Rassurez-vous, je suis là pour vous aider à vous retrouverez dès votre arrivée à l’aéroport. Répétez après moi…

L’aéroport : El aeropuerto.

Je suis à l’aéroport : Estoy en el aeropuerto.

Photo : Aéroport Ezeiza – Wiki

Bien. Maintenant passons aux choses sérieuses.  Suivez mes conseils à la lettre, et vous arriverez sains et saufs à votre hôtel en ville. Attention, ce guide ne vous sera d’aucune aide si vous arrivez à l’aéroport AEROPARQUE (Jorge Newberry), mais il y a toutes les chances que vous ayez atterri à Ezeiza, l’aéroport international.

DOUANE DE L’AÉROPORT EZEIZA

Passez la douane. Vous n’aviez pas anticipé de visa, c’est normal. En étant ressortissant français, vous obtenez automatiquement un visa de 3 mois renouvelable. Si Pedro de la police d’immigration s’impatiente au guichet, lâchez un “Estoy buscando mi pasaporte“, je cherche mon passeport, cela devrait vous faire gagner du temps.

BAGAGES

Allez récupérer vos bagages en vous contentant de suivre la signalisation internationale. Une fois là-bas, si quelqu’un ose vous adresser la parole, contentez vous de répéter très fortement en fermant les yeux ”  Espero mi equipaje” ou “Espero mis valijas“, soit “J’attends mes bagages”. Ne changez pas votre argent au bureau de change qui est dans cette salle.

Photo : Wiki

FAME À L’AÉROPORT

Passez la double porte de sortie et profitez des 5 secondes de célébrité dont vous jouissez. Oui, des dizaines de personnes s’accumulent autour de votre tapis rouge, mais elles ne veulent pas votre autographe. Elles attendent juste un proche, ou veulent vous proposer un taxi hors de prix. Là encore, n’hésitez pas à sortir des “No, gracias” à la volée (et avec le sourire) pour vous débarrasser des chauffeurs un peu trop insistants.

Tenez-bon, vous avez (presque) fait le plus dur.

ARGENT

Une fois la foule dépassée, virez à droite et revenez le long du mur de la salle que vous venez de quitter : vous allez affronter un agent de change. Vous arrivez devant la banque Banco de la Nacíon, qui propose un taux relativement intéressant. Changez seulement une somme suffisante pour pouvoir prendre un transport et subvenir à vos besoins de la journée (donc une cinquantaine d’euros) car vous trouverez des taux plus intéressants en ville. Retroussez vos manches, éclaircissez-vous la gorge, inspirez et prononcez “Hola, quiero cambiar cincuenta euros, por favor” face au guichet en souriant. N’oubliez pas de tendre vos euros en même temps, et tout devrait bien se passer. Bonus : les toilettes sont à quelques mètres du bureau de change.

CHOIX TRANSPORT À L’AÉROPORT

Vous êtes fiers du chemin parcouru et c’est normal, mais l’ultime étape se profile déjà à l’horizon : choisir votre transport pour aller en ville. Trois options principales apparaissent :

A) Option ECO + : Prendre un bus local – à partir de 8 pesos- 2H de route environ, suivant le traffic – pas très pratique si grosses valises mais très économique !

B) Option Middle class : Les bus Tienda León – à partir de 120 pesos – Ponctuels, départs toutes les 30mins ou toutes les heures – 40min – 1heure suivant traffic – option classique pour les voyageurs solitaires ou couples.

C) Option Taxi driver : Prendre un taxi en négociant le prix à l’avance. Les taxis sont jaunes et noirs, vous les trouverez devant l’aéroport. – à partir de 200 pesos si bien négocié – 40 min de route – une option plus économique que la B si vous êtes 2 ou plus à prendre le taxi !

Une fois l’option choisie, rendez-vous à l’étape 6).

Photo : Taxis de Buenos Aires – Wiki

ACHAT-NEGOCIATION TITRE TRANSPORT

Suivant l’option pour laquelle vous avez opté :

A) Pour prendre le bus, sortez de l’aéroport et longez la partie gauche jusqu’à parvenir à l’arrêt de bus. Les tickets s’achètent auprès du conducteur. Déclarez où vous voulez vous arrêter, le conducteur fixera le prix du ticket en conséquence.

B) Retournez sur vos pas, près de la double porte de sortie, et cette fois partez à gauche, pour aller vers les guichets des agences de transport. Demandez “Un billete para el Obelisco por favor” pour obtenir votre ticket et être soulagé d’une centaine de pesos.

C) Vous avez choisi la difficulté maximale, car il vous faudra négocier si vous voulez obtenir un tarif intéressant. En réalité, étant donné la situation ultra-concurrentielle qui règne à Ezeiza et la disproportion de l’offre (chauffeurs de taxi) face à la demande (touristes), vous êtes en position de force. Regardez les tarifs proposés par les agences comme Tienda León pour les remis (voitures avec chauffeur, en concurrence avec les radio-taxis officiels) et essayez de négocier avec un chauffeur de taxi, les prix sont normalement moins chers.

A savoir : les rues de Buenos Aires forment un quadrillage très régulier, où chaque maille est un bloc d’immeuble, un cuadra. On a donc coutume d’indiquer au chauffeur un croisement entre deux rues plutôt qu’un numéro de rue. Ainsi, au lieu de “Sarmiento 23, por favor“, préférez le tout simple “Entre Sarmiento y Eduardo Madero por favor“.

CONGRATULATION !

Bravo, vous êtes parvenu au terme de ce tutoriel de votre voyage en Argentine,
¡ Disfruta Argentina !

Photo : Chubut – Wiki