Agriculture intensive exportatrice, exploitation de nombreuses ressources naturelles (cuivre, gaz, pétrole), très forte croissance de 2003 à 2012… l’Argentine a longtemps délaissé la préservation de l’environnement ! En effet ce pays est loin d’être “sustentable”… Déforestation, pollution de l’air, érosion des sols, biodiversité menacée : L‘Argentine a été pointée du doigt par la Commission Européenne en 2006 concernant sa négligence environnementale.

Zoom sur les actions françaises en faveur du développement durable en Argentine.

Manifestation de Green Peace pour l’énergie éolienne- Source: Flickr

Mais d’abord… Que fait le Gouvernement Argentin pour protéger l’environnement ?

Quelques actions ont été mises en place par le Gouvernement Argentin :

> 2002 : adoption de la “loi générale sur l’environnement”.
> 2004 : Agenda Environnemental National.
> 2006 : création d’ACUMAR : gestion des déchets, sensibilisation de la population à la préservation de l’environnement. Loi “Zéro Poubelle” à Buenos Aires.
> 2007 : création de l‘Agence de protection environnementale de Buenos Aires (APrA) pour protéger les ressources et la qualité de l’eau et de l’air.

Aujourd’hui, le projet Ciudad verde à Buenos Aires vise à réduire les déchets en développant les containers dans la ville, favoriser la sensibilisation des porteños concernant l’environnement, et cherche à générer des partenariats avec les entreprises de la capitale.

Source : Mauricio Macri

Le Secrétariat à l’environnement et au Développement durable, relayé par sept agences nationales et par le Conseil Fédéral de l’Environnement se penche actuellement sur la question de la qualité de l’eau, en particulier en zone urbaine, un des problèmes majeurs des grandes villes côtières d’Argentine.

Malheureusement, les résultats sont timides pour le moment, il reste beaucoup à faire… D’où l’intérêt du soutien de la France au développement durable en Argentine  !

Actions du FFEM : Fonds français pour l’environnement mondial 

Le FFEM, qu’est-ce que c’est ? Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial est un fonds public destiné à favoriser la protection de l’environnement en particulier dans les pays en développement. Les projets financés par le FFEM portent sur la préservation de la biodiversité, les  eaux internationales, la dégradation des terres, les polluants organiques, la couche d’ozone. D’accord, mais quels projets en Argentine ?

> Un projet dans la banlieue de Santa Fe 

Le FFEM a conçu un projet : aménager une Réserve Naturelle Urbaine (RNU) à l’ouest de Santa Fe pour assurer le développement durable (socialement, économiquement, et sur le plan environnemental) d’un territoire urbain aujourd’hui délaissé et vulnérable.

Objectifs :
– reloger les familles vivant dans cette région de façon informelle, en réhabilitant le front urbain de la région.
– réduire le risque d’inondation par ruissellement des eaux pluviales: développer les réservoirs d’eaux pluviales
– promouvoir le développement socio-économique de la région : reconversion des travailleurs informels

> Projet “Alto Bermejo”

Dans les Yungas argentines, régions situées à l’est de la cordillère des Andes, entre l’Equateur et l’Argentine, le FFEM a développé le projet Alto Bermejo. Son but? Préserver le réservoir écologique de la région, et favoriser la coopération des acteurs locaux. Les actions du FFEM sont appuyées localement par la fondation ProYungas.

L’efficacité du projet réside dans l’action conjointe de différents acteurs : provinces, société civile, coopératives de producteurs, industries et agences de tourisme.

Ce projet s’articule autour de 3 axes :
– la gestion des aires protégées
– la gestion des aires forestières
– le développement socio-économique local

Et oui, les yungas argentines étant peuplées par des populations indigènes marginalisées, le projet vise à faire de ces locaux des acteurs économiques intégrés de la région. On assiste donc aujourd’hui au développement de la marque ProYungas avec une production de miel, bois certifié FSC et artisanat , favorisant ainsi l’intégration économique des populations locales.

–  Projet “Freplata” 

Le Rio de la Plata est un immense estuaire formé par le rio Paraná et le rio Uruguay. Problème : à cause de la pollution  et de l’abondance de sédiments, ce fleuve est toujours de couleur marron.  Depuis quelques années, la préservation de l’environnement de l’estuaire est effectuée en partenariat avec le FFEM. Celui-ci a lancé depuis 2003 un projet de protection du Rio de la Plata en partenariat avec l’IFREMER de Brest, dans lequel s’associe la République d’ Argentine et l’Uruguay. Le but ? Etudier la dynamique sédimentaire, contrer les problèmes de contamination chimique et bactériologique et de réguler la pêche dans l’estuaire.

Rio de la Plata- Source: Wikipédia

Et les entreprises françaises dans tout ça ?

Sachez que l’expertise environnementale française est particulièrement reconnue en Argentine, notamment dans le domaine de la préservation de l’environnement en milieu urbain ! 

Les entreprises françaises sont déjà bien présentes dans le secteur du traitement des déchets à Buenos Aires et de l’énergie. Veolia a par exemple signé un contrat en février 2014 avec la municipalité  de Buenos Aires pour collecter les déchets de la ville pendant 10 ans. Montant du projet : 500 millions d’euros.

Les entreprises françaises ont tout intérêt à continuer de s’implanter en Argentine dans le secteur de l’environnement, car de nombreuses opportunités se développent parallèlement aux avancées politiques environnementales du pays!

De nouveaux projets sont à l’étude pour développer des vélos en libre-service ou des bus à propulsion hybride notamment à Buenos Aires et Rosario. De plus, la ville de Buenos Aires a aujourd’hui la volonté de réhabiliter le fleuve Matanza Riachuelo, un des fleuves  les plus pollués au monde ! L’Argentine pourrait donc acheter des stations d’épuration françaises pour ce projet…

La volonté de mieux gérer les déchets et de réduire les émissions de CO2 en ville ouvre des perspectives très favorables aux entreprises françaises spécialisées dans le recyclage des déchets ou les produits à faible empreinte écologique !

Bonne volonté,  savoir-faire et surtout prise de conscience : Les préoccupations environnementales  en Argentine DOIVENT se développer afin de préserver ce beau pays et les populations qui y vivent !


Cet article vous a plu ? A lire sur le même thème :

Ecologie : Buenos Aires et le projet Ciudad Verde (Ville verte)
Les Argentins et l’écologie
Tourisme durable: Nos hôtels 100% Green au nord de l’Argentine