Au XVIIème siècle le Cabildo de Buenos Aires inaugura la route du sel, dans l’idée de développer le commerce international de cette denrée rare et précieuse …

La route du sel Salinas Grandes

Salinas Grandes traversées par une lagune de sel – Source: LaNacion

La route du sel ou le chemin vers une marchandise convoitée …

Notons que le sel était et reste encore aujourd’hui une belle manne financière pour la région de la Pampa plus particulièrement. En effet, toute richesse naturelle est bonne à exploiter dans la Pampa ! D’ailleurs, on l’appelle le “grenier” d’Argentine. Effectivement, dans ses immenses étendues les Gauchos élèvent leurs troupeaux. Néanmoins, le climat y est difficile … Humide, la saison des pluies y est forte. Par conséquent, les paysages laissent place à de vastes étendues d’eau.

Ainsi, c’est un terrain propice à l’exploitation du chlorure de sodium car le pays depuis toujours le nécessite ! Auparavant on l’utilisait comme monnaie d’échange. Mais le sel est également un excellent conservateur pour les aliments. Donc durant les longs trajets en bateau cette denrée était très demandée par les marins qui transportaient de nombreuses marchandises. Cette forte demande a donc amené à la création de cette route partant de la ville de Grandes de Hidalgo  pour aller jusqu’à Buenos Aires. 

Les “Salinas Grandes” de Hidalgo

route du sel cactus de sel salinas grandes

Un cactus de sel, Salinas Grandes – Source : LaNación

Situées à 15 km de Macachín, ces vastes étendues de sel constituent la plus grande source de travail de cette région. En effet, 87 hommes sont employés à l’oeuvre. Ça qui permet de faire vivre le coin où le travail est rare. De plus il s’agit de la plus grande source de chlorure de sodium de la Pampa puisque la production avoisine les 180 000 tonnes par/an !

On extrait le sel durant l’été. Car à ce moment là les 1.25 mètres d’eau s’évaporent peu à peu et laissent découvrir ce trésor…  Ce trésor est d’une grande qualité. En effet, il est chargé en chlorure de sodium “pur” de 6 à 8 fois plus que dans les autres salars connus.

On peut y accéder avec son propre véhicule. Observez-y le travail des paludiers. Prenez la Ruta 143 depuis San Rafael jusqu’à arriver au village de Macachín. Par beau temps, l’eau prend une couleur rose spectaculaire !

 Cet article vous a plu ? Prenez le temps d’en lire d’autres