Vous avez surement entendu parler des gauchos argentins, ces cow-boys de la pampa, excellents cavaliers, vivant de l’agriculture et de l’élevage ! Si pour vous gaucho rime avec rustre paysan sommaire, sachez qu’il existe chez ces individus, une haute sensibilité artistique. Et oui ! Les gauchos, d’un premier abord fiers et taciturnes, ont bel et bien un coeur. Connaissez-vous la richesse de l’art gauchesque ?

Le gaucho, un être peu apprécié des citadins

A l’origine, le gaucho est un métis hispanno-indien rejeté par la société, qui se moque des conventions de l’époque, et veut avant tout jouir pleinement de sa liberté. Il ne respecte pas forcément la loi, vit parfois même du banditisme. Les moeurs du gaucho sont souvent très critiquées par les citadins (les couples ne sont pas formels, pas mariés…). Mais l’art gaucho a permis de redorer l’image de ce personnage typique des plaines argentines auprès des citadins à travers la littérature et la musique gauchescas.

Zoom sur l’art gaucho

Les gauchos ont toujours été de grands amateurs de musique et de littérature et la poésie a toujours eu une grande importance dans leur vie quotidienne. Il existe de nombreux chants, contes et poèmes de tradition gauchesca, souvent écrits dans une langue très colorée. Les thèmes principalement évoqués sont l’amour et la nostalgie mais certaines oeuvres portent également sur des sujets davantage politiques. On peut citer notamment Bartolomé Hidalgo et Estanislao del Campo, auteurs de littérature gaucho, défendant politiquement la cause de ces popuulations.

El gaucho Martín Fierro

Ce poème en deux parties est un incontournable de la littérature argentine ! Cette oeuvre a été écrite par José Hernández en quelques jours seulement à Buenos Aires et a été publié en 1870. Ce poème mythique est un plaidoyer en faveur de la vie libre et fière du gaucho et attaque tous ceux qui se sont alliés pour les faire disparaître (estancieros, militaires, policiers et fonctionnaires corrompus). El gaucho Martín Fierro fait l’apologie de l’identité gaucho, décrivant ses rêves, ses mythes et ses passions à une époque ou son mode de vie est menacé.  L’originalité de ce poème réside dans l’imitation du parler gaucho de l’époque, relativement éloigné du castellano argentino d’aujourd’hui !


Cet article vous a plus ? A lire sur le même sujet :

>Le gaucho argentin : portrait, description, histoire, mythe et culture
>Rencontre avec Marc-Antoine Calonne, le gaucho français de Patagonie
>Culture d’Argentine : le Pato, du polo façon Gaucho