Durant sa campagne, Mauricio Macri avait annoncé vouloir mettre en circulation de nouvelles coupures de 200 et 500 pesos, ce sera chose faite en juin 2016. Ces billets seront à l’effigie de la faune et la flore du pays, au lieu des traditionnels portraits de figures politiques. Le Président a également décidé de renouveler, en 2017, les billets de 100, 50 et 20 pesos. Seul le billet de 10 pesos restera un temps en circulation, et seront frappées de nouvelles pièces de monnaie de 10 et 5 pesos.

Photo – www.politicargentina.com

Cela sera une double révolution dans le quotidien des Argentins.

En effet, jusqu’à présent, la plus grosse coupure disponible en Argentine est celle de 100 pesos (soit environ 6 euros), totalement en inéquation avec l’inflation qui sévit depuis plusieurs années.

La deuxième révolution, plus “macricienne”, est d’en finir avec les représentations patriotiques, militaires ou politiques (en un mot : “historiques”) qui se retrouvent sur toutes les coupures argentines. Du coup, fini les militaires Mitre, San Martin, Belgrano, de Rosas ou Roca (3 d’entre eux furent Présidents de la République), et qui, par leurs actions, ne font pas l’unanimité auprès des Argentins. On fait place à une vision plus neutre qui ne représentera plus l’histoire Argentine, mais permettra, selon les mots du gouvernement, “de mettre en valeur la nature généreuse qu’abrite l’Argentine et souligner l’importance de la préservation et de la promotion de cette biodiversité“.

Ils sont fous ces argentins!

La Nación rapporte que “La Banque centrale a commis l’erreur de montrer les dessins”, ce qui vous l’imaginez bien a déchaîné les internautes et nous prouvent encore une fois qu’ils sont bien fous ces argentins!

On trouve donc plusieurs illustrations d’animaux comme le jaguar ou la baleine; et c’est de loin la baleine franche australe des billets de 200 pesos qui nous a fait le plus rire! Particulièrement après le tweet du maire de Puerto Madryn du 18 janvier dernier! Vous savez, Puerto Madryn, cette petite ville non loin de la Péninsule de Valdés où naissent les baleineaux? Cet incroyable spot d’observation de la faune marine! Eh bien le maire Ricardo Sastre invite le designer du billet à mieux s’informer sur les baleines, pour qu’il se rendre compte qu’il les a dessinées à l’envers, rapporte Clarín. En effet, sur le dessin, les nageoires sont placées sur le dos et pas sur les flancs de l’animal, sa bouche “ressemble plutôt à celle d’un dinosaure” et ses yeux situés au mauvais endroit…

Depuis, des centres de recherches ont proposé l’aide de leurs experts au gouvernement pour corriger le dessin de la baleine.

On espère qu’ils prendront en considération cette aide, cela serait dommage que l’Argentine se retrouve avec une image biaisée de l’un des animaux phare de leur propre pays.

Cet article vous a plu? Vous aimerez aussi…