Pour les européens et pour les citoyens de beaucoup de pays, le concept de « satisfait ou remboursé » est une donnée acquise qui va de soi. Dans un laps de temps déterminé, les clients peuvent retourner leur achat, y compris pour le simple motif que celui-ci ne leur plairait finalement pas.

Photo: Alberto “Paco”

En Argentine, il n’existe pas de régulation pour ce type de «service après vente» et le remboursement est très rare. Les magasins changent la marchandise défectueuse pour un produit similaire en bon état ou émettent un avoir dans le magasin. Les chaines de supermarchés tels que Carrefour, Disco ou Coto ont en effet déclaré que les remboursements faisaient figure d’exception.

Susana Andrada, directrice du Centre de l’Education du Consommateur explique cet état de fait. Pour elle, l’Argentine est un pays très peu avancé en matière de défense du consommateur. Aucun pas n’est fait en ce sens et la possibilité de remboursement n’existe même pas. Les consommateurs ne sont pas non plus assez revendicateurs ou n’ont pas conscience que le remboursement devrait faire partie de leurs droits. Il n’y a donc pas de demande massive en ce sens de leur part.

Ressortissants de pays où le service après-vente est si développé qu’il insipire des émissions télevisées, vous êtes donc avertis. En Argentine, avant d’acheter, essayez et pensez-y à deux fois. Ici, vous ne pourrez pas faire marche arrière après un achat impulsif.

Source : Satisfacción garantizada o…, ¿le devuelven su dinero?