Les producteurs de vin de la région de Mendoza souffrent hautement du manque de compétitivité de l’économie Argentine. Ils attendent avec impatience les élections d’octobre, car ils espèrent un changement économique positif concernant les exportations de vin à l’étranger : une dévaluation du peso argentin.

Vignoble dans la région de Mendoza -Source : Agence Equinoxe

L’Argentine : 5ème producteur mondial de vin

L’Argentine est le cinquième producteur mondial de vin, et représente 3,5% du commerce viticole international . Les exportations de vin ont été un moteur important après la crise de 2001 pour faire repartir l’économie locale. En effet, celles-ci n’ont cessé d’augmenter de 2002 à 2014 passant de 128 millions  à 990 millions de dollars. En Argentine, Mendoza est incontestablement la capitale du vin, avec ses très nombreuses bodegas proposant de délicieux Malbecs, Sauvignons, Merlots, Chardonnays et bien d’autres ! Mais aujourd’hui, les petits producteurs de cette province ont énormément de mal à résister, ils vivent essentiellement grâce aux allocations de l’Etat, non grâce à leur production. Cette situation s’explique par la politique économique de l’Argentine depuis plusieurs années.

L’économie Argentine à l’heure actuelle

L’avenir de l’économie en Argentine est très incertain depuis plusieurs mois. Chefs d’entreprise et travailleurs attendent tous le changement de gouvernement de fin octobre. Pas de manifestations massives, les Argentins supportent la situation actuelle car ils ont l’espoir d’un changement politique bénéfique pour l’économie du pays. Cela fait maintenant 4 ans que l’économie argentine tourne au ralenti, et que le peso est de plus en plus fort. 2015 est cependant l’année la plus difficile, puisque le Chili, le Brésil et la zone euro ont dévalué, et l’Argentine non. Résultat : l’Argentine n’est plus du tout compétitive pour exporter à l’étranger. Cela affecte énormément les producteurs de vin, mais aussi les producteurs de fruits, d’olives, de soja…

Des choix politiques

Le gouvernement de Cristina Kirchner n’a cessé d’encourager la consommation locale en mettant en place une politique monétaire expansive avec des hausses de salaires au-dessus de l’inflation, et des plans publics pour financer les achats à crédit. Les Argentins n’ont jamais autant consommé, notamment en matière de vin. Mais étant donné la politique économique du pays, les exportations continuent à baisser, et les bodegas sont obligées d’écouler leur production à l’intérieur du pays. Or avec plus de 4000 marques de vin, le marché national est saturé , et si cela continue, les prix vont s’écrouler.

Les producteurs espèrent donc une dévaluation du peso pour stimuler les exportations. Mais les trois candidats favoris, Scioli, Macri et Massa ont annoncé pendant leur campagne qu’ils ne souhaitaient pas dévaluer.  Cependant, la confrontation avec la réalité pourrait changer les choses…


Cet article vous a plu ? A lire sur le meme sujet :

>La route des vins dans la région de Mendoza
>Mendoza, capitale de province, mais aussi capitale du vin argentin. Savez-vous pourquoi ?
>Le Musée du Vin et de la Vigne à Cafayate