Le ministère argentin du tourisme (le MINTUR) et les autorités des différentes régions et provinces du pays effectuent actuellement d’importants efforts pour promouvoir le tourisme inclusif, c’est à dire un tourisme qui ne soit pas discriminant pour les personnes ayant une incapacité physique ou motrice. Ces efforts se couplent avec les efforts d’entrepreneurs et d’acteurs privés qui œuvrent eux aussi à développer un tel tourisme en créant des hôtels ou des activités non contraignantes.

Crédit photo : SaludCronica

Enrique Meyer, ministre du tourisme, a ainsi récemment déclaré qu’une fois de plus, l’Argentine continuait de développer l’inclusion sociale jusque dans les recoins les plus isolés de son territoire suite au dévoilement d’un nouveau programme national visant à traduire en braille la plupart des sites touristiques des six régions d’Argentine. En réalité, cette tâche avait déjà débuté mais pas de manière ordonnée sous la forme d’un tel programme national.

Santa Rosa de Calamuchita, une ville qui a pris des initiatives.

Située à quelques 96km de la grande ville de Córdoba, Santa Rosa de Calamuchita, comme de nombreuses autres villes touristiques argentines, a déjà commencé des aménagements importants depuis 2011. Des rampes d’accès sont installées pour les personnes en fauteuil, la signalisation piétonne est adaptée aux aveugles et mal-voyants (braille, effets sonores), et l’office du tourisme possède une carte de la ville en braille. Cette volonté politique de ne laisser personne à l’écart est clairement affirmée par le secrétariat de tourisme de la ville, et ces lourds investissements économiques sont largement compensés par le fait que la ville, en étant en avance sur son temps, attire bien plus de touristes handicapés. 

Des hommes qui montrent l’exemple.

Faire du parapente avec Carlos Vega dans un siège spécialement conçu autour de la ville La Cumbre, faire du snow bike spécial avec Leonardo Gadaleta à Las Leñas, ou encore aller passer un séjour à l‘hôtel-SPA complètement amenagé Solar del Pago à San Antonio de Areco tenu par Nélida Barbeito : autant d’expériences dont peuvent profiter aujourd’hui les touristes possédant un handicape physique ou moteur en Argentine.  Et ceci grâce aux initiatives personnelles d’entrepreneurs et de particuliers. En réalité, la communauté du tourisme inclusif est bien plus organisée et développée que l’on ne pourrait le penser. Le réseau s’organise avec ou sans l’appui des pouvoirs publics, et les initiatives se multiplient partout dans le pays. En savoir plus sur ces 3 personnes (en espagnol) : ici.

 

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet