Lorsqu’on parle de sports liés à l’Argentine, beaucoup pensent immédiatement au football avec Messi et Maradona comme représentants, ou au polo et à ses célèbres chevaux. Pourtant, le sport national de ce pays n’est ni le foot ni le pol, mais bien le pato.

Le Pato est un sport équestre. À l’origine, un oiseau mort, généralement un canard (pato signifie canard en espagnol), y était utilisé à l’intérieur d’un sac en cuir à quatre anses.

Ce sport n’est pas très connu dans le monde. D’autant plus qu’il a peu d’adeptes en Argentine, du moins dans les grandes villes. C’est pourquoi seuls les voyageurs qui décident de visiter l’intérieur du pays, ses établissements ou estancias rurales, ses champs et la célèbre “Pampa argentine” auront la chance d’apprécier l’habileté des cavaliers. Ces derniers se consacrent à la pratique de ce jeu dont l’origine remonte au XVIe siècle avec les gauchos.

File:Ángel DELLA Valle - El juego del pato - Google Art ...

Tableau représentant un jeu de pato d’époque

Qu’est ce que le pato ?

Sport pour les audacieux et les courageux à cheval, el pato se pratique en Argentine depuis le début du XVIIe siècle. Le Pato est un sport équestre originaire d’Argentine. Né de la main des gauchos qui pratiquaient ce sport dans leurs estancias. Depuis l’époque coloniale, et tout au long du XIXe siècle, le pato était le sport le plus populaire pour les hommes à cheval et ceux de la campagne dans la province de Buenos Aires (qui comprenait l’actuelle ville autonome de Buenos Aires jusqu’en 1880).

Lors d’un match de Pato, deux équipes de quatre joueurs s’affrontent. Le but est de marquer le plus de buts possibles en lançant une balle de cuir, munie de poignées, dans un panier en hauteur large d’environ un mètre et situé aux extrémités du terrain. Le jeu se joue sur un terrain, le plus souvent appelé campo. Il est de la même largeur, bien que plus long, qu’un terrain de football. Une rencontre dure entre 30 et 50 minutes. Les joueurs doivent respecter minutieusement les règles. Cela en raison de la violence et de la dangerosité infligée aux animaux et aux gauchos.

Son histoire

Le Pato était un jeu rude et fort qui conduisait à des rencontres dangereuses. Félix De Azar, dans une de ses chroniques, compare ce sport à une “corrida” en 1610.

En 1822, le gouverneur de Buenos Aires, le général Martín Rodríguez interdit absolument le jeu du pato. Mais il n’a pas réussi à empêcher sa pratique. Don Juan Manuel de Rosas parvient à la supprimer par la suite. En 1852, le général José Ignacio Garmendia fait une magnifique description du pato, dans son livre “Portfolio d’un soldat”. Il finit par reconquérir les adeptes. C’est ainsi qu’en 1937, Don Alberto de Castillo Posse s’est consacré à faire revivre l’ancien jeu. Il le transforma en sport organisé pour lequel il a écrit le premier règlement. Il a conçu la boule à 4 poignées puis à 6 poignées qui est utilisée aujourd’hui. En 1938, le gouverneur de Buenos Aires, Don Manuel A. Fresco, a abrogé l’interdiction et entamé une nouvelle phase.

Ainsi, en 1941, la Federación Argentina de Pato a été fondée. En 1953, en raison de son mérite et de l’enracinement de ses traditions, un décret le déclare sport national. Enfin, après plusieurs années de lutte, le 31 mai 2017, El Pato a été déclaré jeu national par la loi 27.368.

Si vous êtes de passage à Buenos Aires, nous vous recommandons fortement le détour par le Campo Argentino de Pato à l’ouest de la ville. Le Campeonato Argentino Abierto, l’un des plus grands tournois dans cette discipline depuis plus de 70 ans. Il se déroule en partie au Campo Argentino de Pato. Avec plus de 20 hectares de terrain, il est l’un des plus beaux terrains du monde.

Cet article vous a plu ? Vous aimeriez aussi…