Musicien et chef d’orchestre du XXème siècle, Osvaldo Pugliese est l’un des plus grands compositeurs et chef d’orchestre de tango. Très apprécié dans les milieux tangueros du monde entier, vous l’entendrez au moins une fois dans toute soirée milonga. Nous vous retraçons rapidement son histoire aujourd’hui !

Osvaldo Pugliese – Wikipedia

Jeunesse

Osvaldo Pugliese naquit en 1905 dans le quartier de Villa Crespo à Buenos Aires dans une famille de musiciens : son père est flûtiste et deux de ses frères deviendront par la suite musiciens eux-mêmes. Il baigne donc dès l’enfance dans la musique et son père lui achète très tôt un violon. Pourtant c’est au conservatoire de musique dans lequel il est inscrit que le jeune Osvaldo va trouver sa voie. Il y découvre en effet le piano, auprès des professeurs comme Vicente Scaramuzza (un célèbre pianiste et professeur de piano italiano-argentin) et Pedro Rubione qui, décelant le talent du jeune homme, feront rapidement de lui un véritable prodige.

Une anecdote célèbre : le père de Pugliese, lui aussi grand amateur de tango, lui aurait dit un jour : “Regarde les pieds des danseurs, s’ils ne te suivent pas, c’est toi qui te trompes !”.

Pugliese, maître du tango

Il commence à se produire dans des groupes dès l’âge de 15 ans. Il intègre notamment pendant un moment, un groupe de tango dont la leader est la première bandonéoniste d’Argentine : Francisca Cruz Bernardo, plus connue sous les surnoms de “Paquita” ou “La Flor de Villa Crespo”.

Il gravit petit à petit les échelons du monde du tango et intègre finalement en 1924 le quatuor du célèbre (à l’époque) Enrique Pollet avant de rejoindre l’orchestre de Pedro Maffia (un célèbre bandonéoniste) en 1926.

Son rêve commence à prendre forme : former son propre orchestre de tango. En 1929, il se lance : avec son ami Elvino Vardaro (violoniste de l’orchestre de Maffia) il quitte leur ancien orchestre pour en former un nouveau ensemble. Après quelque succès, ils décident de lancer une tournée nationale. Économiquement, cette tournée fut un véritable fiasco et les deux musiciens durent même mettre plusieurs de leurs instruments en gage pour payer leur retour à la capitale où ils réintègrent des orchestres déjà existant.

Pugliese ne se désespère pas pour autant et retente de réaliser son rêve en 1936. Cette fois, c’est la bonne : il forme son sextuor avec 5 amis et enchaîne les succès, depuis la célébrissime avenida Corrientes (au Germinal) jusqu’au café El Nacional (grand classique de Buenos Aires). Son orchestre enchantera ainsi les amateurs de tango et milonga pendant 55 ans ! Durant cette période, le virtuose Pugliese composera non moins de 150 thèmes tangueros, ce qui fait de lui l’un des plus grands compositeurs de l’histoire du tango. De très célèbres chanteurs viennent régulièrement se joindre à son orchestre dont la renommée est désormais faite.

Pour vous faire une idée de la reconnaissance dont jouit le maître Pugliese, en 1985, pour fêter son 80ème anniversaire, il se produit avec son orchestre au théâtre Colón. Apothéose pour tout artiste argentin et même sudaméricain puisque le théâtre est le centre musical culturel le plus influent d’Amérique Latine et n’ouvre à l’habitude ses portes qu’à la musique lyrique ou classique. Par ce symbole, Osvaldo Pugliese est donc, implicitement intronisé au panthéon des plus grands musiciens argentins (et même mondiaux), non sans mérite : il lui aura fallu 46 ans d’activité ininterrompue avec son orchestre, une véritable prouesse !

Pugliese citoyen

En plus d’être un monument musical argentin, Pugliese a eu un engagement politique et citoyen. Il fait partie des fondateurs du Syndicat Argentin des Musiciens.  Il est un membre éminent du parti communiste argentin et fait donc partie de l’opposition face à Perón et aux dictatures, ce qui lui vaudra d’ailleurs plusieurs fois d’être emprisonné. Anecdote amusante, les années d’emprisonnement de leur leader n’empêcheront pas ses compagnons de faire fonctionner l’orchestre !

La postérité

Pugliese s’éteint en 1995, à l’âge de 89 ans. Il est enterré au Cimetière de la Chacarita, dans un imposant mausolée, financé par des donateurs, amoureux du tango et reconnaissant pour l’oeuvre que le maître leur a laissée.

Peu de musiciens peuvent se targuer d’avoir été tant reconnus pour leur art, et de manière internationale ! Pugliese a, effectivement, été décoré un peu partout dans le monde : De Cuba (où il a reçu la médaille Alejo Carpentier, le grade le plus élevé concernant la culture), jusqu’en France où il est nommé commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres et sans compter les innombrables distinctions argentines et porteñas.

Vous en savez à présent un peu plus sur ce monument du tango argentin ! Il ne vous reste plus qu’à écouter son oeuvre et à faire vos premiers pas en milonga !


Vous avez aimé cet article ? A lire sur le même sujet :