Si vous souhaitez voyager en Argentine, il y a toutes les chances pour que vous empruntiez un avion d’Aerolineas Argentinas tôt ou tard. Que ce soit pour aller à Iguazù ou en Patagonie, la compagnie assure la majorité des vols intérieurs, devant LAN Argentina. Et au prix des billets (surtout ceux des étrangers !), on peut légitimement penser que la compagnie se porte bien… et bien pas tout à fait !

Aerolineas Argentinas – Wikipédia

Dans un récent article (ici), Clarín détaille les conclusions tirées par un rapport d’audit effectué sur la compagnie aérienne, dont les bilans annuels se ferment sur des pertes assez impressionnantes. Les conclusions de ce rapport sont plutôt préoccupantes pour le leader argentin : en plus d’enregistrer quasiment un milliard de dollars US de perte sur un an et demi (fin 2011 et 2012, il y a plus de 2 ans donc), la compagnie possède un nombre de pilotes très élevé (33,4 pilotes par avion opérationnel contre 13,2 en moyenne dans les autres compagnies) et une flotte d’appareils pas toujours adaptée à ses besoins. De manière générale, le rapport révèle que les problèmes de rentabilité ne proviennent pas de facteurs extérieurs ou d’une baisse de la demande, mais plutôt de problèmes de gestion interne de l’entreprise.

Hydravion d’Aerolineas Argentinas dans les années 1950 – Flickr lu6fpj

Le cabinet d’audit pointe du doigt l’achat de nouveaux appareils sans avoir étudié au préalable la demande du marché, ce qui a eu pour conséquence un renouvellement de la flotte de la compagnie, mais avec des avions plus petits, qui ne couvrent pas forcément les besoins de la compagnie en terme de nombre de sièges proposés aux passagers. De plus, la compagnie compte un grand nombre de pilotes et d’employés en général (chiffres dépassant largement ceux de ses concurrents), ce qui est également critiqué dans ce rapport : en plus d’un nombre “trop” important d’employés, ceux-ci seraient très bien rémunérés, qui qui aurait pour conséquence d’augmenter les pertes de la compagnie aérienne.

[et  étudier les conséquences à long terme, l’augmentation du nombre de pilotes et de leurs salaires et une base salariale de près de 11.000 employés peut-être un peu trop importante. ]

Finalement, seule une liaison est déclarée comme réellement rentable pour la compagnie : celle qui relie Buenos Aires et Florianopolis (ville brésilienne très touristique), et encore seulement durant l’été. En ramenant mathématiquement les autres compagnies aériennes à l’échelle de Aerolineas, on s’aperçoit que cette dernière a des coûts de personnel 75% plus élevés et des coûts en carburant 24% plus élevés.

[En bref, même si ce rapport traite d’une période révolue (2012-2013), il démontre que le géant argentin n’est pas à l’abris d’une crise structurelle.] Toutefois, et c’est un point non négligeable pour le client, la compagnie reste l’une des plus sûres au monde. [On regrettera juste l’écart de prix imposé entre tarif résident et tarif étranger toujours plus grandissant ces derniers temps…]

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet