L’Argentine : pour ou contre une agriculture respectueuse de son environnement? Et si elle était un peu des deux…

Vous ne le saviez peut-être pas, mais l’Argentine est considérée aujourd’hui, et ce depuis de nombreuses années, comme l’un des premiers pays utilisateurs d’OGM. Il est même courant d’entendre dire que les plantes génétiquement modifiées, dont le soja GM, participent à l’amélioration des conditions de vie, non seulement de ceux qui les utilisent, mais de l’ensemble de la société.

Source Flickr

L’Argentine est le premier exportateur mondial d’huile de soja, le second de maïs et le troisième de graines de soja. Ce classement étonnant ne va pas sans effets néfastes pour le pays : exploitation de la main d’œuvre saisonnière, abus de pouvoir sur les concurrents… voilà ce qu’est la triste réalité des grandes entreprises agricoles en Argentine. L’application d’herbicides a également provoqué de très nombreuses maladies et cas de malformations, dus aux épandages aériens sur les terres cultivables.

En 1996, le puissant  groupe américain Monsanto a introduit son soja RR dans le pays, résistant au Roundup, herbicide au glyphosate de la même entreprise. Grâce à ce produit, n’importe quelle terre devient cultivable, et plus encore, sans même avoir besoin de la labourer! Une aubaine pour les agriculteurs qui, de surcroît, voient le prix du soja “flamber” sur le marché international.
Paradoxalement, des études nous expliquent que l’Argentine est également un des pays où l’agriculture biologique est énormément pratiquée. En termes de superficies, l’Argentine est le deuxième producteur  de produits issus de l’agriculture biologique derrière l’Australie !

Le concept de culture biologique et d’agriculture durable est très suivi en Argentine. Il permet de conscientiser les consommateurs dans leurs habitudes alimentaires et de les sensibiliser à l’intérêt de consommer des produits véritables sans OGM. Si vous êtes intéressés le site suivant vous propose un large choix de petits restaurants biohttp://www.organicbuenosaires.com/es/restaurants/

Cette sensibilisation reste tout de même assez récente. Récente, l’agriculture biologique l’est aussi, quand on sait qu’en 1987, seulement cinq agriculteurs produisaient sur un mode biologique. Ces pionniers ont commencé à produire de manière durable de leur propre initiative, sans aucune orientation ni aucun soutien de la part du gouvernement. A cette époque, il n’existait pas de législation nationale ni d’organisme de certification biologique. Aujourd’hui le gouvernement et différentes institutions reconnaissent l’importance de participer à des séminaires et conventions pour mettre fin aux problèmes environnementaux et analyser les bienfaits et méfaits du bio pour le pays.

International Convention BIO 2015
Le Ministère des Affaires étrangères Argentin et la Fondation Exportar vont d’ailleurs participer à la CONVENTION INTERNATIONALE BIO  avec différentes entreprises argentines  dans la ville de Philadelphie, aux États-Unis, du 15 juin au 18 juin 2015.

Les bénéfices dus à l’import-export de produits bios en Europe, où ils font fureur (miel argentin, dulce de leche, …) permettent le développement de magasins spécialisés dans la vente de tels produits, ici en Argentine, dans les quartiers aisés comme Palermo ou encore Recoleta. Les supermarchés commercialisent aussi des produits issus de l’alimentation biologique afin de viser un public plus large. Les Argentins semblent aussi se mettre au bio et revendiquent leur choix. Et puis, manger bio ne veut pas dire arrêter de manger de la viande !

Quelques bonnes adresses où  trouver des produits bio :

Green Vivant http://greenvivant.com/place/mercado-solidario-bonpland/

Jardin Organico  http://www.jardinorganico.com.ar/