Ce week-end, la capitale française rendra hommage au plus grand des écrivains Argentins. Dans toute la ville, le souvenir de Julio Cortazar animera les rues, à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance et du trentième anniversaire de sa mort. Mais c’est aussi une oeuvre en particulier que l’on fête, puisque 2013 marquait le cinquantenaire de sa mythique marelle.

Rayuela

Entre deux villes, le roman Marelle se lit un peu dans tous les sens. Linéaire ou d’instinct, ou encore guidée par l’auteur et en sautant de cases en cases, la lecture est un voyage culturel. Témoignage d’une époque, d’une révolution, de ses délires, de ses colères et de ses couleurs, Marelle est, dans n’importe quel sens, un jeu passionnant entre les rues de Paris et celles de Buenos Aires. En somme, les errements politiques mais romantiques, magiques mais réalistes d’un homme dans la vie, entre l’art, le jazz, le tango, l’amour et la mort…

Rayuelarte

C’est l’artiste Marta Minujín, reine du pop art, qui signe l’oeuvre qui s’étendra sur la place du Palais Royal du 6 au 9 mars. Les 70 marelles aux couleurs flashy et aux pierres magiques s’étaient déjà installées à Buenos Aires en 2008. Elles avaient invité à jouer des milliers de personnes. Ce week-end, elle déménage à Paris, animée par des artistes de rues, des clowns, sur toute la place du Palais Royal! Le principe est véritablement participatif; ceux qui réussiront à jouer et gagner la ligne complète des 8 marelles rentreront chez eux avec une marelle autographiée par l’artiste!

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=NImH_Wimc3w[/youtube]

Place du Palais Royal
Vendredi 7 mars, de 13 à 18h
Samedi 8 mars, de 10 à 18h
Dimanche 9 mars, de 10 à 18h

Les femmes donnent vie à la Marelle

En plus de l’auteur, ce sont les femmes qui sont à l’honneur. À l’occasion de la journée mondiale de la femme, quatre auteurs argentines -et pas des moindres- donneront vie aux mots de Cortazar. Dans le Salon des Mariages de la Mairie du 1er, Silvia Baron Supervielle, Laura Alcoba, Ariana Harwicz et Roxana Páez liront des passages de la Marelle, accompagnées par un groupe de free jazz, dans l’esprit du roman. En parallèle, dans les galeries de la Mairie seront exposées les photographies de l’argentin Daniel Mordzinski. Son exposition À la recherche de la Maga fait référence à la Sybille, femme fondamentale de l’oeuvre de Cortazar.

Ce soir, 6 mars à partir de 18h
Salon des Mariages de la Mairie du 1er arrondissement
4, place du Louvre Paris 1er

Le tango sous la pyramide

Et puisque Cortazar et la femme sont à l’honneur, comment de pas donner son mot à dire à la danse? On dansera le tango sous la pyramide du Louvre le vendredi 7 mars à 18h00, le samedi 8 mars à 12h30 et 18h00 et le dimanche 9 mars à 12h30.