La Torre Monumental, plus communément appelée Torre de los Ingleses. Nom qu’elle portait officiellement lorsque les relations diplomatiques étaient encore très bonnes entre l’Argentine et le Royaume-Uni au début du 20ème siècle. C’est un monument important de Buenos Aires, notamment au niveau symbolique. Pourtant, nombreux sont les touristes prenant simplement une photo de celle-ci, sans connaître son histoire et sans savoir qu’il est possible de la visiter !

Vue sur la Torre Monumental et le Monument aux Soldats Tombés aux Malouines – Source Wikipedia

Sa construction

En effet, cette tour de 75.50 mètres de hauteur, dont la construction a été offerte par les Britanniques au début du 20ème siècle, avait pour but premier de commémorer le centenaire (1810-1910) des événements de la Révolution de Mai 1810 en Argentine.

Mais si sa construction a été achevée en 1910, il a fallu attendre le 24 mai 1916 pour qu’elle soit officiellement inaugurée.
En raison de deux événements ayant eu lieu en Europe à l’époque : la mort de Edouard VII (Roi du Royaume Uni et de ses colonies) en 1910. Puis la Première Guerre Mondiale de 1914 à 1918.

Torre Monumental ou Torre de los Ingleses ?

Outre son aspect historique, la place sur laquelle elle a été construite a toujours été un lieu stratégique de Buenos Aires. En effet, aujourd’hui encore, les gares ferroviaire et routière de Retiro l’avoisinant font parti des lieux les plus fréquentés de Buenos Aires. Que ce soit par les voyageurs ou les travailleurs y passant quotidiennement.

Mais ce que beaucoup ignorent, c’est que ladite place témoigne aussi de la rancune des Argentins envers les Britanniques. Puisque son nom, anciennement Plaza Británica, a été remplacé, après la Guerre des Malouines en 1982, par celui qu’elle porte aujourd’hui : Plaza Fuerza Aérea Argentina. De même, le nom de Torre Monumental s’est substitué à celui de Torre de los Ingleses. Qui lui avait été attribué au monument lors de son inauguration.

Autres impacts de la Guerre des Malouines

Outre le changement des noms de la Place et de la Tour ayant eu lieu après la défaite Argentine, il faut aussi savoir qu’à l’époque, des manifestants Argentins ont, lorsque la Guerre se déroulait, saccagé et partiellement incendié le monument ! Il a fallu attendre une bonne quinzaine d’année. Soit 1997 et l’élection de Fernando de la Rúa comme chef du Gouvernement de la Ville de Buenos Aires, pour que le monument soit remis en état afin de pouvoir être ouvert au public, ce qui sera fait en 2001.

Ses atouts

Son mirador, situé au 6ème étage de la tour, donne accès à un point de vue imprenable sur le quartier de Retiro, et ses gares. Mais aussi et surtout sur le Port de Buenos Aires. Malheureusement, il n’est pas accessible au public.

Son horloge quant à elle, située au 7ème étage, permet, à l’aide de ses 4 cadrans disposés sur chacune des 4 faces de la tour, de voir l’heure. Et ce, quel que soit le lieu depuis lequel nous observons l’édifice. Il s’agit ni plus ni moins d’une reproduction à une échelle inférieure de l’horloge de Big Ben à Londres !

Enfin, le bâtiment ne s’arrête pas là puisqu’au-dessus de son horloge se trouve un balcon limité par une balustrade. Puis une coupole octogonale couverte par des planches de cuivre et surmontée par une girouette.

Pour la petite anecdote, sachez que la tour renferme par moins de 5 cloches en bronze (dont une de 7 tonnes !). Et un carillon (pesant 3 tonnes pour sa part) retentissant tous les quarts d’heure.

Monument à fort aspect culturel, historique et symbolique, la Torre Monumental rappelle donc quotidiennement à des milliers d’Argentins leur passé. Mais aussi, la haine qu’une bonne partie d’entre eux éprouvent envers la Couronne Britannique. Alors que le Monument aux Soldats Tombés lors de la Guerre des Malouines, lui faisant face sur la Plaza San Martín depuis 1990, évoque leur devoir de mémoire…

  • Où? Place Fuerza Aérea Argentina – Avenues Libertador et San Martín – Retiro
  • Quand? Du lundi au vendredi de 12h à 18h. Fermée au public les weekends pour rénovation.
  • Prix? Entré gratuite

Cet article vous a plu? Prenez aussi le temps de lire ceux-ci :

Zoom sur la Casa Rosada, siège du gouvernement

Le Parque de la Memoria de Buenos Aires

Le Teatro Colón : une des merveilles de Buenos Aires