Vous avez sûrement, récemment, entendu parler de la mort de Gustavo Cerati, la légende du rock argentin et latino-américain. Pourtant, le musicien demeure peu connu dans les pays européens non hispanophones. Nous en profitons donc pour combler ce manque et rappeler sa vie, son oeuvre dans cet article.  Bonne lecture !

Cerati sur scène à Santiago du Chili en 2007 – Wikipedia

Jeunesse

Gustavo Adrian Cerati Clark est né le 11 août 1959 à Buenos Aires. Il se passionne très tôt pour la musique et le dessin (enfant, il dessinait et racontait. Par exemple, les aventures de Superbrain, une sorte de Superman). Il dirigeait également la chorale de son lycée. Il existe une anecdote amusante à ce sujet. Gustavo aurait été exclue pendant un moment de la chorale pour avoir roter pendant la messe puis l’aurait réintégré après avoir gagné un concours de chant. Jeune, Cerati était également très sportif (en natation notamment). Gustavo commence à travailler à 22 ans en tant que laborantin dans un grand laboratoire de Buenos Aires avant de s’engager un moment dans l’armée argentine.

À cette époque, le jeune Gustavo était bercé par des groupes tels que The Police, Queen, The Cure ou David Bowie.

Le début de la célébrité

Cerati avait déjà joué avec quelques groupes de rock comme Savage ou de blues comme Vozarron. Le point de départ de la carrière musicale de Cerati a néanmoins lieu en 1982. En vacance à Punta del Este, Cerati rencontre Héctor “Zeta” Bosio, un de ses camarades de l’université de Salvador à Buenos Aires. Les deux hommes sont de très bons élèves mais également passionnés par la musique et surtout ils partagent les mêmes goûts et les mêmes aspirations. Ils décident donc de monter un groupe ensemble à leur retour à Buenos Aires. Ils ont également plusieurs exigences communes. Reprendre le style de The Police qu’ils avaient vu en concert la même année et chanter en espagnol. Puis, recrutent Charly Alberti pour former Los Estereotipos et tentent d’intégrer d’autres membres. Mais sans succès.

Finalement, ils décident de rester à trois et changent de nom au profit de “Soda Stéréo”. La légende peut commencer !

Soda Stéréo à leur début

Soda Stéréo

Ils commencent leurs premiers concerts en 1983, sur la scène alternative, dans des bars porteños en prenant particulièrement soin de leur image et de leur style. C’est lors d’un de leurs concerts qu’un producteur les remarque. Et leur propose donc de signer pour leur premier album sous le label CBS : Soda Stereo est produit en 1984. Le succès est immédiat en Argentine. Et le second album, Nada Personal en 1985 propulse le groupe au rang des groupes les plus appréciés.

Le groupe a fait 7 albums au total. En plus des deux précédents : Signos (1986), Doble Vida (1988), Canción Animal (1990), Dynamo (1992), Sueño Stereo (1995). Canción Animal est particulièrement important puisqu’il est la consécration de la célébrité de Soda Stereo dans toute l’Amérique Latine. En effet, la tournée de concert qui le suit fait le tour des pays d’Amérique du sud et fait carton plein. Le phénomène Soda Stereo arrache tous les succès sur son passage. Et chacun de leur album est attendu dans tout le continent et fait toujours des records de vente.

La séparation du groupe

La séparation du groupe en 1997 met fin à l’aventure. C’est même un événement national. Le quotidien national Clarín y consacre entièrement sa une le lendemain de la séparation. Et publie la lettre d’adieu de Cerati dans son édition pour les jeunes. Une tournée d’adieu mémorable est organisée et s’achève par un concert au Stade de River Plate. Cerati finit le concert par ces mots : “¡No solo no hubiéramos sido nada sin ustedes, sino con toda la gente que estuvo a nuestro alrededor desde el comienzo; algunos siguen hasta hoy! ¡Gracias totales!“. Soit en français “Nous n’aurions rien pu faire sans vous, ni sans tous les gens qui nous ont entourés depuis le début et ce jusqu’a aujourd’hui ! Merci infiniment à tous !” Le Gracias Totales de Cerati va devenir une formule célèbre et distinctive du musicien.

Énormément de rumeurs circulent quant à la reformation du groupe. Pourtant le groupe ne réapparaît sur scène ensemble qu’en 2002 pour recevoir le prix de la légende musicale lors des MTV Latin Music Video Awards.

10 ans après la rupture, en 2007, le groupe se réunit une dernière fois pour une tournée continentale : Me Verás Volver. Succès monumental également, devant la demande de leurs fans, le groupe ajoute de nouvelles dates de concert, un million de personnes ont assisté à cette tournée.

Cerati lors du Me Verás a Volver Tour au Chili – wikipedia

La carrière solo de Gustavo Cerati

Cerati a enregistré deux albums solos alors qu’il était encore membre de Soda Stéréo. Et sept autres après la séparation du groupe. Son dernier album, Fuerza Natural, date de 2009 et a reçu en 2010 le prix du meilleur album de rock aux Latin Grammy Awards.

L’artiste garde cependant une popularité impressionnante. En 2007, il organise un concert gratuit sur une place à Buenos Aires, les rues sont bloquées et les autorités estiment qu’entre 150.000 et 200.000 personnes se sont déplacés pour l’occasion.

Cerati est aussi un très bon ami de Shakira. Avec qui il collabore pour quelques titres comme No en 2005. Ils apparaissent également sur scène ensemble en 2007 au Live Earth en Allemagne. Shakira y présente son ami comme le leader de son groupe de rock préféré et lui exprime son admiration.

La fin de la légende

Le 15 mai 2010, après un concert à Caracas au Venezuela, Cerati subit un accident vasculaire cérébral et tombe dans le coma. Il est hospitalisé au Venezuela puis est transféré le mois suivant en Argentine.

À Madrid, le 5 juin 2010, Shakira dédit sa première interprétation de “Sale el Sol” à son ami. Chanson qui donnera son nom à son album.

Alors que l’état médical de Cerati demeure stable mais sans amélioration, c’est au tour de U2 de saluer l’artiste. Lors de leur concert à La Plata, en mars 2011, Bono commence sa chanson “Moment of Surrender” en disant : “We would like you to think about Gustavo Cerati. We send him our love and respect, and he will hear our voices tonight” (Nous voudrions que vous pensiez à Gustavo Cerati. Nous lui envoyons notre amour et notre respect, et ce soir, il va entendre nos voix !). La réaction du public est immédiate. Puis, en mai 2012, le groupe Suédois Roxette reprend l’introduction de De Música Liguera, encore une fois la foule apprécie particulièrement le geste et reprend d’une même voix la chanson de son idole.

Après 4 ans de coma, Gustavo Adrian Cerati s’éteint finalement le 4 septembre 2014, des suites d’un arrêt respiratoire. Des marches de “despedidas” sont organisées dans tout le pays pour rendre hommage à l’une des plus grandes légendes musicales argentines. Gustavo Cerati est enterré au cimetière la Chacarita à Buenos Aires.

L’héritage de Gustavo Cerati

D’un point de vue technique, Cerati était un excellent guitariste. Très perfectionniste. Il jouait sur de nombreuses guitares différentes et n’hésitait pas à changer de modèle suivant le ton des chansons pendant ses concerts. Gustavo est particulièrement admiré pour sa capacité à jouer des solos très rapides et techniques tout en chantant. Ses performances de chanteurs en live sont également impressionnantes.

Avec leurs nombreuses tournées dans toute l’Amérique, Cerati et son groupe sont parvenus à devenir les premiers à unifier la culture musicale latino-américaine. Et même plus généralement hispanophone. Ils sont aussi le premier grand groupe de rock à chanter uniquement en espagnol. On peut, sans exagération comparer la notoriété de Soda Stereo dans le monde hispanophone à celles des Beatles dans le monde occidental. La Sodamania (comme la Beatlesmania) a enflammé toute une génération de Latino-Américains et parler de légende n’est absolument pas une exagération.

Vous en savez à présent plus sur Gustavo Cerati, la légende du rock hispanophone. Si vous étiez sur place au moment de sa mort, vous comprendrez un peu mieux toute l’émotion et les hommages qui lui ont été rendus. Chau l’artiste et, comme on dit, Rest In Peace !

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet