Emblème du Parc National Marin Yaganes

Nous allons vous raconter les détails du processus de création des emblèmes des parcs nationaux argentins, en 10 étapes.

Les emblèmes des parcs nationaux permettent de distinguer les différentes aires naturelles protégées sous la juridiction de la APN (Administration des parcs naturels). Ces emblèmes incluent des éléments de paysage, de la faune et la flore particulièrement représentatifs du parc.

Recherche du matériel

Les autorités de la Direction Nationale de Conservation informe le designer graphique des espèces animales et végétales à ajouter à l’emblème. Pour cela, on lui fourni de la documentation, avec des liens, des photographies qu’il pourra ensuite approfondir lui-même. À travers ces archives, il pourra obtenir une définition détaillée de chaque espèce.

Emblème du Parc National Lanin

Dessin au crayon

Une fois définies les espèces qui seront présentes sur l’emblème, le dessinateur dessine au crayon chaque élément séparément. Il protège ensuite les dessins avec un vernis spécial. 

Scanner

Le dessinateur scanne ensuite chaque dessin de l’emblème. Dans un second temps, il compose l’image digital. Il peut alors regrouper les différents éléments et tester l’équilibre des images sur un même plan.

Première évaluation de l’emblème

Le travail est alors envoyé à la Direction National de Conservation pour une première visualisation qui permettra d’évaluer, confirmer ou modifier cette première version.

Choix des couleurs

Une fois la première approbation passée, le dessinateur peut alors donner de la couleur à l’emblème et envoie de nouveau le prototype à l’équipe de conservation pour une approbation des couleurs utilisées.

Emblème du Parc National Los Glaciares

Vectorisation de l’emblème

Une fois les couleurs validées, la direction de communications et relations institutionnelles reçoit l’emblème fait de lignes et peut le vectoriser, c’est-à-dire qu’il redessine la pièce pour qu’elle ne perde pas de qualité et pour que les couleurs restent fidèles aux couleurs originales.

Digitalisation

Commence alors l’analyse pour mener à bien la digitalisation de l’illustration : quels éléments sont simples, ou plus complexes. Lesquels sont fait de lignes fines, ou épaisses. On travaille alors avec des lignes jaunes et rouges pour marquer les contrastes et éviter que certains contours ne soient pas digitalisés.

Emblème du parc national Nahuel Huapi

Version couleur

À mesure que se précisent les formes, on y incorpore les couleurs choisies précédemment.

Version noir et blanc

Une fois terminé ce processus, on duplique le travail pour le convertir en noir et blanc.

Test final

Pour terminer, on exporte l’archive sous forme d’image de haute résolution et on la renvoie à l’illustrateur et aux autorités de la direction national de conservation pour sa validation finale

Cet article vous a plu? Vous aimeriez aussi…