Kuitca a sélectionné de nombreuses œuvres de la Fondation Cartier. De salles en salles, retrouvez des univers différents mais qui se complètent au fur et à mesure de la visite ! Une exposition qui offre aux visiteurs un rencontre inédite avec ces artistes qui pour la majorité exposent pour la première fois en Argentine.

Mais pourquoi Les Visitants ? Ce terme qui n’existe pas dans la langue française a été volontairement employé. D’une part, le nom est une référence à une ancienne exposition. En effet, en 2014, l’artiste argentin Guillermo Kuitca avait présenté une exposition intitulé Les Habitants  pour célébrer le 30ème anniversaire de la Fondation Cartier. En tant qu’artiste, il a crée un parcours où les œuvres de la Fondation Cartier entrent en dialogue et où la disposition de ces dernières devient une forme de création. Face au succès de 2014, il revient cette année avec l’exposition Les Visitants. L’exposition a été pensée d’une autre façon. Guillermo Kuitca a voulu rapprocher les œuvres aux spectateurs. C’est pourquoi, le nom Les Visitants est aussi une métaphore qui renvoie non seulement aux artistes mais aussi aux visiteurs de l’exposition qui viennent découvrir les œuvres.

Photographies du Seydou Keïta – Marie Domat

L’exposition Les Visitants 

Plus de 500 œuvres et 23 artistes

L’exposition occupe le sixième et le septième étage ainsi que les salles de La Gran Làmpara du Centre Culturel Kirchner. Les salles du CCK vous accueillent et vous présentent des œuvres impressionnantes et d’une très grande qualité. En autres, vous serez probablement émerveillé par les portraits du photographe malien Seydou Keïta, qui a photographié des habitants du Bamako, du Mali et de l’Afrique occidentale. Observez les magnifiques robes traditionnelles que portent les femmes. Ne passez pas a côté des œuvres de Juergen Teller avec ses portraits de Kate Moss ou Yves Saint Laurent. La série de photographies urbaines en noir et blanc de Daido Moriyama est également à ne pas manquer ! Cependant, tous les œuvres exposées valent la peine d’être vues ! Alors n’hésitez pas à visiter toutes les salles et découvrir des artistes tels que Wolfgang Tillmans, Alair Gomes, Tony Oursler, Agnès Varda et bien d’autres encore !

Living Room de Guillermo Kuitco

Mais ce n’est pas fini, l’exposition vous réserve encore d’autres surprises ! L’oeuvre centrale de l’exposition est le Living Room de Guillermo Kuitca, en collaboration avec David Lynch et Patti Smith. Cette oeuvre immense occupe un étage de la Gran Làmpara ! Cette installation, créée en 2014 pour la Fondation Cartier, est un espace imaginé par David Lynch. Pour la création de cet espace, il s’est inspiré de ses propres dessins qu’il avait utilisé pour son exposition The Air is on Fire, présenté à Paris en 2007. Vous serez ébahi par le mélange d’ambiance intime et surnaturelle qu’offre cet espace ainsi que par la perspective et la résonance de l’oeuvre. Les murs aux couleurs noires et rouges apportent une atmosphère surprenante. Lors de la visite, vous pourrez écouter la voix de Patti Smith qui récite un texte écrit par un cinéaste en 2011.

Visiter l’exposition

Avant de découvrir l’exposition de manière autonome, vous pouvez assister à une petite conférence de 20 minutes. Destinées à tout public, les conférences introductives pour découvrir l’exposition Les Visitants, offrent un panorama général et accessible sur le contenu de l’exposition pour ensuite la découvrir de façon autonome. Ces conférences ont lieu le vendredi à 18h et durant les weekend à 17, 18 et 19h.

Living Room de Guillermo Kuitca – Marie Domat

La fondation Cartier pour l’art contemporain

L’histoire de la Fondation Cartier

C’est en 1984 que Cartier ouvre les portes de la Fondation Cartier pour l’art contemporain. C’est la première fondation corporative en France dédiée à la promotion de l’art contemporain. La Fondation Cartier a voulu créer une nouvelle forme d’exposition et faire éveiller la curiosité des visiteurs. En 1994, la fondation a déménagé à Montparnasse dans une nouvelle structure conçue par l’architecte français Jean Nouvel.

Des expositions internationales

Crée par Alain Dominique Perrin, la Fondation Cartier possède un programme d’expositions individuelles d’artistes internationaux. Mais aussi des expositions collectives sur des thèmes relatifs à l’art ou à la société en général !  Afin d’avoir une programmation internationale, la Fondation Cartier organise également de nombreuses expositions itinérantes : Tokyo, Buenos Aires, Copenhague ou Rio de Janeiro.

Où et quand ? Du 27 octobre au 27 mai – De mercredi à dimanche et jours fériés de 13h à 20h – Centre Culturel Kirchner, Sarmiento 151 (MicroCentro), Buenos Aires.
Combien ? Gratuit

Les Visitants est une exposition qu’il ne faut pas hésiter à aller voir pour la qualité de ses œuvres. De plus, c’est l’occasion idéale pour connaitre le Centre Culturel Kirchner, un des espaces culturels les plus intéressants de Buenos Aires !


Vous avez aimé cet article ? A lire sur le même sujet

Exposition : Amor es Amor de Jean Paul Gaultier

Pour la première fois en Argentine, le célèbre couturier et créateur français Jean Paul Gauthier présente une exposition ! Reconnu comme étant “L’enfant terrible de la mode“, Jean Paul Gaultier se retrouve à Buenos Aires et plus particulièrement au Centre Culturel Kirchner dans le cadre de son exposition “Amor es Amor“. Cette exposition représente le mariage égalitaire selon le créateur français ! Retrouvez 35 robes et costumes de marié(e)s réalisés entre 1991 et 2018 qui célèbrent l’amour et la diversité !

Amor es Amor de Jean Paul Gaultier – Marie Domat

Une exposition célébrant le mariage égalitaire

Jean Paul Gaultier et ses créations matrimoniales

Un défilé de haute couture se termine généralement par une robe de marié ! De par la technique et par l’expérience requise dans les ateliers pour créer une robe de marié, ce vêtement est la pièce la plus spectaculaire d’une collection ! Depuis le début de sa ligne de prêt-à-porter en 1976 jusqu’à l’ouverture de sa maison de haute couture en 1997, Jean Paul Gaultier n’a jamais cessé d’impressionner le public avec ses créations de mariage ! Pour chaque collection, l’enfant terrible de la mode a su nous dévoiler son imagination débordante ! En effet, il a réussi à transformer la classique robe blanche ! Défenseur de la diversité en ce qui concerne le genre, l’orientation sexuelle ou les ethnies, Jean Paul Gaultier a transformé les ateliers de couture et changé les stéréotypes !

Love is Love

L’Argentine a légalisé le mariage pour tous le 15 juillet 2010 ! Ainsi, c’est le premier pays d’Amérique Latine a reconnaître ce droit sur tout son territoire mais également le dixième pays dans le monde qui légalise cette union. Quand les Etats-Unis ont légalisé le mariage pour tous et que la Court Suprême a voté pour l’union des personnes du même sexe, le président Barack Obama a prononcé la phrase “Love is Love”. C’est donc de cette phrase que provient le nom de l’exposition “Amor es Amor”.

Amor es Amor de Jean Paul Gaultier – Marie Domat

L’exposition Amor es Amor

L’exposition Amor es Amor est présentée autour d’un immense gâteau de mariage ! La mise en scène comprend des meubles et des objets couverts par une membrane en plastique qui rappelle un cocon. Cette mise en scène est également un clin d’œil aux salles de haute couture de l’atelier du créateur français dans la rue Saint-Martin à Paris !  Les mannequins, qui viennent compléter l’assemblage se situent sur le gâteaux de mariage mais également autour !  Certains mannequins sont animés grâce à un rétroprojecteur qui projette un visage sur leur tête ! Durant l’exposition, vous pourrez également entendre des messages vocaux de Jean Paul Gaultier !

L’enfant terrible de la mode 

Jean Paul Gaultier est né en 1952 à Paris. Il avait à peine 18 ans quand il a commencé sa carrière avec le créateur de mode Pierre Cardin. Après avoir travaillé avec Jacques Esterel, Jean Patou et de nouveau avec Pierre Cardin, Jean Paul Gaultier décide de lancer sa ligne de prêt-à-porter en 1976 à Paris. Le succès médiatique et commercial est très vite arrivé et le créateur parisien est devenu un des jeunes talents les plus appréciés des année 80.

Amor es Amor de Jean Paul Gaultier – Marie Domat

Depuis le début de sa carrière, Jean Paul Gaultier veut montrer que la beauté n’a pas seulement une seule facette et qu’elle peut se trouver dans les lieux les moins attendus ! Par exemple, transformer une canette en bracelet. C’est plus tard qu’il s’est inspiré de cette fameuse canette pour sortir son célèbre parfum. Sa première collection pour homme est sortie en 1984 suivi par son défilé “l’homme objet”. C’est en 1997 qu’il réalise sont rêve de lancer sa maison de haute couture Gaultier Paris.

Tout au long de sa carrière, Jean Paul Gaultier a également travaillé pour des spectacles de danse, cinéma ou musique. Il est ,en autres connu, pour ses créations lors de la tournée mondiale de Madonna “Blonde Ambition”. C’est en 1989 qu’il travaille pour le cinéma pour la première fois. En effet, il a réalisé les costumes du film Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant de Peter Greenaway. Mais il a crée les costumes des films : La cité des enfants perdus de Jean Pierre Jeunet, le cinquième élément de Luc Besson ou encore pour trois films de Pedro Almodovar.

Où et quand ? Centre Culturel Kirchner – Sarmiento 151 (centro) – Jusqu’au 15 juillet – Du mercredi au dimanche de 13h à 20h
Combien ? Gratuit

 


Vous avez aimé cet article ? A lire sur le même sujet

Les bonnes adresses de “café-librairies” à Buenos Aires

Il est toujours agréable de se poser dans un café pour se détendre, retrouver ses amis ou encore lire son journal. La ville de Buenos Aires est très connue pour ses cafés et possède de nombreux lieux emblématiques. Face à cet engouement, quelques librairies de la capitale argentine ont décidé de mélanger les plaisirs. Vous pourrez ainsi acheter le dernier roman à la mode ou déguster un café et quelques viennoiseries tout en lisant votre auteur préféré. Argentine-Info vous a concocté une liste des bonnes adresses de “café-librairies” dans la capitale.

Café et livre – Pixabays

El Ateneo Gran Splendid

El Ateneo Gran Splendid est la plus grande librairie d’Amérique Latine mais aussi une des plus importante au monde. Si vous vous promenez sur l’avenue Santa Fe, vous ne pourrez pas la manquer : elle se situe dans le bâtiment qui fut le Cine Teatro Gran Splendid, dessiné par les architectes Pero et Torres Armengol et inaugurée en 1919. Grâce à quelques changements, ce théâtre est devenu un vrai café-librairie. Ainsi, certains balcons et les places assises ont été transformés en espace de lecture et bibliothèque : 2000 mètres carrés de bibliothèque et étagères sur lesquelles trônent plus de 120 000 livres. Vous pourrez également savourer une boisson sur la scène qui est devenue un café. De nombreux écrivains tels que Paul Auster, Mario Vargas Llosa ou Mario Benedetti ont présenté ici leurs livres.

Où et quand ? De lundi à jeudi de 9h à 22h et de vendredi à samedi de 9h à minuit – Ateneo Grand Splendid – Av. Santa Fe 1860 (Recoleta), Buenos Aires.

Clásica y moderna

Découvrez l’un des endroits les plus emblématiques de la ville de Buenos Aires. Le café fut déclaré Site d’Intérêt Culturel par la ville de Buenos Aires. Don Francisco Poblet et sa femme Rosa Fereiro l’ont fondé en 1938. En 1987, le lieu est transformé en un endroit où l’on peut lire et acheter des livres, admirer des spectacles musicaux, boire un café et savourer de bon petits plats. Aujourd’hui, Clásica y moderna est dirigé par Natu Poblet. Un lieu absolument magique que l’on se doit de visiter.

Où et quand ? De lundi à samedi de 9h à 01h – Clásica y moderna – Callao 892 (Recoleta), Buenos Aires.

El Ateneo Gran Splendid – Flickr

Eterna cadencia

Cette librairie s’est déjà imposée comme un lieu incontournable dans la capitale. Le visiteur se sentira comme chez lui. En plus du café et de la librairie, vous pourrez bavarder en terrasse. Ici aussi, une maison d’édition publie de jeunes auteurs, déjà connus pour certains, de la littérature argentine, comme Diego Guebel ou Guillermo Piro.

Où et quand ? De lundi à vendredi de 9h30 à 21h et samedi de 11h30 à 20h – Eterna Cadencia – Honduras 5574 (Palermo), Buenos Aires.

DAIN, Usina Cultural

Situé à Palermo, ce café-librairie propose non seulement une bonne sélection de livres de toutes sortes, mais aussi un café des plus agréable. Vous pouvez également y déguster un repas savoureux ! En effet, le chef vous proposera un menu qui change toutes les semaines ! L’occasion idéale de découvrir de nouvelles saveurs. De plus, de nombreux événements culturels ont lieu dans cet endroit moderne, comme des conférences ou des concerts.

Où et quand ? De lundi à vendredi de 12h à 20h et samedi de 2h à 20h – Dain, Usina Cultural – Thames 1905 (Palermo), Buenos Aires.

Clásica y moderno – Wikimedia Commons 

Libros del Pasaje

Créée en 2004, Libros del Pasaje a voulu apporter une nouvelle dimension à la librairie traditionnelle. Ici, vous pourrez trouver les livres que vous cherchez mais également faire de nouvelles découvertes. Tenu par des amoureux des livres, le personnel de la librairie saura vous conseiller et vous guider dans vos choix. En plus d’une librairie, de nombreuses activités sont proposées : présentation de livres, expositions d’art et de photographies… Et c’est sans compter sur son café au fond de la librairie pour passer un moment agréable.

Où et quand ? De lundi à samedi de 10h à 21h et le dimanche de de 14h à 21h –  Libros del Pasaje – Thames 1762 (Palermo), Buenos Aires.

Borges 1975

Nous avons l’habitude des librairies silencieuses où le moindre bruit est banni ! Mais c’est tout le contraire au Borges 1975. En plus d’être une librairie, vous pouvez également boire un café, manger dans le restaurant, assister à des expositions, des ateliers ou même des concerts ! Le partage de la culture, de l’art ou des idées représentent ce lieu mythique !

Où et quand ? De mardi à samedi de 13h à 23h –  Borges 1975 – Jorge Luis Borges 1975 (Palermo), Buenos Aires.

Vous savez maintenant tout pour passer un agréable moment lecture et détente ! Quoi de mieux que de passer une après-midi dans un café-libraire durant les journées pluvieuses de l’automne ?


Vous avez aimé cet article ? A lire sur le même sujet

BAFICI : 20 ème édition du festival du ciné indépendant

Du 11 au 22 avril le BAFICI revient pour sa 20 ème édition ! Le BAFICI (Buenos Aires Festival Internacional de Cine Independente), est le Festival de cinéma indépendant le plus important d’Amérique latine, et probablement l’un des plus importants au monde. Organisé par le ministère de la culture de la ville de Buenos Aires, le festival revient chaque année au mois d’avril. Les producteurs, réalisateurs, directeurs artistiques, toutes les équipes en charge du projet ont parcouru le monde pour dénicher les grands films dans les petites salles. La philosophie du BAFICI est de promouvoir l’avenir du cinéma.

Bafici 2015 – Flickr

Un festival unique en son genre

Organisé par le Ministère de la Culture du Gouvernement de la ville de Buenos Aires, le BAFICI est un événement reconnu internationalement qui se déroule chaque année dans la capitale argentine au cours du mois d’avril.

C’est en 1999 que la première édition du BAFICI à eu lieu ! Le festival à réussi à gagner en notoriété d’année en année pour devenir un des festivals les plus remarquables dans le monde entier. En 1999, 146 invités étaient présents. Francis Ford Coppola, Todd Haynes, Paul Morissey… et bien d’autres invités prestigieux. C’est un peu plus de 150 films nationaux et internationaux qui ont étés présentés durant cette première édition ainsi que 120 000 spectateurs qui ont assisté au festival. Depuis 1999, le nombre de films présentés ainsi que l’audience du festival ne fait qu’augmenter.

Durant ces derniers années, 400 films sont présentés chaque année dans les six sections du Festival (Focus, Panorama, Special Screenings, Little Bafici, Planetarium Cinema, Official Selection), dont une quarantaine de films et coproductions francaises.

Pop Corn – Pixabays

Les différentes activités lors du festival

A l’air libre

Profitez des projections présentées par le BAFICI dont certaines d’entres elles sont gratuites.  En effet, vous pouvez par exemple assister à des séances de cinéma à l’air libre et dans différents quartiers de la ville de Buenos Aires. Cette année, s’ajoutent également la Costanera Sur et le Parque Saavedra ! La ville entière se transforme en salle de cinéma !

Discussions

D’autre part des discussionsrencontresactivités et séminaires sont mis à disposition du public. Des sujets comme la difficulté de projeter un film au cinéma ou encore l’éthique de l’image sont des thèmes qui seront abordés lors de cette 20 ème édition.

Laboratoire

Enfin, une des activités mise en place par le festival est le BAL, Buenos Aires Lab. Le BAL est une sélection de films de production de cinéma latino-américain avec notamment la présentation de films  “Work in progress”.

ET l’extraterrestre – Flickr

Une programmation inédite

Des films diversifiés

Ce festival commence en projetant le film d’animation japonais «Le Conte de la princesse Kaguya», un film du célèbre Studio Ghibli. Ce film d’animation est aussi bien pour les grands que pour les petits. En effet, les films d’animations japonais du Studio Ghibli comportent souvent une morale intéressante à comprendre. Ensuite, le film “Las Vegas” sera diffusé le 11 avril pour la première fois ! C’est la première projection dans le monde entier.

Du cinéma d’expérience

Certaines projections ajouteront aussi une touche « extra » qui ajoutera de l’expérience au spectateur. En effet, pour le film « ET l’extraterrestre », les spectateurs sont invités à devenir des acteurs du films. Vous pourrez aider notre extraterrestre préféré à rentrer chez lui à l’aide de la réalité virtuelle. De plus, pour clôturer le festival, vous pourrez même venir accompagné de votre animal de compagnie à l’occasion de la projection du film “L’île aux chiens”.

Informations pratiques

Où et quand ? Dans plus de 35 endroits – du 11 au 22 avril 2018

Combien ? Entrée Générale : à partir de 55 ARS 

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Pendant 10 jours, la ville de Buenos Aires va donc respirer le cinéma ! Venez nombreux célébrer ce festival hors du commun ! L’occasion idéale de découvrir de nouveaux films mais aussi de voir et revoir les classiques du cinéma !


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

L’Open de tennis d’Argentine arrive en février

30C’est une évidence, l’Argentine est définitivement un pays sportif. Si, incontestablement, le football est le sport numéro 1, il y a toutefois un grand nombre d’autres sports auxquels les argentins sont attirés comme la formule 1, le basket, le polo, le volley-ball, le rugby ou encore le tennis. Et c’est de ce dernier sport dont nous allons vous parler. Il est d’ailleurs d’autant plus temps d’en parler que dans quelques jours va se tenir le tournoi annuel de l’Open d’Argentine regroupant quelques grands joueurs de tennis internationaux. Donc, réservez dès à présent votre semaine du 10 au 18 février si vous souhaitez voir de belles affiches de tennis.

Open argentina – Tenis Zone

L’Argentine dans l’histoire du tennis ? 

Il est évident que l’Argentine n’est pas la nation principale du tennis mais vous serez vraiment surpris d’apprendre que l’Argentine a beaucoup pesé dans l’histoire du tennis et continue encore de nos jours à avoir une certaine renommée. En effet historiquement, plusieurs joueurs célèbres se sont illustrés au plus grand niveau. Le plus célèbre d’entre eux est sans aucun doute Guillermo Vilas qui dispose même d’une statue à son effigie au Paseo de la Gloria (Puerto Madero).

Au cours de sa carrière, il remporta pas moins de 62 titres (en simple et en double), ce qui en fait le joueur le plus titré d’Amérique du Sud de l’histoire et le neuvième au monde. Parmi ces titres, il gagna 4 tournois du grand chelem. Il s’agit également d’un homme possédant un grand nombre de records internationaux.

Il détient par exemple le record du plus grand nombre de victoires d’un même tournoi ATP 250 (8 fois celui de Buenos Aires), celui qui a compté le plus de victoires en une année (134 victoires) ou encore celui qui a compté le plus grand nombre de victoires d’affilé sur terres battues (47). Ces records ont été réalisés au cours de cette incroyable année 1977. Cette année-là, il remporte 2 tournois du grand chelem (Roland Garros et l’US Open). En bref, probablement un des sportifs les plus emblématiques de l’histoire du sport argentin.

Mais aussi…

Dans les autres figures argentines de tennis on peut citer également Ricardo Davin qui est le plus jeune joueur de l’histoire a avoir remporté un tournoi d’un circuit ATP. Ce fut celui de Buenos Aires en 1985. Il avait seulement 15 ans et un mois. Depuis, ce joueur est devenu le coach de deux icônes du tennis argentin. Le premier, Gastón Gaudio qui a remporté Roland Garros en 2004 contre son compatriote argentin Guillermo Corias (une autre icône du tennis mondial entre 2003 et 2006) et le deuxième Juan Martin del Potro vainqueur de l’US Open en 2009 après avoir sorti Federer et Nadal (seul Djokovic a déjà réalisé cet exploit) et de la coupe Davis en 2016. A ce jour, seuls Del Potro, Gaudio et Vilas ont remporté un tournoi du grand chelem en Argentine.

En tennis féminin, Gabriela Sabatini est incontestablement la plus connue après avoir remporté 3 tournois du grand chelem dans les années 1990. De même, Paolo Suarez fait figure également d’icône du tennis argentin après avoir remporté pas moins de 48 titres en doubles. Elle est considérée d’ailleurs comme une des meilleurs joueuses de l’histoire du tennis féminin en double.

Juan Martin Del Potro – Wikimédia Commons

L’Argentina Open (ou l’Open de tennis d’Argentine) !

Crée en 1968 à Buenos Aires et ayant lieu chaque année depuis 2001, il s’agit d’un tournoi important de tennis. Pour vous donner un ordre d’idée sur la hiérarchie des tournois au tennis, on a tout d’abord les 4 tournois du grand chelem (US Open, Open d’Australie, Wimbledon et Roland Garros) qui sont considérés comme les plus prestigieux au monde. Ensuite vient le Master de Londres qui regroupe les 8 meilleurs joueurs au monde. Juste après on trouve 9 Masters 1000, 13 ATP 500 et ensuite 40 ATP 250. Le tournoi de Buenos Aires est dans cette dernière catégorie. On retrouve également une dernière catégorie pour les professionnels appelés Futures. Il s’agit de la catégorie professionnelle la moins prestigieuse.

Cette année ce tournoi qui fait donc partie de la catégorie ATP 250 aura lieu du 10 au 18 février. On retrouvera quelques importantes figures du tennis international. Le plus célèbre est l’autrichien Dominic Thiem (vainqueur de l’édition 2016), numéro 5 mondial et tête de série pour ce tournoi. Nous avons aussi un autre tennisman qui participera à ce tournoi parmi les 10 premiers mondiaux. Il s’agit du croate Mario Cilic. A cela s’ajoute également les espagnols Busta et Ramos, l’argentin Schwartzman (numéro 26 mondial) et un seul et unique français, Gaël Monfils (numéro 46 mondial).

Le terrain est de la terre battue et le vainqueur de la dernière édition fut l’Ukrainien Alexandr Dolgopolov. Si les prétendants à ce titre sont connus, le calendrier des matchs, lui n’est pas encore dévoilé mais nous vous invitions à cliquer ici pour en savoir plus. Ainsi, serez-vous présent à ce tournoi ayant lieu à Palermo pour soutenir vos joueurs préférés ? Moi oui !


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Pablo Trapero – Le génie du cinéma argentin

En effet, même si le cinéma argentin est malheureusement encore peu réputé dans le monde, certaines figures argentines du 7ème art réussissent à se distinguer. C’est le cas de Pablo Trapero, une des figures les plus célèbres du cinéma argentin ! Charlie Chaplin, Alfred Hitchcock, Christopher Nolan et Steven Spielberg n’ont qu’à bien se tenir !

Pablo Trapero – Wikimédia Commons

Pablo Trapero – Portrait d’un homme à succès

Né en 1971 à San Justo, ville de 100 000 âmes dans l’extrême banlieue de Buenos Aires, Pablo Trapero s’oriente au début de sa carrière vers des études en architecture. Voyant que cette voie là ne le comble pas, il décide finalement de se lancer dans le cinéma en tant que producteur. Son talent est vite flagrant puisque à la réalisation de son premier long-métrage il remporte la première édition du Festival International du Cinéma Indépendant de Buenos Aires en 1999. A partir de ce moment, son parcours sera couronné de succès. A l’image de Quentin Tarantino, Pablo Trapero réalise peu de films (un rythme d’un film tous les deux ans). Ceci étant, ils sont presque à chaque fois très bien accueillis du grand public et récompensés.

En effet, Pablo Trapero est un peu l’homme de tous les records puisqu’il reste encore de nos jours le réalisateur qui en 2015, avait attiré 2 600 000 personnes dans les salles argentines avec son film “El Clan” et avait rassemblé 700 000 cinéphiles en seulement une semaine ce qui représente un véritable record dans l’histoire argentine. Cela lui permettra de recevoir le titre de “Chevalier ordre des arts et des lettres” par le ministère de la justice française. Il s’agissait de la première fois qu’un artiste d’Amérique du Sud recevait cette récompense. Un an avant cela il fut nommé président du jury de ‘un certain regard” (annexe du Festival de Cannes récompensant les films de réalisateurs encore peu connus). Plus récemment en 2017 il a été désigné jury de la 7ème édition de MyFrenchFilmFestival.com.

Martina Gusmán (à gauche), femme et actrice de Pablo Trapera – Wikimédia Commons

Ses films marquants

  • El Bonaerense (2002)

    C’est sans aucun doute le film qui a permis à sa carrière de décoller. El Bonaerense met en lumière les agissements de la police de la Province de Buenos Aires et toute la corruption qui peut exister. Comme souvent dans ses films, il est particulièrement engagé et a pour but de critiquer les aspects négatifs de l’Argentine. Ce film a été présent à la cérémonie “un certain regard” de 2002.

