L’équipe d’Argentine-Info est partie à la rencontre de Tango+Tango, un studio créatif basé à Buenos Aires monté par trois français buena onda. Nous avons fait la connaissance de Pierre-Alexis, un hipster branché passionné par son métier et par tout ce qui touche à la création.

Tango+Tango

Tango+Tango – Photo : Facebook

Peux-tu te présenter, toi et ton équipe ?

Je m’appelle Pierre-Alexis Morin, j’ai 26 ans. J’ai fait mes études à Grenoble puis à Paris : d’abord un DUT communication des organisations puis une licence pro en communication visuelle. Je suis ensuite parti à Paris étudier la réalisation et la production de films à Sup de Pub (INSEC). J’ai rapidement trouvé un stage dans une société de production parisienne et je suis resté là-bas 3 ans. Puis, j’ai eu des envies de voyage,  je suis parti en Argentine, un peu par hasard, pays où j’ai rencontré Sébastien, un directeur artistique de 28 ans. On a commencé à travailler ensemble et de fil en aiguille on a monté Tango+Tango, notre studio créatif qui vient de fêter ses un an. Sébastien est directeur artistique Web, tandis que je m’occupe du secteur vidéo avec Xavier, notre troisième associé. On est tous les deux réalisateurs – producteurs de clips musicaux, publicités Web et autres projets vidéos.

Du coup Tango+Tango c’est quoi ?

C’est un studio créatif, un peu comme une agence de pub sauf qu’on fait davantage de création que de stratégie. Tango+Tango, c’est plus un laboratoire à idées créatives. En fait, on développe une communication 360 degrés pour nos clients, que ce soit des groupes de musiques ou des marques. Pour les groupes, on est amené à réaliser et produire leurs clips de A à Z, ainsi qu’à designer et développer leur image (logo, pochettes d’album, sites internet, réseaux sociaux, etc). Pour les marques, on travaille sur des publicités Web & cinéma, des sites internet, des chartes graphiques, des logos… Au final on a peu de clients, environ une dizaine, mais ils sont récurrents. On gère tout pour eux, on essaye de ne presque pas avoir d’intermédiaire. On travaille surtout avec des clients en France, aux Etats-Unis, au Canada, ainsi qu’en Argentine, évidemment.

Pourquoi ce nom : Tango+Tango ?

Parce qu’on est en Argentine, donc forcément c’est évocateur ! On trouvait le doublage du nom sympa, mais nous ne sommes pas de bons danseurs. Il n’y a donc pas de lien direct avec le tango. En revanche c’est un nom ouvert qui évoque plein de choses au niveau de la danse et de toute autre piste créative.

Pourquoi l’Argentine ?

En ce qui me concerne, c’est un peu un hasard. Bien que tous français, on s’est tous rencontrés ici. Personnellement, j’ai travaillé pendant 3 ans dans une grosse boîte de production, on faisait des pubs TV et des clips pour des artistes connus. C’était une super expérience, mais je voulais voir autre chose. Je suis venu avec un PVT et j’ai pris mon matos au cas où, mais au départ je comptais rentrer au bout d’un an. Et puis, le projet Tango+Tango a vu le jour, et j’y ai donc posé mes valises pour un plus long terme.  Pour développer notre créativité, l’Argentine c’est super. Il y a beaucoup de choses qui ressemblent à ceux qu’on a en Europe, mais c’est à des prix plus compétitifs. Les acteurs et certains paysages à Buenos Aires font très Européens, donc dans nos clips, on peut penser qu’on a tourné en Europe. Les argentins sont compétents et compétitifs, ils ont des formations de super qualité et surtout ils ont une grande ouverture d’esprit vers l’Europe et les Etats-Unis. Ils s’inspirent beaucoup de notre culture. Ils savent s’adapter aux attentes des clients étrangers. On aime fonctionner comme ça, c’est donnant-donnant.

Qu’est-ce qui vous plait dans ce que vous faites ?

D’abord l’autonomie, on n’a pas besoin de rendre des comptes à qui que ce soit, on peut gérer nos projets, notre emploi du temps et nos vacances. On fait quasiment tout nous même sur 90% de nos projets. Il y a aussi bien sûr la créativité qu’on retrouve dans nos métiers respectifs : On ne fait jamais la même chose, le sujet est toujours différent et la façon de le traiter aussi. C’est un métier très ouvert, on voit beaucoup d’autres corps de métier qui n’ont rien à voir avec ce qu’on fait. On peut travailler avec des dresseurs d’animaux, des cascadeurs, des gens connus … Et bien sûr, avant tout, le pays nous plaît. Les gens, les paysages toujours très différents… On a par exemple réalisé un clip à Epecuén, une ville fantôme à 600 km de Buenos Aires, c’est clairement un endroit qu’on n’aurait pas visité sans y poser notre caméra.

Vos projets pour la suite ?

L’objectif n’est pas forcement de rester ici à long terme. On aimerait rendre le bureau de Buenos Aires autonome avant de s’en aller. La situation actuelle au niveau de l’économie en Argentine ne nous donne pour l’instant pas envie de nous figer ad vitam aeternam. Et puis même par rapport à nos vie persos, c’est du cas par cas mais globalement, on souhaite tous rentrer un jour en France ou aller ailleurs pour continuer à découvrir de nouveaux horizons. Dans tous les cas, l’objectif c’est de rester à taille humaine, on ne souhaite pas devenir une grosse agence. On veut garder notre autonomie, et avoir le choix dans nos projets. On veut pouvoir être libres de partir quand on veut. Et surtout, Tango+Tango a été créé pour accompagner les clients sur du long terme et ça se passe bien, car ils sont toujours très contents de notre travail.

Pour ce qui est de l’immédiat, on continue d’avancer. Nous avons trois clips qui passent actuellement sur MTV dans toute l’Amérique du sud, et le nom du studio commence à bien tourner, donc on verra ce que l’avenir nous réserve.

Des conseils pour ceux qui veulent monter une boîte en Argentine ?

Le réseau des Français en Argentine marche très bien. Il y a une vraie entraide franco-française entre entrepreneurs. Ils sont toujours prêts à vous donner des conseils et sont toujours à l’écoute. Les Argentins adorent l’expertise française notamment dans le milieu artistique, donc c’est vraiment un plus d’être français ici pour monter un truc ! Il faut faire ses preuves, mais on nous fait vite confiance, portfolio à l’appui (ndlr : On a eu un coup de coeur pour le clip de la chanson “Tu y yo” !).

Merci beaucoup pour tes réponses, et bonne continuation. On te souhaite plein de nouveaux projets pour la suite.

Merci beaucoup pour avoir pris le temps de bien de se rencontrer et de comprendre ce que l’on fait. On se donne rendez-vous bientôt pour le bilan des deux ans.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur leur page facebook et leur site web pour découvrir leurs clips super sympa et plus que créatifs !


Cet article vous a plu ? A lire sur le même sujet :

>[Interview] À la rencontre des porteurs du projet « Argentine – Labo Urbain »
>Interview : Pierre Vignaud, un cinéaste français à Buenos Aires