L’Argentine est un des pays d’Amérique latine les plus littéraires : romanciers et poètes sont des célébrités publiques.

Buenos Aires est une ville littéraire et elle sait le prouver ! En 2011, Buenos Aires a été nommée Capitale Mondiale du Livre par l’UNESCO. Chaque année en avril, Buenos Aires accueille La Foire du Livre qui est l’une des plus grandes fêtes de livres au monde. Et petite perle à ne pas manquer, El Ateneo Gran Splendid un ancien théâtre reconverti en une somptueuse librairie, le bâtiment a conservé son architecture.

Découvrez et laissez vous tenter par sept personnages littéraires les plus célèbres d’Argentine.

Libreria "El Ateneo"

El Ateneo –  Source : Roger Schultz – Flickr

José Hernández (1834-1886)

José Hernández a écrit Martín Fierro (1872), poème très célèbre qui idéalise le gaucho comme l’archétype argentin en dépit de la rapide urbanisation du pays. Il a créé le genre gauchesco.

Domingo Facundo Sarmiento (1811-1888)

Domingo Facundo Sarmiento, 7ème Président de la République d’Argentine, est l’auteur de Facundo Civilización y Barbarie (1845), un livre qu’il a écrit lors de son exil au Chili. Son oeuvre fut d’abord publiée dans un journal chilien, puis en volume. Il décritt le gaucho comme un pantin au service des chefs militaires locaux même s’il reconnaît ses qualités.

Victoria Ocampo (1890-1979)

Victoria Ocampo est une écrivaine et essayiste. En 1931, elle fonde le magazine littéraire Sur, revue de référence dans la langue espagnole qui fut publiée jusqu’en 1970.

Elle fut également engagée politiquement, notamment dans des mouvements féministes, antifascistes et antipéronistes. En 1936, elle est élue Présidente de l’Union des Femmes Argentines, une organisation qui lutte pour les droits des femmes mariées.

Jorge Luis Borges (1899-1979)

Jorge Luis Borges est un écrivain et poète. Il écrivait aussi bien sur des histoires de voyous des villes aue sur les gauchos. Il est connu comme l’une des influences majeures du réalisme magique ou au contraire comme un écrivain universe. 

Borges est surtout connu pour ses nouvelles telles que Labyrinthes (1962). Il a été nommé à plusieurs reprises pour le Prix Nobel de littérature mais ne l’a jamais obtenu.

Ses thèmes favoris sont : le Tigre, le Miroir, le Poignard, le Labyrinthe. Il dit lui-même :
« Tigre, miroir, poignard, labyrinthe. Ces mots me ressemblent trop à tel point que je veux les raturer à chaque fois que je les vois. »

Ernesto Sábato (1911-2011)

Ernesto Sábato était un physicien de formation, est l’auteur de plusieurs œuvres telles que El túnel (1947), Sobre héroes y tumbas (1961) et Abbadón, el exterminador (1974). Il était aussi connu pour son engagement pour la démocratie et les droits de l’Homme.

En 1984 il reçoit le Prix Cervantes, le principal prix de littérature hispanophone. Il se situe parmi les principaux écrivains hispanoaméricains.

Après la fin de la dictature militaire qui gouverna le pays entre 1976 et 1983, Sábato fut élu Président de la Commission Nationale pour la Disparition de Personnes (CONADEP). La CONADEP a été crée par le gouvernement démocratique pour enquêter sur les horreurs commises durant la guerre sale. Le rapport final de cette commission est le Nunca Más (Jamais plus), Sábato en est le rédacteur. Il recueille des témoignages de tortures, d’enlèvements et de crimes perpétrés par les militaires durant la dictature.

Adolfo Bioy Casares (1914-1984)

Adolfo Bioy Casares est un écrivain surréaliste. Son roman L’Invention de Morel a été adapté au cinéma. Il a également écrit Journal de la guerre aux cochons (1969), l’histoire se déroule dans le quartier de Palermo, à Buenos Aires et parle des tensions entre générations et sur les divisions politiques qui débouchérent sur la guerre sale.

Hernán Ronsino (1975-)

Hernán Ronsino est sociologue, enseignant et écrivain. Il est l’auteur de nouvelles (Glaxo (2009), Lumbre ( 2014),…) et d’un premier roman remarqué: La Decomposición (2007). En 2011, durant la Foire internationale du livre de Guadalajara il a été nommé l’un des 25 nouveaux auteurs éminents en Amérique latine.


Cet article vous a plus ? A lire sur le même sujet :

>L’art gauchesque
>Sélection de livres à lire sur l’Argentine !
>Quelques adresses de « Café-librairies » à Buenos Aires