  • Leonera (2008)

    C’est probablement un des plus grands films du réalisateur. En effet, sous ses airs de thriller américain Leonera est un véritable régal. Julie 26 ans, découvre avec stupéfaction le corps de son père. Incapable de se souvenir des circonstances de ce crime elle est accusée par la justice et voit la garde de son enfant remise en cause. Elle fera donc tout pour garder avec elle son enfant dont elle est enceinte. Comme dans le premier film cité, l’actrice principale n’est autre que la compagne du réalisateur, Martina Gusmán. Son visage vous est familier ? Elle est connue pour avoir joué dans la série “El Marginal”, voilà pourquoi. Une actrice qui a vraiment la cote en Argentine.

  • Elefante blanco (2012)

    Un film fort avec un casting exceptionnel. En effet, dans ce film on retrouve la compagne du réalisateur jouant le rôle d’assistante sociale du bidonville, Ricardo Darín, un acteur argentin très connu et Jérémie Renier, acteur belge que l’on connait entre autre pour son rôle de Claude François dans le film Cloclo. Les deux derniers jouant le rôle d’un prêtre. L’histoire se passe dans un des bidonvilles les plus pauvres de Buenos Aires (Villa Lugano). Les deux prêtres ont le projet de construire une chapelle dans ce quartier. Ceci étant le manque d’argent, les trafics de drogue et la présence policière hostile rendent ce travail difficile et la vie des protagonistes se retrouve peu à peu en danger. Un film vraiment poignant.

  • El Clan (2015)

    Comme dit en introduction, c’est le film de tous les records. Contrairement aux autres de ses films, El Clan a vraiment eu un impact à l’international. En effet El Clan, inspiré d’une histoire vraie, raconte la vie d’un homme qui, après la chute de la dictature, séquestre chez lui des personnes hauts gradés (souvent des chefs d’entreprise). Ce film a par ailleurs été sélectionné pour l’oscar du meilleur film en langue étrangère lors des Oscars de 2016.

Je vous invite vraiment à regarder les films de ce génie du 7ème art qui semble encore avoir de beaux jours devant lui car en 2018 un film ” La quietud” sortira et les deux actrices principales de ce film ne seront nulle autre que sa compagne et Bérenice Bejo, une actrice franco-argentine connue pour se rôles dans OSS 117 ou encore The Artist.


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet !

Le musée Xul Solar : Hommage à un artiste argentin

L’Argentine regorge d’artistes mondialement connus dont les plus célèbres sont Jorge Luis Borges, un écrivain du XXème siècle et bien sûr Carlos Gardel, le célèbre chanteur et compositeur de tango. On peut aussi d’autres artistes mais souvent moins connus comme l’écrivain Antonio Berni, la chanteuse Mercedes Sosa ou encore l’artiste Xul Solar. C’est d’ailleurs de ce dernier que nous allons nous intéresser car cet artiste a eu un impact très important sur la conception de l’art en Argentine et encore aujourd’hui on peut admirer ses œuvres dans le musée qui porte son nom dans la musée où il a habité à Buenos Aires.

Pièce du Musée Xul Solar – FlickR

Un lieu chargé d’histoire

Il ne s’agit pas d’un lieu anecdotique puisque ce musée était autrefois le lieu où vivait Xul Solar. Mais avant qu’il vive dans cette maison, ce dernier a beaucoup voyagé. En effet, en étant jeune, le natif se lance au départ dans des études d’architecte. Ceci étant, cela ne lui plait pas et il décide de se lancer dans la peinture et la musique. Il entreprend ainsi un voyage en Europe. Là il va y découvrir tous les styles de peinture de l’époque comme le cubisme, l’expressionnisme ou encore le dadaïsme suite à l’influence du peintre suisse Paul Klee lors de son voyage en Allemagne.

De plus il se passionne pour les langues d’Europe, il va en apprendre 10 pendant les 12 ans où il restera en Europe. Il en créera même une (le néo-créole). Il décide finalement de revenir en Argentine avec son ami Emilio Pettoruti (au parcours assez similaire par ailleurs) qu’il rencontre en Italie. A son retour à Buenos Aires Xul Solar se lie avec des intellectuels dont le plus connu est Borges. Ce groupe d’intellectuels se rencontre régulièrement et ils parlent souvent d’astronomie ou d’art. Même si son succès a pris plus de temps qu’il l’imaginait, il réussit néanmoins à se faire connaitre et à participer à des expositions dans certains musées de la capitale.

Sa renommé ne cesse d’augmenter à travers ses expositions nationales et internationales. Il meurt le 9 Avril 1963 à l’âge de 75 ans. Sa femme Lita avec qui il s’est marié en 1946 décide de créer une association en 1986 visant à préserver les œuvres de son mari qui seront exposées 7 ans plus tard en 1993 dans le musée qu’elle créera également.

Un musée aussi étrange que fascinant

Le musée est entièrement composé d’œuvres de l’artiste Xul Solar. Exceptionnellement il peut également y avoir des expositions temporaires. Autrement les oeuvres exposées de Xul Solar sont principalement des objets, sculptures et documents. En effet on retrouve aussi dans ce musée la bibliothèque de l’artiste qui compte pas moins de 3500 volumes. On retrouve aussi bien entendu de nombreuses peintures de l’artiste car c’est surtout pour cela qu’il s’est fait connaître. Comme l’a dit Borges, Xul Solar est avant tout un peintre mystique. Car ses œuvres souvent fascinent et interrogent.

L’intérieur du musée – Wikimédia Commons

Au delà des œuvres que vous pourrez admirer, le musée vaut aussi pour le lieu. En effet c’est à son retour d’Europe qu’il décide d’acheter cette incroyable maison en 1928. C’est dans celle-ci qu’il y organisait de nombreuses réunions avec d’autres intellectuels. Il y restera jusqu’à sa mort même si à partir de 1954 il aura également une maison secondaire à Tigre où il vivra aussi un certain temps. Aujourd’hui le musée est tellement splendide qu’il a terminé deuxième du trophée du bâtiment contemporain le plus beau d’Amérique du Sud.

Ainsi, en bref, visiter ce musée ce n’est pas seulement admirer des œuvres extraordinaires mais c’est aussi découvrir un lieu chargé d’histoire dans le passé culturel argentin.

VOUS ÊTES INTÉRESSÉ POUR FAIRE UN VOYAGE DE QUELQUES JOURS AVEC EQUINOXE A BUENOS AIRES ? CLIQUEZ ICI.

 


Vous avez aimé cet article ? A lire sur le même sujet

La Yegros : L’incroyable chanteuse argentine de cumbia électronique !

Il s’agit là d’une artiste exceptionnelle qui a révolutionné la conception de la musique en Amérique du Sud. Son nom ? La Yegros (prononcer la « Shegroos » en Argentin). Pourquoi a-t-elle révolutionné la musique en Amérique du Sud ? Car ses chansons se rapportent à un tout niveau type de chanson que l’on peut définir comme cumbia électronique ! Un nouveau style qui a envoûté toute l’Amérique et qui a déjà franchi les frontières européennes !

La Yegros – Commons Wikimédia

La vie de La Yegros 


Mariana Yegros a grandi à Morón, dans la grande banlieue de Buenos Aires. Elle raconte : « Enfant, j’adorais chanter et j’étais fascinée par Tina Turner, avec son côté animal. Je rêvais d’être célèbre et de chanter dans des stades… ». Le milieu familial (père ouvrier, mère institutrice) se charge de faire revenir la jeune enfant sur terre  « On me disait que, pour percer dans la musique, il fallait de l’argent et des connexions. Je n’avais ni l’un ni l’autre. »

Ceci étant, elle compte bien réaliser son rêve. Ainsi à l’adolescence, elle entre au conservatoire de sa ville pour étudier le chant lyrique. « Je n’aspirais pas à être une diva d’opéra, mais l’enseignement était de qualité et gratuit. » Une amie la pousse à se présenter à un casting pour un spectacle. Ainsi Mariana Yegros découvre alors une émotion inconnue. Des rythmiques barbares, tribales, qui prenaient aux tripes. « J’avais trouvé ma voie » disait-elle.

Ses premiers succès

Puis, elle écoute pour la première fois les expériences de cumbia electro. De retour à Buenos Aires, elle croise Dick el Demasiado qui lui propose de faire deux interventions dans son show : « Tu chantes ce que tu veux, dans la tenue que tu veux. » lui dit-il. « J’ai sorti mes habits les plus délirants, des colliers de chien à pointes en plastique fluo, une robe ultra mini, des chaussures à plateforme sur lesquelles je tenais à peine, et je me suis lancée. » C’est le bon moment pour elle.

Son premier succès, Trocitos de Madera (« petits bouts de bois »), raconte une bien étrange histoire. « Un jour, un ami nous appelle : « Allumez la télé, il y a une info incroyable. » En effet, à Misiones, la province d’où viennent mes parents, une petite fille pleurait des morceaux de bois ! Le fou rire nous a occupés toute la journée et, avec Gaby, on a imaginé une petite chanson.»

Mais la force de La Yegros, c’est sa faculté à imprégner ses chansons de ses racines littorales. Son album qui a connu le plus de succès Viene de mi, en est la preuve. En effet cet opus propose une formule riche en sons rustiques (percussions, accordéon). A cela s’ajoute des tempos ralentis qui font merveille sur les pistes de danse. La cumbia y fait bon ménage avec les rythmes du folklore argentin tels que le chamamé. Il faut savoir que la cumbia et le chamamé sont deux styles de musiques qui ont été importés par les parents de La Yegros, à Buenos Aires !

Un festival de musique en France – Commons Wikimédia

Comment peut-on définir précisément sa musique ? 

La Yegros combine des rythmes traditionnels de la forêt du Nord-Est de l’Argentine, une musique relativement méconnue à l’oreille mondiale, et un style urbain influencé par le fait d’avoir vécu et de vivre dans une ville cosmopolite telle que Buenos Aires. Cependant, La Yegros n’est pas précisément une artiste nouvelle. Elle a joué sur des scènes très importantes du monde comme le Central Park Summerstage et le Roskilde Festival au Danemark. Elle a fait plus récemment des tournées en France et participé à des festivals.

Son premier album Viene de mí, fut éditée par ZZK Records, la maison de disque et maison de production argentine avec un « background » de plus de 150 concerts dans 70 villes du monde, en à peine 4 ans d’existence. Cette maison de disque est une marque mondialement connue pour être l’usine génératrice du mouvement de la « Nouvelle Cumbia » et du folklore numérique. 

Même si son deuxième album (et pour l’instant son dernier) Magnetismo n’a pas connu le même succès que Viene de mí, il reste toutefois très apprécié des fans. « Quand à la fin d’un spectacle les gens viennent te voir pour te féliciter et qu’on voit qu’ils sont contents, je sais que j’ai fait du bon travail » affirme la chanteuse. La joie du public elle la doit aussi au célèbre musicien uruguayen Gustavo Santaolla. En effet ce dernier a collaboré avec elle pour son dernier album.

Mais peu importe le succès que le chanteuse connait, son unique objectif est de chanter des chansons d’amour non conventionnelles et faire danser ceux qui les écoutent. Du moment que cet objectif est rempli, La Yegros en est ravie !


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Les chances de l’Argentine pour la coupe du monde de football 2018

Dans maintenant un peu moins de 8 mois, c’est la coupe du monde de football en Russie ! Mais après ses éliminatoires plus que laborieux pour l’Argentine nous nous sommes demandés quelles étaient les vraies chances pour l’Argentine de soulever ce trophée. Un trophée qu’ils n’ont plus soulevé depuis plus de 30 ans ….

L’équipe nationale argentine – Flickr

Un parcours laborieux et une équipe qui ne convainc pas

Je pense que je ne vous apprends rien tellement il était impossible d’échapper à la ferveur de tout un pays derrière son équipe lors des deux derniers matchs cruciaux de l’Albiceleste (le surnom donné à l’équipe nationale d’Argentine), mais la qualification a été plus que laborieuse. En effet il aura fallu attendre le tout dernier match en Equateur ! Et que cela fut dur !

En effet ce dernier match n’a pas été de tout repos puisqu’au bout de 50 secondes de jeu seulement c’est bien l’Equateur qui avait ouvert la marque. Heureusement l’Argentine réussit finalement à renverser la situation en s’imposant 3-1 et en voyant certains de ses concurrents directs perdre des points en faisant match nul (Pérou 1 – 1 Colombie) ou en perdant (Brésil 3 – 0 Chili).

Mais si l’Argentine termine finalement 3ème au classement final, c’est bien anecdotique tellement les performances ont été décevantes. Et cela se voit dans les chiffres. En effet l’Argentine termine 2ème pire attaque des éliminatoires avec seulement 19 buts marqués (autant que le dernier du groupe le Venezuela) soit environ 1 but par match seulement ! De même ils finissent seulement avec 2 petits points d’avance sur le Chili éliminé.

Mais ce qui est avant tout pointé du doigt, c’est la faiblesse du jeu proposé par l’équipe nationale. Malgré des joueurs de grande qualité, l’animation proposée sur le terrain pourrait être plus flamboyante. Elle semble ne reposer que sur les exploits individuels de Messi comme nous avons pu le voir avec le match contre l’Equateur.

Ainsi beaucoup ont pointé du doigt les mauvais choix de l’entraîneur sur les joueurs retenus. C’est le cas pour Higuain et Dybala régulièrement non appelés malgré des performances en club très bonnes. Ces choix discutables ont d’ailleurs entraîné un changement de 3 entraîneurs différents pendant les éliminatoires !

Des raisons d’espérer 

Malgré tous ces points négatifs cités, la coupe du monde est une toute autre compétition ! Ainsi on pourrait voir un autre visage de la sélection argentine y compris au niveau de l’effectif.

Il n’est pas impossible par exemple de voir le prodigieux Paulo Dybala avec Aguero qui a été peu utilisé aux éliminatoires à cause des blessures ou encore avec Higuain qui malgré le fait qu’il n’arrive toujours pas à convaincre avec l’Argentine reste le joueur argentin le plus cher de l’histoire. En effet il avait été transféré pour 9o millions d’euros à la Juventus de Turin en Juillet 2016.

Ensuite les éliminatoires ont réservé leurs lots de surprises qui pourraient rendre la coupe du monde plus accessible. Outre le Chili et le Paraguay éliminés de la zone d’Amérique du Sud, sur d’autres continents certains résultats ont également surpris. On notera par exemple l’élimination des Etats-Unis, du Ghana, de l’Algérie ou encore des Pays-Bas. De même les barrages qui commenceront le 9 Novembre pourraient éliminées d’importantes nations du football comme l’Italie.

Stade de River Plate, le stade de le sélection argentine – Wikimédia Commons

Une concurrence abordable 

Ainsi l’Argentine se retrouvera parmi les 8 têtes de série pour le mondial ! Cela signifie pour simplifier qu’elle rencontrera des équipes classées plus faibles. Ainsi on pourrait avoir un groupe (dans le meilleur des cas) comme ArgentineIslandeIranPanama. Ce qui semble plus qu’abordable pour la sélection argentine.

Enfin, s’il fallait voir un dernier point positif on peut remarquer qu’aucune véritable nation semble vraiment dégager une grande stabilité et une importante confiance. Si seul l’Allemagne a fait un sans faute lors de ses éliminatoires, beaucoup de grandes nations n’ont pas répondu à leurs attentes comme les deux finalistes de l’euro (la France et le Portugal) ou encore l’Angleterre ou même l’Italie. Donc l’Argentine ne doit pas forcément avoir peur.

Et les bookmakers ne s’y trompent pas ! Si l’Allemagne et la France sont en tête avec une côte à 6.00, l’Argentine fait figure de bon élève et se trouve en 5ème position avec une côte à 9.00 (derrière toutefois son rival Brésilien avec une côte à 7.00). Cela signifie que si vous misez 1€ sur une victoire à la coupe du monde de l’Argentine, vous remportez 9€ !

Vous connaissez désormais tout sur les chances d’espérer pour l’Argentine mais une chose est sûre, si l’Albiceleste réussit à mettre ses impressionnantes individualités au sens du collectif, l’Argentine aura une véritable opportunité de remporter sa troisième coupe du monde de son histoire !

Si le football argentin vous intéresse, n’hésitez pas à assister à un match de football à Buenos Aires lors de votre séjour avec Equinoxe en Argentine.  


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet