Ce week-end s’est tenu un hommage à la mémoire d’Yves Domergue, ce jeune Français disparu durant la dictature argentine dont le corps a été identifié récemment, 34 ans après sa mort.

Pour l’occasion, une partie de sa famille a fait le déplacement de France. Son père de 80 ans, Jean Domergue a déclaré “Soulagement, c’est ce que je ressens”.

Sur la plaque commémorative posée à l’entrée du village de Melincué, on peut désormais lire “Merci Melincué pour avoir pris soin d’eux”. Car pendant toutes ces années, les villageois ont fleuri la tombe de deux inconnus dont les corps avaient été retrouvés brutalisés au bord d’une route, au début de la dictature argentine (1976-1983).

Photo : Ha+

C’est également grâce aux habitants de ce petit village, situé à 340 km au nord-ouest de Buenos Aires, que le corps d ‘Yves a pu être identifié. C’est une professeur de terminale qui a mené l’enquête avec ses élèves, permettant ainsi aux corps du jeune Domergue, et de sa compagne mexicaine Cristina Cialceta, de reposer en paix.

L’ambassadeur de France, Jean-Pierre Asvazadourian, a présidé la cérémonie : “C’est un moment d’espoir pour les autres familles qui sont à la recherche (de leurs enfants) depuis plus de 30 ans”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Jusqu’à ce jour, seuls 400 disparus ont été identifiés sur les 30.000 recensés par les organisations de défense des droits de l’Homme.

Source : AFP