Si vous vous êtes déjà baladé dans le quartier du Congrès, vous avez probablement vu, juste à côté, ce bâtiment intriguant. Les hélices laissent à penser qu’il s’agit d’un moulin, mais l’allure générale de la bâtisse inspire plutôt un décor de maison hantée

Source: flickr – Photo: Liam Quinn 

Un peu d’histoire…

La « Confitería del Molino » a ouvert ses portes le 9 juillet 1916, dans le quartier de Balvarena, tout juste en face du Congrès. Difficile de traduire ce qu’est exactement une « confitería » puisque le mot n’a pas vraiment d’équivalent précis en français. C’est en quelque sorte une boulangerie-pâtisserie, qui dans ce cas présent proposait aussi un service de bar-restaurant.

D’abord inauguré sous le nom de « Nueva confitería del Molino », l’édifice fut incendié durant le Coup d’Etat de 1930, et ensuite reconstruit. L’endroit se transforme alors rapidement en un lieu phare de la capitale, jusqu’aux années 1990, où le succès commence à décliner. Malgré les efforts faits pour relancer l’affaire, le commerce finit par fermer ses portes le 24 janvier 1997.

D’ailleurs, si vous voulez une petite anecdote, sachez que la chanteuse Madonna y a tourné son clip « Love Don’t Live Here Anymore »!!

De l’abandon au renouveau

Si le bâtiment est aujourd’hui classé Monument Historique, il n’en est pas moins en piteux état. En effet, depuis sa fermeture, l’édifice a été totalement laissé à l’abandon, faisant ainsi plus penser à un décor de film d’horreur qu’à un temple de la confiserie et autres plaisirs sucrés.
Depuis 2010, le collectif « Para que se restaure la Confitería del Molino » œuvre activement, notamment pour une remise en activité des hélices du moulin.
Le 12 novembre 2014, les députés votent l’expropriation de l’immeuble, afin qu’il puisse rouvrir en tant que « confitería » tout en proposant un centre culturel dédié à l’histoire du lieu.

Un beau projet qui peine à voir le jour

En effet, depuis le vote de la fameuse loi qui aurait dû donner une seconde vie à « La Confitería del Molino », le temps paraît s’être arrêté, la faute semble-t-il à  des formalités administratives qui bloquent le lancement des travaux. Pourtant, la rénovation devient tout à fait urgente ! En effet, les commerçants voisins dénoncent le piteux état de l’édifice duquel des pierres et des vitres tombent régulièrement.

Il est donc indispensable de le rénover rapidement, d’autant plus que nous, on aurait bien envie d’y faire un petit tour…


Cet article vous a plu ? A lire sur le même sujet :

La Usina del Arte: un bâtiment culturel au passé industriel
Le Café Tortoni: le plus vieux café d’Argentine
Chaque jour, 6 millions d’alfajores consommés en Argentine