Vous aimeriez en savoir toujours plus sur ce beau pays ? Être au courant de tout ce qu’il a pu se passer, ou comment s’est construit l’Argentine ? Alors, on a fait pour vous un petit récapitulatif de son histoire. 

Drapeau de l’Argentine

Les premiers peuples 

Les traces des premiers habitants de l’Argentine remontent au XI millénaire avant JC, et étaient au sud de la Patagonie, dans la région de Santa Cruz. D’après les chercheurs, ils proviendraient de l’extrême sud de la Patagonie chilienne.
Ces premiers habitants chassaient le milodón (grand ours, disparus), les hippidions (chevaux nains, disparus), guanacos, lamas et nandous. 
De plus, vous pouvez visiter la Cueva de las Manos. C’est un site archéologique déclaré au patrimoine de l’UNESCO, dans lequel vous aurez l’occasion de voir les peintures de mains et de guanaco. Certaines peintures datent d’il y a plus de 13 000 ans !
Puis arrivent les premiers habitants de la Pampa dès le IX millénaire avant JC. Et enfin, au nord ouest, vers le début du VIII millénaire avant JC. 

La cueva de las manos à Río Pinturas

Cultures précolombiennes

Il existe plusieurs tribus indiennes en Argentine. Dans la région de la Pampa et de la Patagonie, on retrouvait les Hets, les Tehuelches et les Mapuches.
Dans le nord-ouest et l’ouest, coexistaient également beaucoup de tribus, et notamment les Incas, et d’autres tribus indépendantes, telles que les Lule-Toconoté, les Sanaviróns, et les Comechingons. 
Dans la région de la Mésopotamie, ce sont surtout les Guaranis qui dominaient ce territoire.  

Cérémonie des Tehuelches

Découverte de l’Argentine par les explorateurs

Après la découverte en 1492 de l’Amérique par Christophe Colomb, ce fut au tour de Juan de Solis. Il découvrit le Río la Plata en 1516. Puis en 1519, Fernando de Magellan découvrit le passage inter-océanique permettant d’ouvrir une route maritime vers l’Asie. Ce passage est connu sous le nom de Détroit de Magellan

L’Argentine et la colonisation espagnole

La conquête espagnole fut lente et difficile. Au début, leur présence se limitait seulement à un chemin “Camino Real”. Ce passage avait pour but de transporter les richesses minières du Pérou jusqu’au Río la Plata.
En 1536, Pedro de Mendoza construit la ville de Santa Maria del Buen Ayre. Cependant, elle fut abandonnée puis détruite par les indiens Querandis et Charuas. 

Création des villes en Argentine

Finalement, le 11 juin 1580, Juan de Garay, venu d’Asunción refonda la ville. Il l’appela d’abord Ciudad de Trinidad y Puerto de Santa María del Buen Ayre. Mais, plus tard, elle reprit le nom de son port Santa María del Buen Ayre, connut sous le nom de Buenos Aires
Puis du nord au sud, les villes furent créées, Santiago del Estero (1553), San Miguel de Tucumán (1565), Córdoba (1573), Salta (1582), San Salvador de Jujuy (1593), Santa Fe (1573) et Corrientes (1588). 

Avec le temps, Buenos Aires pris de l’ampleur, notamment grâce à son port et au développement des routes, comme le Camino Real. Les espagnols exportaient des métaux précieux, des cuirs et de la viande séchée. 

Les missions Jésuites de l’Argentine

C’est en 1585 que les espagnols firent appel aux Jésuites pour apaiser les relations entre espagnols et guaranis, et les placer sous leur contrôle. Face à l’expansion du front hispano-portugais et la menace d’esclavage, l’alliance entre les jésuites et les guaranis se fit rapidement. Cette accord permettait de limiter la montée des périls. C’est pourquoi les Missions se sont vite développées. 

Ruines jésuites de San Ignacio dans la province de Misiones

La résistance des Indiens

Cependant, pour les envahisseurs ce n’était pas simple. Ils avaient du mal à pénétrer dans les Vallées Calchaquies. Où plusieurs tribus indiennes s’étaient réfugiées. Ces derniers menèrent la vie dure aux espagnols. 
En 1630, éclata la première guerre calchaquie, qui dura jusqu’en 1643. Une guerre intense, car La Rioja fut incendiée et Londres (Province de Córdoba) détruite. 
La seconde rébellion fut également longue et cruelle. En effet, les espagnols décimèrent les tribus et la dernière était celle des Quilmes. Battus en 1665 et déportés près de Buenos Aires, la où se dresse aujourd’hui la ville de Quilmes.

L’origine des Gauchos

L’expansion des espagnols progressait, certes lentement, mais l’Argentine fut divisée en deux, au centre de la Pampa. Certains indigènes acceptaient de travailler dans les estancias. Se mélangeant ainsi avec les espagnols. C’est donc ce métissage qui créa les gauchos
Les gauchos sont des cavaliers nomades qui ont décidé de vivre en solitaire. La raison est simple, ayant des parents d’ethnies différentes, ils n’ont pas souhaité choisir leur camp. Pour survivre dans la Pampa, ils chassaient les vaches abandonnées par les Espagnols aux XVIIe siècle. En effet, les bovins se sont très vite proliférés. 

Deux gauchos à cheval dans la Pampa

Vice-royauté du Río la Plata

En 1680, les portugais venus du Brésil se sont installés non loin du Río la Plata, en créant la ville de Colonia del Sacramento. Cela menaçait grandement les intérêts des espagnols. Malgré plusieurs tentatives pour prendre cette ville, les Portugais l’a récupéraient grâce à un traité international. 
C’est pour cette raison que en 1776, le roi Charles III instaura la vice-royauté du Río la Plata. Dans le but d’améliorer la défense des colonies espagnoles et des voies maritimes. Le nouveau vice-roi Pedro de Cevallos détruit alors Colonia en 1777. 
Grâce à la création de la vice-royauté, Buenos Aires acquit toute l’administration bureaucratique vice-royale. Le Consulado en 1794, l’Audencia en 1785, l’Académie navale, et des écoles. La population augmenta rapidement, presque 100 000 en 1810

Cet article vous a plu ? Alors prenez le temps de lire ceux-là