Vous vous êtes certainement déjà promené dans Buenos Aires ou dans toute autre ville argentine et vous êtes demandé ce que sont ces “Albergues Transitorios“, entendez littéralement “auberge de transit”. Il s’agit d’une véritable institution en Argentine, au même titre que l’asado, le mate ou le foot, qui a vu le jour il y a une cinquantaine d’années.

 Source – Photo : Toprural
Ces hôtels vous proposent, en fait, des chambres à l’heure. Ces bâtisses à la façade discrète, dites “telo”, mot qui vient du lunfardo (argot argentin), proposent tout type de service, allant de la simple chambre au room service et au spa.
Une clientèle variée et des raisons culturelles
Les telos sont ouverts, généralement, du lundi au dimanche et 24h/24, ce qui permet de brasser tout type de clientèle, les jeunes entre 20 et 30 ans représentant l’un des publics concernés par les telos.
L’explication est culturelle : peu d’Argentins célibataires ou non mariés vivent seuls car ils habitent en colocation (allant jusqu’à partager leur chambre) ou avec leurs parents, ce qui ne laisse que très peu de marge de manoeuvre en ce qui concerne leur intimité. En effet, ils attendent d’avoir un emploi fixe et de se marier pour partager un appartement avec leur moitié.
On rencontre dans ces lieux autant de couples légitimes que de couples illégitimes. Chacun y va pour diverses raisons : trouver une intimité qu’ils n’ont pas chez eux, passer un moment romantique, changer de cadre, ou encore entretenir des relations extra-conjugales. C’est pour cela que les telos sont des endroits bien connus en Argentine, et dans d’autres pays d’Amérique Latine également.
Attention, le telo n’est pas à assimilier à un hôtel de passe!
Bien que ce concept puisse paraître quelque peu troublant pour des européens, il n’en est rien en Argentine, où il est d’usage plutôt courant d’y aller quelques heures.