En Argentine mais également en Uruguay et au Paraguay, il est habituel de manger des ñoquis chaque 29 du mois. Argentine-info revient sur cette étonnante tradition.

Ñoquis de pomme de terre. Source Pinterest

L’origine de cette tradition

Il existe en réalité deux versions différentes pour expliquer la naissance de cette tradition.

San Pantaleón

L’origine italienne vient d’une légende basée sur l’histoire de San Pantaleon, un jeune médecin de Nicomedia qui, après s’être converti au christianisme, est parti en pèlerinage dans le nord de l’Italie. Il y pratiqua des guérisons miraculeuses pour lesquelles il fut canonisé

La légende raconte qu’une fois, il a demandé du pain à des paysans vénitiens qui l’ont invité à partager leur pauvre table. Reconnaissant, il a annoncé une année de pêche et d’excellentes récoltes.

Cet épisode se serait produit le 29 juillet, c’est pourquoi on se souvient de ce jour-là avec un simple repas représenté par les ñoquis.

Une nourriture simple et économique pour la fin du mois

Une autre version beaucoup plus répandue de l’histoire de la consommation traditionnelle de ñoquis le 29 se réfère au fait qu’à cette date, étant l’un des derniers jours du mois, les personnes ayant peu de ressources (celles qui reçoivent leur salaire au début du mois) n’avaient pas d’autre choix que de manger ce qui était fait avec les matières premières les moins chères. Associé à cette explication, on dit que lorsque les immigrants italiens ayant plus d’années d’établissement ou de meilleures conditions économiques invitaient des compatriotes pauvres ou des nouveaux arrivants à déjeuner, avec l’assiette de gnocchi, ils glissaient une ou deux pièces sous l’assiette pour les aider dans les derniers jours du mois.

Recette express de ñoquis

Si les ñoquis les plus traditionnels sont fait à base de pomme de terre, vous pouvez également les confectionner a partir de patate douce, courge ou encore épinard.

Ingrédients pour 4 personnes:

1kg de pommes de terre

200g de farine

1 oeuf

sel, poivre, noix de muscade

La pâte

Tout d’abord, réalisez une purée avec les pommes de terres. Puis ajoutez-y l’œuf et le sel, le poivre et la noix de muscade, puis la farine petit à petit. Vous obtiendrez alors une pâte légèrement collante, c’est normal!

Mise en forme des ñoquis

Pour travailler la pâte plus facilement, divisez-la en plusieurs boules.

Vous formerez ensuite des longs rouleaux (environ 2cm de diamètre) que vous tronçonnerez tous les centimètres environ. Les plus courageux pourront ensuite appuyer les ñoquis sur une fourchette pour leur donner l’allure des ñoquis que l’on voit dans le commerce.

Cuisson

Plongez les ñoquis dans de l’eau bouillante. Ils sont cuits une fois qu’ils remontent à la surface.

Vous pouvez les accompagner d’une “salsa rosa” (mélange de sauce tomate et de crème) ou tout simplement d’un filet d’huile d’olive et de parmesan.

Bon appétit!

Cet article vous a plu? Vous aimerez aussi: