L’Argentine n’attire pas que des Européens, et surtout pas uniquement des touristes. Selon l’Organisation des Nations Unies, il s’agit même du pays de destination principale des vagues de migration latino-américaines et intra-régionales, avec 1,5 millions d’habitants des pays limitrophes et du Pérou.

Source – Photo : thejourney1972 (South America addicted)

Une immigration qui a changé ces dernières années

Alors qu’aux 19º et 20º siècles l’Argentine attirait bon nombre d’Européens, et surtout des Italiens et des Espagnols, aujourd’hui, on parle de migration intra-régionale. En effet, le pays accueille toujours plus de personnes venant des pays limitrophes (Bolivie et Paraguay) et du Pérou, alors que les Chiliens et Uruguayens se font moins nombreux. En effet, le recensement de 2010 dénombrait plus de 4 millions de migrants dans la région, avec le nombre le plus élevé pour l’Argentine (1,5 millions), suivi du Vénézuela (850 000) et du Costa Rica (350 000).

Une immigration facilitée

Ce changement de cap migratoire a a été facilité par l’abrogation de la stricte Loi Videla (l’immigration était regardée sous l’angle de la souveraineté et de la sécurité nationale), l’adoption de la Loi Giustiniani en 2004 et par le programme “Patria Grande” (Grande Patrie) en 2005. En effet, le processus d’intégration du Mercosur aidant, une nouvelle politique migratoire a été mise en place à l’échelle locale : le rôle des migrants des pays limitrophes dans la construction de l’Argentine actuelle a été reconnu, ce qui leur a permis un accès aux papiers, à la santé et à l’éducation égale à celui accordé aux Argentins. L’Argentine a l’une des législations des plus respectueuse des droits des migrants, mais malheureusement, peu d’immigrés sont au courant de ces directives et se laissent donc exploiter.

Une immigration spécialisée

Les migrants de certains pays d’Amérique Centrale sont principalement peu, voire pas diplômés et se dirigent vers d’autres pays pour occuper des emplois mal payés, avec le risque de tomber dans le crime organisé. Il a été établi une relation entre la distance de son pays d’origine et son parcours professionnel : dans la région, plus les coûts migratoires sont onéreux, plus les migrants sont qualifiés. En Argentine, c’est différent, les immigrants en sont souvent très qualifiés; il s’agit de migration professionnelle.