Cela fait maintenant 3 ans que la photographe Jimena Mizrahi part régulièrement à la rencontre des habitants de la capitale argentine. L’initiative qui recense aujourd’hui plus de 790 clichés,  reprend le projet « Humans of New York », lancé précédemment  de l’autre côté du continent.

Source: wikipedia

La naissance d’un projet

« Retrato a personas de Buenos Aires. ¿Puedo sacarte una foto?”. Si vous entendez un jour cette phrase alors que vous vous promenez tranquillement dans les rues de la capitale porteña, vous êtes probablement tombé sur Jimena Mizrahi, une jeune photographe de 25 ans. Son projet « Humans of Buenos Aires » s’inspire donc d’un concept lancé quelques temps auparavant  aux Etats-Unis par Brandon Stanton, dont l’idée était de photographier 10 000 new-yorkais, et de mettre des visages sur ces anonymes de la « Gran Manzana ».

Les anonymes au centre de toutes les attentions

Ainsi, depuis mai 2012, la jeune femme part régulièrement à la rencontre des habitants de la ville, afin d’en savoir plus sur ces personnes qui au quotidien font vivre Buenos Aires. A partir de questions simples, elle établit la connexion avec ces inconnus qu’elle tente de connaître un peu mieux.
Elle procède toujours de la même façon : elle va au hasard, monte dans un des nombreux colectivos qui se propose à elle et marche sans trop savoir où aller, jusqu’à tomber sur celui ou celle qui fera l’objet d’une nouvelle interview.

Pourquoi « Humans of Buenos Aires » ?

La photographe raconte qu’elle a reçu son premier appareil photo alors qu’elle avait environ 7 ou 8 ans. A l’époque déjà, la petite fille qu’elle était aimait tout voir et tout essayer. Aujourd’hui, sa vision des choses a changé, elle-même explique que lorsqu’elle était plus jeune, elle voulait tout prendre en photo, se nourrir du plus de choses possible. Aujourd’hui dit-elle « je pense qu’il s’agit peut-être seulement de demander à la personne d’à côté comment est sa vie pour connaître d’autres expériences ».

Les photos se retrouvent ensuite sur sa page facebook, toujours accompagnées d’une mini-biographie des protagonistes. Voici donc un projet humaniste, auquel vous pourriez bien participer sans vous y attendre…


Cet article vous a plu? Consultez également ceux-ci:

Portrait: Horacio Coppola, photographe et cinéaste Argentin
Portrait d’Argentine: Ricardo Darín, la star du cinéma argentin
L’art gauchesque