Le lama (llama en Argentine – prononcez “chama”) est un animal caractéristique de la faune argentine.
Toutefois, la popularité de cet animal dans le monde a tendance à occulter l’existence de 3 autres espèces voisines, appartenant aussi à la famille du lama : vigogne, alpaga et guanaco. Ces espèces sont très présentes en Amérique du Sud, et notamment en Argentine.
Il est donc grand temps de nous intéresser au pelage de ces créatures !

Le lama

Photo d’un lama

Impossible de ne pas le connaître, c’est une star dans nos contrées. Le lama est de type camélidé et a été domestiqué, contrairement aux guanacos et vigognes. Il fait parti de la mythologie Inca et apparaît sur certaines œuvres des civilisations pré-colombiennes. Il faut savoir aussi que le lama descend du guanaco, et non le contraire.

Le lama s’exprime par toute une gamme de sons, qui peuvent traduire la tristesse, la mise en garde de ses congénères contre un danger supposé, l’hostilité vis-à-vis d’un rival.
Par ailleurs, le lama crache souvent sur ses congénères pour se défendre, que ce soit de la salive ou des fluides gastriques, qui sont plus rares.
Cependant les cas de crachats sur des hommes sont en réalité très rares !

Le lama a une espérance de vie située entre 10 et 20 ans et ne peut porter qu’une vingtaine de kilos, c’est pourquoi il faut éviter de le monter.

Le guanaco

Photo d’un guanaco à Salta

Moins connu car non domestiqué par l’homme, le guanaco est pourtant très présent dans l’altiplano Sud-Américain. On estime qu’il y avait environ 50 millions de guanacos dans le monde en 1800 ! Cet animal proliférait véritablement en Amérique du Sud, mais désormais il n’en reste qu’environ 500 000, même si l’espèce n’est pas considérée comme menacée.

La vigogne

 Photo : Vigogne – Wikipédia

Comme le Guanaco, le Vigogne n’est pas populaire mais sa laine est d’une qualité exceptionnelle. Considérée comme l’une des meilleures du monde. En effet, elle est bien plus douce que le cachemire, l’angora ou encore le guanaco.  Elle est utilisée pour fabriquer des vêtements de luxe et n’est pas teinte afin de conserver sa douceur extrême.
C’est le plus petit de la famille des lamas, sa tête ne dépassant pas les 1,50 mètre de haut. Il habite les hauts plateaux et déserts de la Cordillère des Andes, entre 3500 et 5800 mètres d’altitude !
Il y avait 1,5 millions d’individus pendant l’ère Inca, mais à cause de l’homme l’espèce a failli s’éteindre au XXème siècle. Mais pour empêcher cela, une loi à été promulguée en 1965, et qui interdit strictement de tuer une vigogne (certaines chasses sont organisées mais on relâche ensuite les proies).

L’alpaga 

L’alpaga est souvent distinguable du lama par son pelage plus touffu. Il offre lui aussi une excellente laine et c’est pour cela que de nombreux élevages d’alpagas existent un peu partout dans le monde. Une tonte d’un adulte permet d’obtenir jusqu’à 2,5kg de laine. Il est lui aussi originaire des Andes et vit jusqu’à 4500 mètres d’altitude.
L’Alpaga ne descend pas du Guanaco comme on le pensait jusqu’à présent mais de la Vigogne.

Voilà ! On espère avoir chassé la confusion de vos cabezas et que vous pourrez désormais facilement reconnaître les différentes espèces de lama lors de votre prochain road trip à Salta !

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet